Sélectionner une page

Accidents

Il ne se passe désormais de semaine que nous n’enregistrions un grave accident mortel sur l’une et l’autre de nos routes nationales. Il est inquiétant que l’on doive perdre la vie dans ces infrastructures rutilantes destinées, en principe, à nous faire gagner du temps. Dans la sécurité et le confort.
Il est un fait que les veilles de rentrées scolaires ont toujours, et de tout temps, connu des événements d’angoisse sur nos routes et notre voie ferrée. Mais cette année, tous nos moyens de transport ont été affectés aussi par la pandémie de la COVID-19. Pendant les mois de confinement en effet, trains, avions, bus et bateaux ont été immobilisés.
La reprise de l’activité économique ne pouvait se faire sans un minimum de révisions techniques avérées de tous les moyens de transport. Et du contrôle médical de tous leurs conducteurs. Or, aussi bien à Mengo, près de Pointe-Noire, que sur la série d’accidents survenus près de Gamboma, les causes des accidents sont classiques: téléphone au volant, difficulté à freiner, distraction, excès de vitesse…
Nous disposons de routes modernes qui nous font atteindre Ouesso dans la même journée, tout comme Pointe-Noire et Dolisie. Malheureusement il nous faut encore pousser l’effort jusqu’à nous préoccuper de la sécurité des usagers. Et pas seulement d’efficacité économique par les recettes gonflées aux péages. Nulle part sur ces deux routes n’opère une patrouille routière; nulle part les chauffeurs ne sont soumis à un contrôle d’alcoolémie.
Les mesures de précaution et de prudence doivent être renforcées sur les routes et les gares. Et pas seulement, comme cela est souvent le cas chez nous, pendant la première semaine de l’annonce. La sécurité doit concerner tout le monde, et tout le temps. Pas de passe-droit, pas de «tu sais qui je suis ?». Simple vœu sans doute, mais invite à la conscience de tous aussi.
Les accidents récurrents de ces derniers jours ne sont pas le fait du sort, ni la malchance d’une seule société routière. Des vies, souvent jeunes, ont été perdues. Des familles ont été endeuillées du fait de l’imprudence de conducteurs, d’usagers ou de riverains de la route. Faisons tous en sorte que ce ne soit pas une fatalité qui se répéterait à chaque rentrée des classes.

Albert S. MIANZOUKOUTA

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 75 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 75 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Heure de Brazzaville

29 octobre 2020 11 h 56 min

Editorial

LE CHU, UN VAUDEVILLE !

Il y a littéralement du vaudeville dans ce qui se passe de jour en jour au CHU. Notre plus grand hôpital est présenté comme le miroir de ce que nous pouvons faire de mieux au service de la santé au Congo depuis Brazzaville. Malheureusement il est aussi, résolument, le condensé de nos médiocrités les plus absurdes. Ou peut-être la préfiguration du Congo qui sera. Musèlements, insultes, décisions prises un lundi et contredites le mardi, personnel pérorant au nom d’un meilleur service mais donnant l’impression de vouloir n’en faire qu’à sa tête.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (29 952)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (15 172)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (12 492)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

booked.net

Nos Statistiques

  • 5
  • 594
  • 44 948
  • 5 394
  • 1 225
  • 4
  • 12
  • 1
  • 25 octobre 2020
accumsan diam tempus ut vulputate, facilisis venenatis, Praesent dapibus Sed dolor justo