Eglise catholique en Pologne : Lettre pastorale des évêques sur Jean-Paul II

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

«Que le bienheureux Jean-Paul II soit notre guide spirituel sur les chemins de la liberté, de l’unité et de la solidarité»: c’est le souhait que les évêques de Pologne expriment, dans une lettre pastorale rendue récemment publique, a rapporté l’agence d’information religieuse italienne Sir. 

Signée à Varsovie, le 22 février dernier, cette lettre a été écrite à l’occasion de la cérémonie de béatification du pape polonais du 1er mai prochain.

Les prélats se déclarent convaincus que «la béatification de Jean-Paul II ouvrira de nouvelles perspectives pour l’avenir» obligeant «de manière encore plus attentive et créative à lire son héritage exprimé par ses paroles, sa personnalité, son style de vie».

Ils souhaitent que «les signes» laissés par le pape les aide «à faire face aux nouveaux défis en inspirant la vie privée et sociale».

L’épiscopat polonais - rapporte encore l’agence Sir - rappelle que «le don de la vie et du service de Jean-Paul II a enrichi, de manière significative, la vie de l’Eglise et du monde».

«Nous mêmes, dans notre pays et dans notre partie de l’Europe, avons vécu le changement d’époque inspiré par le pape d’un monde libéré des chaînes d’un système totalitaire et sans Dieu, système qui a oppressé pendant des décennies des individus et des peuples entiers».

Les évêques estiment que la préparation à la béatification de Jean-Paul II concerne aussi la vie publique. A ce propos, ils affirment, dans cette lettre, leurs «préoccupations liées à la qualité et au style de vie politique» en Pologne, notant «des divisions scandaleuses entre personnes et partis différents qui se réfèrent aux valeurs chrétiennes».

Les évêques demandent au monde politique d’éviter des «disputes stériles» et souhaitent que «le pardon et la réconciliation puissent devenir un programme pour tous les partis». «Nous savons, ajoutent-t-ils, qu’en appelant les autres à une transformation du cœur, nous devons, nous-mêmes, en donner l’exemple».