Sélectionner une page

60e anniversaire de l’indépendance : Survol sur l’Eglise catholique au Congo (Suite du n°4001 du mardi 15 septembre 2020, en page 8)

60e anniversaire de l’indépendance : Survol sur l’Eglise catholique au Congo (Suite du n°4001 du mardi 15 septembre 2020, en page 8)

De l’érection des diocèses
Il sied de rappeler qu’au début de l’évangélisation en 1883, le Congo formait un seul Vicariat appelé Vicariat Apostolique du Congo, dont le premier vicaire était Mgr Hyppolite Carrie. L’évangélisation de la région du Nord Congo débuta en 1889 quand Mgr Hyppolite Carrie, accompagné de Mgr Prosper Philippe Augouard fondent le 25 avril de la même année, la mission Saint Louis de Liranga, au confluent du Congo et de l’Oubangui, dont la direction fut confiée à Mgr Hyppolite Carrie. Dans la foulée, Mgr Prosper Philippe Augouard continua cette œuvre d’évangélisation en fondant des missions le long du fleuve Oubangui, notamment à Bétou en 1893, sur la rivière Alima et la mission de Lekety, puisqu’à l’époque, les rivières étaient les seules voies de communication.
En 1890 intervient la division du Vicariat Apostolique du Congo: D’un côté, le Vicariat Apostolique du Moyen-Congo qui allait de Pointe-Noire jusqu’à Loango, et de l’autre, le Vicariat Apostolique du Haut-Congo appelé Vicariat Apostolique de Brazzaville qui allait jusqu’à Betou, dans le département de la Likouala. Ensuite, Mgr Prosper Philippe Augouard fonde le 15 janvier 1899, Sainte Radegonde de Tsambitso et le 19 janvier 1900 Saint François Xavier de Boundji en pays Mbochi. Malgré la scission du Vicariat Apostolique du Congo, le diocèse de Fort-Rousset, jusqu’à 1950 faisait partie du Vicariat Apostolique de Brazzaville.
Dans les années 50, l’urgence de la division du Vicariat Apostolique de Brazzaville s’imposant. La chrétienté souhaitait l’érection d’un diocèse pour la région du Nord pour des raisons pastorales. En novembre 1950, le Saint Siège érigea le diocèse de Fort-Rousset aujourd’hui Owando et comme premier évêque, Mgr Emile Verhille, d’origine française qui fut sacré en 1951 à l’Ille. Le 10 octobre 1965, le Saint-Siège nomme l’abbé Benoît Gassongo, curé des paroisses de Tsambitso et d’Oyo, et fait de lui évêque auxiliaire de Mgr Emile Verhille. Pour des raisons de santé, Mgr Emile Verhille rentre en France en 1968 et Mgr Benoît Gassongo prend les rênes du diocèse d’Owando, en qualité d’administrateur apostolique. Le 6 février 1970, Mgr Benoît Gassongo est remplacé par Mgr Georges Firmin Singha. Malgré son détachement de l’archidiocèse de Brazzaville, le diocèse d’Owando demeurait toujours grand et comprenait les régions administratives des Plateaux, de la Cuvette, de la Sangha et de la Likouala. Au fil des années, la nécessité de scinder le diocèse se faisait sentir pour plus d’efficacité pastorale. Dans la même dynamique, le diocèse de Ouesso est créé en 1983 et comprend les régions de la Sangha et de la Likouala, avec comme premier évêque, Mgr Hervé Itoua.

Un arbre a pris racine
De trois Vicariats Apostoliques: Vicariat de Brazzaville, Vicariat de Fort-Rousset et Vicariat de Pointe-Noire, le Congo compte aujourd’hui trois archidiocèses: Brazzaville, Pointe-Noire, Owando et six diocèses suffragants: Nkayi, Ouesso, Kinkala, Impfondo, Gamboma, Dolisie. Depuis le 30 mai 2020, l’Eglise du Congo a été érigée en trois provinces ecclésiastiques: Province ecclésiastique du centre qui comprend l’archidiocèse de Brazzaville avec les diocèses suffragants de Kinkala et Gamboma; Province ecclésiastique du Nord avec l’archidiocèse d’Owando et les diocèses suffragants de Ouesso et d’Impfondo; Province ecclésiastique du Sud-Ouest avec l’archidiocèse de Pointe-Noire et les diocèses suffragants de Nkayi et de Dolisie.
– Archidiocèse de Brazzaville: Erigé le 14 septembre 1955 avec pour premier évêque, Mgr Michel Bernard qui a passé le témoin à Mgr Théophile Mbemba, premier archevêque congolais de Brazzaville. Il a été divisé le 3 octobre 1987 pour créer le diocèse de Kinkala. L’archidiocèse de Brazzaville qui comprend la commune de Brazzaville, les districts d’Ignié, de Goma tsé-tsé et de Ngabé dans le département du Pool, est administré par Mgr Anatole Milandou. Il est né le 18 novembre 1946, à Nsamouna, petit village situé près de Kinkala dans la région du Pool. Il est l’avant dernier d’une famille de huit enfants. Le 6 août 1983, il est nommé par le Pape Jean-Paul II, premier évêque auxiliaire de l’archidiocèse de Brazzaville et deuxième de l’Eglise qui est au Congo. Il est ordonné évêque le 28 août de la même année ensemble avec Mgr Hervé Itoua, par le cardinal Roger Etchegaray, légat du Pape Jean-Paul II, au centenaire de l’évangélisation du Congo. Il est le 5ème archevêque métropolitain de Brazzaville, après NN.SS Michel Bernard, Théophile Mbemba, Emile Biayenda (premier cardinal du Congo) et Barthélémy Batantu. Le 3 octobre 1987, le Pape Jean-Paul II le nomme premier évêque résidentiel du nouveau diocèse de Kinkala, suite au démembrement de l’archidiocèse de Brazzaville. Son intronisation et sa prise de possession canonique a eu lieu le 27 décembre 1987 à Kinkala, par le cardinal Joseph Tomko, préfet de la Sacré Congrégation pour l’évangélisation des peuples. De 1997 à 2000, Mgr Anatole Milandou a assumé les fonctions de président de l’Association des Conférences épiscopales de la région de l’Afrique centrale (ACERAC) et en même temps, il préside aux destinées de la Conférence épiscopale du Congo (CEC). Le 1er février 2001, il est nommé archevêque métropolitain de Brazzaville et sa prise de possession canonique a eu lieu le dimanche 1er avril 2001 à la place mariale de la cathédrale Sacré-Cœur. Depuis le 18 avril 2020, le Pape François a nommé Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou, jusque-là évêque de Dolisie, comme archevêque coadjuteur de Brazzaville avec droit de succession de Mgr Anatole Milandou.
Depuis l’origine, l’archidiocèse de Brazzaville a connu 4 vicaires apostoliques: Prosper Philippe Augouard, Firmin Guichard, Paul Biéchy et Michel Bernard, tous de la Congrégation du Saint-Esprit.
Les archevêques qui se sont succédé:
Michel Bernard (1955-1964), Théophile Mbemba (1964-1971), Emile Biayenda, d’abord évêque coadjuteur avec droit de succession de Mgr Théophile Mbemba, (1971-1973) puis créer cardinal par le Pape Paul VI (1973-1977). Il est assassiné le 22 mars 1977; Barthélemy Batantu (1978- 2001). Depuis 2001, Mgr Anatole Milandou, et depuis mai 2020, Mgr Bienvenu Manamika Bafouakouahou jusque-là évêque de Dolisie, nommé archevêque coadjuteur avec droit de succession. La transition entre d’une part, la mort du cardinal Emile Biayenda et Mgr Barthélémy Batantu a été assurée par l’abbé Louis Badila, vicaire capitulaire (1977-1978) et entre d’autre part, NN.SS Barthélémy Batantu et Anatole Milandou par Marcel Miayoukou, administrateur diocésain (février-mars 2001).
– Diocèse de Pointe-Noire: 1890, érection du Vicariat Apostolique du Moyen-Congo. En 1947, démembrement de ce Vicariat et érection du Vicariat Apostolique de Loango. Le 14 septembre 1955 le Vicariat de Loango est érigé en diocèse de Pointe-Noire avec pour premier évêque, Jean-Baptiste Fauret qui a passé le témoin à Mgr Godefroy Emile Mpwati.
A son érection, le diocèse de Pointe-Noire s’étendait sur environ 100 Km2 et regroupait les régions administratives du Kouilou, Niari, Bouenza et Lekoumou. Il fut démembré en 1983 et érigé le diocèse de Nkayi avec pour régions administratives la Bouenza, le Niari et la Lekoumou. Le 31 mars 2011, suite à la déposition de Mgr Jean-Claude Makaya Loemba, le Pape Benoît XVI nommait le père Miguel Angel Olaverri Arroniz de la Congrégation des salésiens de Don Bosco, administrateur apostolique «Sede vacante et adnutum sanctae sedis» du diocèse de Pointe-Noire, charge qu’il a occupée de 2011 à 2013, puis évêque le 22 février 2013. Il est sacré évêque le 28 avril de la même année à Pointe-Noire. Le 30 mai 2020, le diocèse de Pointe-Noire a été érigé en archidiocèse et regroupant les départements administratifs de Pointe-Noire et du Kouilou. Par la même occasion, le Saint-Père a érigé la province ecclésiastique du Sud-Ouest, avec les diocèses suffragants de Nkayi et de Dolisie. Depuis le 23 août 2020, Mgr Miguel Angel Olaverri Arroniz est archevêque de Pointe-Noire.
Le nouvel archevêque de Pointe-Noire est né le 9 mai 1948 à Pampiona en Espagne. Il est le deuxième d’une famille de trois enfants (deux garçons et une fille). Il a fait sa profession religieuse dans la Congrégation des salésiens de Don Bosco depuis 46 ans. Profession perpétuelle le 21 juin 1973 à Barcelone. Il est ordonné prêtre le 5 juin 1976 à Barcelone. En 1977, il arrive au Congo et devient professeur d’Espagnol et des lettres au Lycée Technique du 1er mai et au Lycée Pierre Savorgnan De Brazza comme fonctionnaire de l’Etat congolais. De 1977 à 1993, il exerce sa mission pastorale à la paroisse Saint Charles Lwanga de Makélékélé et au foyer Abraham, puis à la Cité Don Bosco à Massengo.
Les évêques qui se sont succédé
NN.SS. Jean-Baptiste Fauret (1955-1975), Godefroy Emile Mpwati (1975-1986), Ernest Kombo (1986-1988), Georges Firmin Singha (1988-1994), Bernard Nsayi (1994-1995), Jean-Claude Makaya Loemba (1995-2011), Mgr Miguel Angel Olaverri Arroniz (2013-2020).

Pascal BIOZI KIMINOU
(A suivre)

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 78 autres abonné(es).
close
Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informés d'une nouvelle mis à jour d'articles et rejoignez les 78 autres abonné(es).

A propos de l'auteur

Heure de Brazzaville

1 novembre 2020 2 h 44 min

Editorial

TROUBLE

Nous vivons une époque de grands retournements, où les notions et les concepts ne disent plus la même chose à tous. Telle est considérée valeur revendiquée, qui est une attitude décriée par d’autres. La vie, la mort, surtout en cette approche de la Toussaint que beaucoup assimilent à une fête célébrant la mort, n’aident pas à unifier les principes.

Lire la suite

Articles les plus vus

  • Société civile : Pour une synergie entre plateformes afin de sécuriser au mieux les droits fonciers et coutumiers (lasemaineafricaine) (30 525)
    L’Observatoire congolais des droits de l’homme (OCDH) et la Rencontre pour la paix et les droits de l’homme (RPDH), en partenariat avec l’Initiative des forêts d’Afrique centrale (CAFI), ont eu une réunion de travail vendredi 26 juin dernier, à Brazzaville pour adopter la note relative à la prise en compte des droits fonciers coutumiers des […]
  • TRIBUNE LIBRE : Est-ce un nouveau départ ? (lasemaineafricaine) (15 242)
    L’histoire retiendra du passage au Congo de Gianni Infantino, président de la FIFA, le 29 novembre 2019 pour l’installation de son bureau régional à Brazzaville comme un symbole fort. Du coup, le football congolais sera la vitrine sur l’échiquier mondial; c’est une lourde responsabilité qui mérite réflexion. La FECOFOOT vient de terminer la mise en […]
  • SPORTS COLLECTIFS : La reprise des compétitions, une arlésienne (lasemaineafricaine) (13 060)
    On n’est toujours pas fixé sur la date de reprise des activités de sports collectifs au Congo alors que pointent à l’horizon les premières compétitions internationales, notamment celles de football. Les tergiversations vont bon train. Rien n’est clair jusqu’ici. La faute à la COVID-19, bien évidemment, qui continue de mettre les nerfs à rude épreuve. […]

Canal Plus Afrique

Burotop-Iris

booked.net

Nos Statistiques

  • 1
  • 70
  • 43 222
  • 5 648
  • 1 258
  • 4
  • 12
  • 1
  • 31 octobre 2020
ipsum lectus Curabitur dolor risus consequat.