Vie de l'Eglise

IVème Dimanche Ordinaire A : Vivons au cœur des béatitudes, ayons les béatitudes au cœur!

Note utilisateur:  / 0

Textes: Soph 2,3;3,12-13; 1 Cor 1,26-31; Mt 5,1-12a

«Quand Jésus vit tout ce peuple, il gravit la montagne. Là, il s’assit et ses disciples s’approchèrent  de  lui, il ouvrit la bouche et commença à les enseigner»! (Mt 5,1-2).

Quelle agréable analogie que nous fait là Matthieu! «Jésus gravit la montagne... il ouvrit la bouche et commença à les enseigner».

Le livre de l’Exode s’ouvre ainsi, au chapitre 24: «Dieu dit à Moïse: Montez vers Yahvé, toi, Aaron, Nadab, Abihu et soixante-dix des anciens d’Israël... Moïse vint rapporter au peuple toutes les paroles de Yahvé et toutes les lois...» (Cf. Ex 24,1-3).

Jésus, l’envoyé de Dieu, le nouveau Moïse, parle du haut d’une montagne pour rappeler le Mont Sinaï où Moïse avait reçu la loi (Ex 19). «Il commença à les enseigner», c’est donc le Maître qui vient apporter à Israël et à tous les peuples la Loi nouvelle et définitive: «Ne croyez pas que je suis venu démolir la loi et les prophètes; je ne suis pas venu défaire, mais pour amener à l’état parfait...» (Mt 5,17). Mais quel est cet enseignement nouveau de Jésus, en ce dimanche?

Ce Jésus qui enseigne à Israël et à nous tous veut nous dire que les béatitudes sont pour l’homme non pas des commandements, mais une révélation de Dieu. Et, ce Jésus qui enseigne aujourd’hui est la révélation suprême de la douceur de Dieu. Il est notre Maître, notre modèle, dira-t-il, un jour: «Mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur» (Mt 11,29). Et puisqu’il faut venir puiser vers lui notre propre douceur, écoutons-le: «Bienheureux... Bienheureux...»: «Les pauvres et les purs de cœur, les doux, les affligés, les avides de la justice, les miséricordieux, les persécutés, les insultés, les calomniés».

Essayons de comprendre que les béatitudes ne prônent pas du tout une espèce d’apathie, de laxisme, d’évasion, voire de résignation, de léthargie.

Pour preuve: Dieu n’est-il pas rangé du côté des pauvres, des humiliés, des sans-voix, des méprisés pour les défendre? C’est un bonheur que de vivre au cœur des béatitudes et de les avoir à cœur.  Un cœur de pauvre, voilà le message de Sophonie! Une pauvreté qui se manifeste à travers une certaine disponibilité du cœur, une ouverture, un accueil au don de Dieu. Ce ne sont pas les richesses extérieures, la satisfaction des désirs de la chair, le pouvoir et l’avoir, qui peuvent combler les désirs les plus profonds du cœur humain. Tout passe! Mais, il y a un moment redoutable qui nous attend tous: le «Jour du Seigneur». Dans les préparatifs de cette rencontre, sachons compter sur la miséricorde du Seigneur, en nous faisant «doux et humbles de cœur», pour chaque jour, chercher à faire partie de ce noyau, ce reste sur lequel Dieu compte pour l’expansion du Royaume qui est parmi nous. Jésus, lui-même, est un pauvre, il s’est adressé aux pauvres, comme il le fait en ce jour. Autour de lui s’est constituée une communauté de pauvres, de «petits».

Entrons dans le «petit reste», ces «pauvres de Yahvé», ces «anawin» en hébreu. Si nous, si le monde ne s’y attelle, Jésus a de quoi s’interroger quand il voit la marche du monde avec ses acteurs et ses habitants. Ce «petit reste» en marche, c’est nous du milieu d’un monde indifférent et matérialiste qui se passe de plus en plus de Dieu. Et Jésus se demande: «Le Fils de l’homme, quand il viendra sur terre, trouvera-t-il encore un peu de foi»?

Les béatitudes sont dans cette ligne. Et Matthieu trace par elles, en ce début du ministère de Jésus, comme la toile de fond de tout son enseignement. Nous qui nous sommes mis à suivre Jésus, appelés, justement, les «chercheurs de Dieu» - («Que cherchez-vous? Jn 1,38)- les béatitudes sont, pour nous, chemin, route de la vie, chemin du bonheur. Engageons-nous sur cette route pour avoir un jour accès, avec le Christ – Voie – Vérité - Vie- dans le Royaume des cieux. Ecoutons cet écrivain français pour nous réveiller de notre torpeur: «Je hais les pleurards au fond des églises sombres...»

Etre chrétien, ce n’est pas être résigné; être chrétien, ce n’est pas être attentiste. On ne te le dira pas assez, ma sœur, mon frère, tu es «sel et lumière du monde». Ne te cache pas au fond des églises et des grottes de la ville et des campagnes, agis dans l’Eglise et dans la société, as-tu bien compris que tu es «prêtre, prophète, roi»? (1 Pi 2,9-10). Et puis, comment être «artisan de la paix», si tu n’es qu’un dormeur? Au lieu de nous lamenter sur les situations du monde, de nos pays, de nos familles, de nos Eglises, soyons «des icônes» de la joie promise. Malgré les montagnes des difficultés, nous tous, laissons-nous habiter par la joyeuse folie des béatitudes, cela finira par se voir. Voici ce que disait Mère Teresa: «Notre gaieté est le meilleur moyen de prêcher le christianisme». Avançons donc! Cultivons l’espérance et l’humilité en nos cœurs. Le père J. Loew, fondateur de l’Ecole de la foi, de Fribourg (Suisse), écrivait: «Il y a une chose que Dieu ne peut pas tolérer et qui le bloque... Quand on se prend pour quelqu’un de sérieux, c’est tellement bête que Dieu en est déconcerté». Que Marie, l’humble servante, nous accompagne! Adressons à Marie, protectrice de l’Afrique, cette prière du Pape Benoît XVI: «Marie, par ton obéissance et par la grâce de l’Esprit Saint, tu nous as donné la source de notre réconciliation, notre justice, Jésus Christ, notre paix et notre joie».

Abbé Antoine MADINGOU
Archiviste de la Conférence épiscopale du Congo
CIO/Brazzaville

 

 


Séminaire continental de l’apostolat biblique à Yaoundé (Cameroun) : «Apporter à tous les peuples la Bonne Nouvelle du salut»

Note utilisateur:  / 0

Du 30 novembre au 5 décembre 2010, il s’est tenu à Yaoundé (Cameroun), un séminaire continental de l’apostolat biblique, sur le thème: «Verbum Domini et l’apostolat biblique en Afrique: évaluation et perspectives». Il s’est agi de répercuter, en Afrique, ce que le Pape a voulu exprimer à l’Eglise entière, qui émane du synode tenu à Rome, en octobre 2008, sur la Parole de Dieu dans la vie et la mission de l’Eglise. Sans vouloir être prétentieux, l’Afrique a été l’un des premiers continents, si ce n’est le premier, à faire écho à l’Exhortation du Pape à un tel niveau.

Lire la suite...

Conférence épiscopale du Congo : Brazzaville abritera sous peu les assises de la session pastorale

Note utilisateur:  / 0

Les membres de la C.e.c (Conférence épiscopale du Congo) tiendront leur session pastorale annuelle, du mercredi 9 au vendredi 11 février 2011, dans leur salle de réunion du C.i.o (Centre interdiocésain des œuvres), à Brazzaville. Cette session fait partie des trois rendez-vous ordinaires sacro-saints de la C.e.c, après la retraite spirituelle des évêques qui a lieu la première semaine de l’Avent, et avant l’Assemblée plénière annuelle, la deuxième semaine de Pâques. A leur session pastorale, les évêques du Congo concélébreront le dimanche 11 février 2011, une messe pontificale avec le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, archevêque métropolitain de Kinshasa, attendu à Brazzaville, la veille. Cette année, la plénière des évêques est prévue du lundi 2 au dimanche 8 mai 2011 au C.i.o à Brazzaville, sur le thème: «L’apostolat des laïcs dans la société congolaise».

Basilique Sainte-Anne (Archidiocèse de Brazzaville) : Rémy Ayayos Ickounga a offert des objets de culte à la communauté paroissiale

Note utilisateur:  / 0

Directeur de cabinet du directeur général du domaine présidentiel, Rémy Ayayos Ickounga a fait un don d’objets de culte à la communauté paroissiale de la basilique Sainte-Anne du Congo. La remise de ce don a eu lieu au cours d’une modeste cérémonie qui s’est déroulée, mardi 25 janvier 2011, dans la salle du presbytère, et c’est l’abbé Joseph Yongolo Kéoua, curé-recteur de la basilique, qui a réceptionné ce don, en présence du vicaire et des membres du conseil pastoral.

Lire la suite...

Jean-Paul II, patron des Jmj 2011

Note utilisateur:  / 0

Jean-Paul II, sous le pontificat duquel ont débuté les Journées mondiales de la jeunesse (Jmj), a été nommé patron de l’édition Madrid 2011 après l’annonce de sa béatification prévue le 1er  mai prochain.

Le cardinal Stanislaw Rylko, président du Conseil pontifical pour les laïcs, ministère du Vatican chargé des Journées mondiales de la jeunesse, a annoncé la nouvelle le 14 janvier au cours d’un congrès de plus de 200 délégués du monde entier réunis à Madrid pour préparer ces prochaines Jmj.

Informations supplémentaires