Sélectionner une page

APRES LE COUP D’ETAT AU MALI : L’Afrique entre interrogation et consternation

APRES LE COUP D’ETAT AU MALI : L’Afrique entre interrogation et consternation

Le putsch perpétré au Mali ne passe pas inaperçu en Afrique. Diplomatie oblige, l’Union africaine et la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest ont été les premiers à réagir et à prendre des sanctions contre le pays. Beaucoup ont pensé que ce mode opératoire pour accéder au pouvoir était désormais révolu.

Le monde a condamné le coup de force qui vient d’interrompre le pouvoir d’un homme élu démocratiquement, et qui exerçait un second mandat à la tête du Mali, après sa réélection il y a quelques mois. De jour en jour, la pression montait et des manifestations de l’opposition devenaient inquiétantes pour l’avenir du pays. Avec à sa tête l’imam Mahmoud Dicko, le mouvement citoyen du M5-RFP s’est révélé le principal déclencheur de la chute du Président Ibrahim Boubacar Keïta «IBK».
Si l’Union africaine et l’Union européenne appellent au retour de l’ordre constitutionnel, sur le continent les craintes sont de plus en plus apparentes pour éviter de vivre le cas malien. Au niveau de la région ouest-africaine mais aussi au Sahel, des voisins du Mali se tiennent en éveil et renforcent leurs dispositifs sécuritaires. L’action des mutins maliens est en effet regardée avec beaucoup de frayeur. Du Nigérien Mahamadou Issoufou au Tchadien Idriss Déby Itno en passant par l’Ivoirien Alassane Ouattara et le Guinéen Alpha Condé, les chefs d’Etat d’Afrique de l’Ouest et du Sahel ont suivi avec appréhension la chute d’Ibrahim Boubacar Keïta. Tous, minute après minute avaient les yeux rivés sur Bamako, tout en craignant les répercussions de ce mauvais vent dans leurs pays respectifs.
D’autres pays du continent engagés dans le processus électoral de fin de mandats présidentiels comme le Niger, la Côte d’Ivoire, la Guinée, le Burkina Faso ou pas, ont accueilli avec effroi le putsch perpétré à Bamako. Certains dirigeants, surtout ceux absolument accrochés à leur fauteuil, sont conscients que le cas malien peut aussi, d’une manière ou d’une autre, se produire sur leur sol. En Afrique centrale, région connue pour la longévité impressionnante de ses dirigeants au pouvoir, le sujet alimente les conversations. Des citoyens attestent même que le cas malien pourrait représenter un «cas d’école» pour les régimes de ces pays, qui passent par des référendums ou changements sans cesse de constitutions.

Aristide Ghislain
NGOUMA

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 333 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 333 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

23 avril 2021 17 h 23 min

Editorial

Dans l’attente

Dans quelques jours, ou dans quelques semaines». C’est ainsi que le Président de la République nous a annoncé la formation attendue du nouveau Gouvernement du pays. Dans son discours d’investiture le 16 avril dernier, au Palais du Parlement, le Président de la République s’est cru obligé de tempérer les attentes de tous ceux qui espèrent être ou rester ministres, sans se montrer plus précis dans les délais.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (173 730)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (82 499)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • Economie : Améliorer l’efficacité du système financier par la médiation (lasemaineafricaine) (54 827)
    Le secrétariat général du Comité national économique et financier (CNEF) du Congo a organisé mercredi 25 novembre dernier à Brazzaville, un séminaire sur la médiation financière. Les travaux ont été placés sous la présidence de Michel Dzombala, directeur national de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), secrétaire général du CNEF. Ce séminaire, qui […]

booked.net

Canal Plus Afrique

Nos Statistiques

  • 18
  • 9 817
  • 15 694
  • 390 923
  • 21 avril 2021