Congrégation des Sœurs de Saint Joseph de Cluny : L’année du 125ème anniversaire a été lancée à Pointe-Noire

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Les sœurs de  Saint Joseph de Cluny ont célébré l’ouverture de l’année jubilaire, marquant les 125 ans de leur présence au Congo, dimanche 16 janvier 2011, en l’église Sacré-Cœur de Loango. L’eucharistie à cet effet était présidée par Mgr Jean Claude Makaya-Loemba, évêque de Pointe-Noire, qui était entouré d’une vingtaine des prêtes dont les abbés Alain Loemba-Makosso, vicaire général du diocèse de Pointe-Noire, Louis Pambou, procureur diocésain. Quelques autorités politico-administratives de la ville y ont aussi participé: Pierre Albert Victor Bayonne, administrateur-maire du troisième arrondissement Tié-Tié; Micheline Potignon  Ngondo, députée de la première circonscription de Lumumba. Il faut aussi noter la forte participation des laïcs du diocèse, avec à leur tete, M. Pierre Justin Makosso, modérateur du B.d.a.l. (Bureau diocésain de l’apostolat des laïcs).

C’est pour des raisons historiques que les sœurs de Saint Joseph de Cluny ont choisi Loango, pour l’ouverture de cette année jubilaire. En effet, la première communauté des sœurs de Saint Joseph de Cluny avait été accueillie à Loango. Deux temps forts ont marqué cette journée à savoir: la célébration eucharistique, le recueillement de tous les participants devant les tombes des premiers missionnaires, la visite de l’oratoire Saint Joseph.

Prenant la parole au début de la célébration, la sœur Solange Lozi, provinciale de l’Afrique centrale des sœurs de Saint Joseph de Cluny, a fait la synthèse de l’histoire de la congrégation de 1886 à 2011. «Connaissant l’œuvre réalisée par les sœurs de Saint Joseph de Cluny en France auprès des orphelins et des malheureux, les filles de Mère Javouhey étaient demandées partout en France et dans les colonies françaises. Répondant à cet appel, les sœurs seront présentes dans les cinq parties du monde. En Afrique, le tout premier groupe des sœurs de Saint Joseph de Cluny, était arrivé à Landana au Cabinda, le 19 janvier 1883, à la demande des pères spiritains Duparquet et Carrie. Les services rendus par les sœurs de Saint Joseph de Cluny auprès de la population de Landana ont beaucoup marqué le père Carrie, fondateur de la mission de Loango. Celle-ci était considérée comme la porte d’entrée au Congo pour les missionnaires. L’éducation des jeunes et des enfants a été l’un de ses grands soucis. Le concours de ses religieuses était indispensable dans sa mission. Devenu vicaire apostolique du Congo, le 24 octobre 1886, il fait appel à la même congrégation. Le 29 décembre 1886, quatre sœurs à savoir: Charles Carabose, Justine Elgive Marbach et Jacob Schwol débarquaient à Loango», a déclaré sœur Lozi.

Poursuivant son mot, la sœur Solange Lozi a étalé les joies et les souffrances qu’ont connues les premières religieuses de Saint Joseph de Cluny. L’air était très malsain à cause des marais qui entouraient la colline, l’année 1897 avait été  très mauvaise. En 1900, les sœurs sont renvoyées en France, en 1907, les sœurs reviennent à Loango, Mgr Dérouet, vicaire apostolique de Loango, remplaçant Mgr Carrie, avait pris le soin de déplacer l’habitation des sœurs de la colline à la plaine. On pensait que l’insalubrité de la colline avait provoqué la mort de quelques sœurs.

Pour finir, la provinciale des sœurs de Cluny a lancé un vibrant appel à tous ceux qui peuvent les aider: «J’ose vous lancer cet appel; celui de nous aider à construire notre maison d’habitation sur le terrain qui se trouve à Mongo-Kamba (Tchilulu) où nous avons déjà un dispensaire. Nous rendons grâce à Dieu pour le courage et l’audace missionnaire des filles d’Anne-Marie Javouhey, évangélisatrices dans nos pays d’Afrique». Ainsi, a été déclarée ouverte l’année jubilaire, en fixant la date de la clôture au 29 décembre 2011, à Loango, s’il plait à Dieu.

Dans son homélie tirée des textes du deuxième dimanche du temps ordinaire A, Mgr Jean Claude Makaya-Loemba, a loué la vocation des premières missionnaires. Il faut absolument que la Parole de Dieu arrive jusqu’ aux extrémités de la terre! Voilà chers frères et sœurs, un élément qui a permis aux sœurs de quitter leur pays, pour partir dans un lieu qu’elles ne connaissaient pas. Celles-ci, venaient pour la première fois rencontrer l’Afrique et ses habitants. Elles savaient déjà la précarité de l’Afrique mais, elles ont accepté, pas par orgueil personnel mais, par l’appel de Dieu. Elles savaient que cet appel reçu devrait les conduire jusqu’ aux extrémités de la terre. Les sœurs n’étaient pas venues pour s’occuper seulement des jeunes, enfants et femmes, mais pour leur témoignage et par vocation. Ah, Seigneur! Si tu pouvais davantage encore ressusciter ce genre de vocations, qui accepte d’aller au loin, d’affronter les difficultés. Après la célébration eucharistique, tous les participants se sont recueillis devant les tombes des premiers missionnaires et ont visité l’oratoire Saint Joseph.

 

Jean Baptiste MILANDOU  et Equateur Denis NGUIMBI

Informations supplémentaires