Vie de l'Eglise

VIème Dimanche Ordinaire A : «Choisis ou le bonheur ou la malédiction! Choisis ou la vie ou la mort»

Note utilisateur:  / 0

Textes: Sir 15,16-21; 1 Cor 2,6-10; Mt 5,17-37

«Si tu veux, tu peux observer les commandements, il dépend de ton choix de rester libre» (Sir 15,11,15).

Le Siracide veut rappeler à l’homme qu’il n’y a pas de fatalisme, du mot latin, «fatum» qui veut dire destin, que Dieu ne prédestine pas à la perdition. Donc, tu n’as pas à dire, homme: «C’est le Seigneur qui m’a fait, pêcher», car le Seigneur ne fait pas ce qu’il a en horreur...». Et Paul dans Romains 3,5-8; 9-19 et suivants proteste. Il y a donc grâce de Dieu et libre obéissance de l’homme. N’est-ce-pas ce que nous rappelle le Deutéronome?: «Vois, je vous offre aujourd’hui bénédiction et malédiction. Bénédiction, si vous obéissez aux commandements de Yahvé votre Dieu que je vous prescris aujourd’hui, malédiction si vous désobéissez aux commandements de Yahvé votre Dieu...» (Dt 11,26 et suivants). Et, encore: «Vois, je te propose aujourd’hui vie et bonheur, mort et malheur». (Dt 30,15 et suivants).

Aujourd’hui, Jésus parle en Maître, Jésus présente la Loi nouvelle. Il est venu pour reprendre et retrouver les certitudes acquises. Il vient achever, compléter. Des relations définitives avec Dieu doivent être inaugurées. C’est un temps nouveau, une ère nouvelle qui commence. Dieu, le pédagogue s’est illustré comme un sage, un patient pédagogue. L’heure a sonné, les temps sont accomplis. Dieu envoie au monde son propre fils pour, que - comme nous le rappelions à Noël, l’homme découvre le Père: «Qui m’a vu, a vu le Père».

Qu’y a-t-il à retenir dans l’enseignement de ce jour: que l’homme a donc à choisir la vie, c’est-à-dire le bonheur, le sien propre et celui d’autrui. Et, c’est le Maître de la vie qui te parle, ma sœur, mon frère aujourd’hui. Retiens ces trois grands commandements: le respect de la vie d’autrui, la fidélité conjugale, la vérité des paroles: «Oui, si c’est oui, non, si c’est non». Et, en regardant la vie de l’homme dans le monde, nous observons que ces trois commandements sont «battus en brèche», peu ou pas observés. Regarder sur le respect de la vie: avortements, meurtres, assassinats, règlements de compte... infidélité, dépravation des mœurs... films, images, accoutrements «sexy». Que de mensonge dans les rapports avec le prochain et avec Dieu, pourvu que ça paye... Le psalmiste le dénonce depuis la nuit des temps, (Cf. Ps 116,11): «L’homme est spontanément menteur, (Cf. Sir 5,14 -Jésus exige une loyauté totale.

Jésus nous invite tous, mes sœurs, mes frères, dans le Christ, à imiter ce Dieu qu’il vient nous révéler. Ce Dieu le demandait déjà à Israël, son peuple élu: «Soyez saints, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint» (Lv 11,45) ou ailleurs par Jésus lui-même: «Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait» (Mt 5,48). Il faut se perfectionner jusqu’à la charité: «... Va d’abord te réconcilier avec ton frère...».

Appel à la perfection, au jour le jour, oui! Jésus, ce dimanche place la barre, haut. Pas de l’«à peu près», mais de la perfection, le Dieu-Amour te demande, ma sœur, mon frère, de l’imiter. Son fils, image parfaite du Père, a accepté d’aller jusqu’au bout de l’amour, jusqu’à donner sa vie pour ceux qu’il aime. Il tient à ce que tu places la loi aux profondeurs de ton cœur justement à ta bonne hauteur, toi qui es créé (e) à l’image de Dieu et à sa ressemblance. «Je mettrai ma loi au fond de leur être et je l’écrirai sur leur cœur».

Tu es capable d’opter librement pour l’avenir de paix et de bonheur qu’il te propose à toi sa créature. Justement, le synode africain de 2009, à titre de rappel, invite l’Afrique, toi comme artisan, à la réconciliation, à la justice entre les hommes, à une paix durable.

«Le Christ, tu es l’unique bible que le peuple peut lire encore. Tu es le dernier de Dieu écrit en œuvre et en paroles». (Cf. Prière du 14ème siècle). Transforme tes frères et sœurs du monde, plus particulièrement d’Afrique». Amen!

 

Abbé Antoine MADINGOU
Archiviste de la Conférence épiscopale du Congo
Cio/Brazzaville

Cardinal Robert Sarah, président du Conseil pontifical Cor Unum : «Nous devons prier pour la béatification du cardinal Biayenda»

Note utilisateur:  / 0

Mgr Robert Sarah a été créé cardinal par Sa Sainteté le Pape Benoît XVI, au même moment que l’archevêque de Kinshasa, l’actuel cardinal Laurent Monsengwo Pasinya. C’était lors du consistoire du 20 novembre 2010, au Vatican. Le cardinal Sarah, archevêque émérite de Conakry (Guinée), nommé évêque à 34 ans (le plus jeune évêque du monde en 1979), est aujourd’hui le plus jeune cardinal du Vatican. Le 1er octobre 2001, il avait été nommé secrétaire de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples. Benoît XVI l’a élevé comme président du Pontifical conseil Cor Unum, depuis le 10 octobre 2010. Nous l’avons rencontré alors qu’il recevait le cardinal Monsengwo à Conakry, lors de sa messe d’action de grâce, le 19 décembre 2010. Le cardinal Sarah nous a livré ses impressions à propos du cardinal Emile Biayenda dont la béatification et la canonisation sont attendues fébrilement, pendant que son ami le Pape Jean Paul II sera béatifié, le 1er mai 2011 à Rome.

Lire la suite...

Rencontre Justice et Paix à Douala

Note utilisateur:  / 0

Le Bureau national de Justice et Paix annonce qu’il se tiendra du 15 au 19 février 2011 à Douala au Cameroun, une rencontre triennale sous-régionale des commissions nationales Justice et Paix de l’Acerac (Association des conférences épiscopales de la région de l’Afrique centrale). Cette rencontre portera sur le renouvellement de l’engagement des commissions Justice et Paix à la lumière du second synode des évêques pour l’Afrique. Elle aura pour objectifs:

- Transformer et prévenir les conflits violents

- Renforcer la contribution de l’Eglise en Afrique dans le plaidoyer social

- Redynamiser la synergie d’actions entre les commissions

Y sont invités: des délégués diocésains (un délégué par diocèse) dont le voyage Brazzaville-Douala-Brazzaville ainsi que le séjour seront pris en charge.

Conférence épiscopale du Congo : Brazzaville abritera sous peu les assises de la session pastorale

Note utilisateur:  / 0

Les membres de la C.e.c (Conférence épiscopale du Congo) tiendront leur session pastorale annuelle, du mercredi 9 au vendredi 11 février 2011, dans leur salle de réunion du C.i.o (Centre interdiocésain des œuvres), à Brazzaville. Cette session fait partie des trois rendez-vous ordinaires sacro-saints de la C.e.c, après la retraite spirituelle des évêques qui a lieu la première semaine de l’Avent, et avant l’Assemblée plénière annuelle, la deuxième semaine de Pâques. A l’issue de leur session pastorale, les évêques du Congo concélébreront le dimanche 13 février 2011 à 10h au stade Félix Eboué, une messe pontificale avec le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, archevêque métropolitain de Kinshasa, attendu à Brazzaville, la veille. Cette année, la plénière des évêques est prévue du lundi 2 au dimanche 8 mai 2011 au C.i.o à Brazzaville, sur le thème: «L’apostolat des laïcs dans la société congolaise».

Paroisse Notre-Dame Auxiliatrice de Voka (diocèse de Kinkala) : Le nouveau curé, l’abbé Armel Prosper Bouiti, installé dans sa charge

Note utilisateur:  / 0

Dimanche 30 janvier 2011, Mgr Louis Portella Mbuyu, évêque de Kinkala, a installé, officiellement, dans sa charge de curé de la paroisse Notre-Dame Auxiliatrice de Voka, l’abbé Armel Prosper Bouiti. Cette cérémonie s’est déroulée lors de la messe unique de 9h. L’ordinaire du lieu était assisté des abbés Bienvenu Manamika, vicaire général du diocèse de Kinkala, Régis Kibouka Mahoukou, secrétaire chancelier, Simon Mahoungou, responsable du patrimoine diocésain et Thibault Milongo, vicaire paroissial.

Lire la suite...

Informations supplémentaires