Sélectionner une page

A mensonge, mensonge et demi

Les réseaux sociaux ne disent que des mensonges; les réseaux disent ce que l’on nous cache. Deux versions d’une réalité incontournable. Deux versions qui peuvent être dans le faux ou dans l’erreur, avec des exemples pour ou contre à profusion. Brandir le seul contenu d’un réseau social pour défendre ou attaquer une cause est vain. Car, à l’image du monde mouvant où nous sommes, ce qui est véhiculé par le net au matin devient obsolète au soir.
C’est pourquoi il est inutile pour un Gouvernement de venir avec baguettes et power-points au tableau de la vérité, démentir ce qu’un réseau social aura dit. C’est donner de la consistance à ce que l’on s’évertuerait à minimiser; c’est dire à ceux qui ne savaient pas qu’un événement a eu lieu qui aurait mérité d’être porté à leur attention. Contre-productif !
D’autant que dans nos sociétés où la dissimulation de l’information, l’escamotage de la vérité et la distorsion de la réalité ne sont pas inconnues, l’opinion préfère avoir à faire à un réseau social déformateur qu’à un gouvernement proclamant qu’il dit la vérité. «Vous dites la vérité: vraiment? Maintenant ou toujours? Toujours ou de temps en temps? Un tout petit peu ou toujours en totalité?
Même dans les pays de grandes traditions démocratiques, aucun Gouvernement ne recevrait le 10/10 pointé si on devait regarder de plus près à ses annonces tonitruantes. Nous avons connu des Colin Powell nous indiquant à la baguette l’emplacement des armes irakiennes de destruction de masse. Nous avons connu des Gouvernements jurant leurs grands dieux qu’un nuage nucléaire soulevé à Tchernobyl, en Ukraine, n’avait aucune chance de franchir les Alpes.
Plus près de nous, dans l’espace et dans le temps, nous avons applaudi à une armée de RDC proclamant urbi et orbi que la rébellion ougando-musulmane était désormais «décapitée» dans l’est du pays. Mais seulement 48 heures après, les têtes qu’on dénombrait sur la paille de la brousse étaient celles des paisibles paysans à qui on avait assuré la protection définitive.
Notre propre pays se pose un peu là aussi lorsqu’il s’agit d’énoncer des vérités arrangées; de proclamer des engagements fermes de lutte contre la corruption, la gabegie ou les antivaleurs. La force de le dire est là, celle de le faire chancelante. Toujours. Les réseaux sociaux ont donc au moins le mérite de ne pas se laisser appâter au miel des promesses, même s’ils se croient obligés d’en rajouter.

Albert S. MIANZOUKOUTA

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 241 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 241 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

21 janvier 2021 8 h 44 min

Editorial

Quand commencent les guerres

C’est une lapalissade : tous les événements de notre pays ont, comme tous les faits sociaux, un début et une fin. Mais ils ont surtout une cause et des acteurs. La cause peut être bonne, les acteurs mauvais. La cause peut avoir une finalité noble, mais son déroulé se faire dans la douleur. Au bout de tout, il y a le ressenti de ce qui devait être, de ce qui aurait dû être.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (94 196)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (39 295)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (27 697)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 2
  • 577
  • 1 706
  • 75 315
  • 16 janvier 2021
at commodo sed amet, consequat. ante. mattis risus libero venenatis mattis