Diocèse de Kinkala : En visite à Voka, le nonce apostolique a prêché l’amour mutuel

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Nonce apostolique au Congo et au Gabon, Mgr Jan Romeo Pawlowski, a effectué une visite pastorale à la paroisse Notre-Dame Auxiliatrice de Voka, dans le diocèse de Kinkala, dimanche 13 mai 2012. Lors de sa visite, le nonce apostolique a présidé la messe dominicale, le jour où l’Eglise universelle célèbre le 6ème dimanche de Pâques, en l’année liturgique B. C’était en présence de M. Banzouzi Nsimba, sous-préfet de Boko et son épouse, de la veuve Laurentine Milongo, maire de la communauté urbaine de Boko, du représentant local de l’Armée du salut. Comme concélébrants, il y avait les abbés Bienvenu Manamika Bafouakouahou, vicaire général de Kinkala, Armel Prosper Bouity et Armand Kabikissa, curé et vicaire de la paroisse.

Il est presque 9h50 lorsque le véhicule transportant le nonce apostolique gagne Voka, sous les applaudissements, les ovations des chrétiens de la paroisse Notre-Dame Auxiliatrice, dressés en haie d’honneur, sur l’allée principale qui conduit à la mission. Tous, hommes, femmes, vieillards, jeunes et enfants, étaient mobilisés, pour accueillir l’envoyé spécial du Pape, qui foulait pour la seconde fois, le sol de Voka. En effet, Mgr Jan Romeo Pawlowski avait, auparavant, effectué un bref passage de quelques heures dans cette mission catholique, l’une des plus vieilles du diocèse, en compagnie de l’abbé Bogdan Piotrowski, curé de la paroisse Jésus Ressuscité et de la Divine Miséricorde du Plateau des 15 ans, dans l’archidiocèse de Brazzaville.
Tout est d’ailleurs parti de cette visite éclair, qui a attiré l’attention du représentant du Saint-Siège au Congo, au regard de l’architecture et la merveille que revêt l’église de Voka, un ouvrage non moins gigantesque, bâtie des mains d’homme, par les missionnaires spiritains. Son âge? L’édifice est vieux de plus de 80 ans, à en croire le curé de la paroisse. Interpellé par les fissures de plus en plus visibles qui de nos jours jonchent l’église, d’un mur à l’autre, le nonce apostolique avait manifesté le désir d’aller y célébrer l’eucharistie, pour communier aux intentions des chrétiens de Voka, et pour leur témoigner sa proximité, ainsi que celle du Saint-Père. Ce dimanche-là, était donc la concrétisation de la promesse faite par le nonce, et de l’invitation du curé de la paroisse, sous la bénédiction de l’évêque du lieu, Mgr Louis Portella Mbuyu. Pour signifier sa volonté de recevoir le nonce apostolique dans son diocèse, Mgr Portella a enjoint son vicaire général, de le représenter en lieu et place à Voka, et de traduire sa gratitude au nonce apostolique.
Au début de la messe, comme lors de sa visite pastorale à Saint Michel de Goma-Tsétsé, le nonce apostolique a salué la foule en lari (langue locale) en lâchant: «Mboté». Une messe chantée par la chorale paroissiale Sainte Odile et la scholas populaire. Cinq temps forts l’ont dominée: les mots de bienvenue et de remerciements du curé de la paroisse, l’homélie du nonce, les mots de remerciements du vicaire général de Kinkala et du nonce apostolique.
Qualifiée d’action de grâces et de réelle résurrection du Seigneur Jésus Christ, la messe célébrée par Mgr Jan Romeo Pawlowski est, affirme l’abbé Armel Bouity, la toute première d’un nonce apostolique dans cette église, envahie par pas mal d’intempéries, notamment les fissures, le vieillissement.
«On peut se poser la question: est-ce possible de construire sur la haine, l’oppression, la violence?... Nous sommes invités par Jésus lui-même à montrer l’amour qui est dans nos cœurs, à construire dans cet amour. Ne disons pas que nous sommes loin de Brazzaville, de New-York,… Si chacun de nous pouvait prendre l’engagement de changer, tout pourrait s’améliorer en nous, autour de nous, dans notre pays, dans notre monde», a dit, dans son homélie, le nonce apostolique. «Si quelqu’un vous demande: pourquoi le nonce apostolique est venu ici, que vous a-t-il dit? Dites qu’il est venu au nom du Seigneur, nous inviter à nous aimer les uns les autres», a poursuivi Mgr Jan.
Envoyé spécial du Pape, Polonais de surcroît, Mgr Jan a également tenu à rafraîchir la mémoire des chrétiens de Voka, en leur rappelant que ce jour du Seigneur, était un jour souvenir pour l’Eglise catholique romaine. Car, c’est bel et bien le mercredi 13 mai 1981, en la fête de Notre-Dame de Fatima très vénérée par Jean Paul II, que Mehmet Ali Agca, membre de l’organisation nationaliste turque des «Loups gris» avait tenté d’assassiner le Souverain Pontife, sur la Place Saint-Pierre de Rome.
Notons qu’avant de présider l’eucharistie, le nonce apostolique s’est entretenu avec le sous-préfet de Boko, au presbytère de la paroisse.
La paroisse de Voka s’étend sur plus de 60Km, avec plus de 52 communautés.

Aristide Ghislain NGOUMA
Envoyé spécial

Informations supplémentaires