Après la catastrophe de Mpila à Brazzaville : L’Eglise catholique s’implique pour soutenir les victimes

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Depuis le début de la catastrophe qui a endeuillé le pays en général et Brazzaville en particulier, plusieurs organismes, agences d’aides et partenaires du Congo de par le monde, œuvrent aux côtés du gouvernement congolais, pour l’aider à faire face aux besoins urgents des victimes. Au plan local, l’Eglise catholique à travers sa structure Caritas Congo ainsi que l’ensemble des Caritas diocésaines et paroissiales s’emploie elle aussi, pour une meilleure prise en charge de toutes les victimes de cette tragédie. C’est ainsi que Caritas Congo et la Caritas diocésaine de Brazzaville, la plus directement concernée, sillonnent les différents sites institués à Brazzaville, et participent à la plupart des réunions, organisées à cet effet, notamment celles organisées par le Ministère des affaires sociales, de l’action humanitaire et de la solidarité.

Connue pour sa compétence et sa maîtrise dans la gestion des catastrophes, Caritas Congo, une structure de l’Eglise catholique qui œuvre pour le bien-être social et la pastorale du développement, n’est pas restée sans initiatives. Depuis le début de cette tragédie qui a occasionné de nombreuses pertes en vies humaines et qui a décimé certains quartiers de Brazzaville, l’Eglise ne se met pas en reste, en terme de stratégies de sortie de crise et de prise en charge des personnes déplacées occupant son espace, pour s’abriter.
Si le site de la place mariale de la cathédrale Sacré-Cœur de Brazzaville avec 925 familles identifiées demeure l’un des plus importants en terme d’effectif, de besoins et de demandes, il faut également noter par ailleurs ceux du marché couvert de Nkombo (6.300 sinistrés), des paroisses Notre-Dame du Rosaire, Saint Grégoire de Kingoma de Massengo, Notre-Dame de Fatima de Mpila et d’autres, qui regorgent de bon nombre de déplacés!
En effet, le travail de Caritas Congo consiste à accompagner le gouvernement dans l’identification des personnes habitant les sites, le relais de l’information, le ravitaillement en vivres et d’autres matériels essentiels, le suivi et la sécurisation des lieux. Dans leur mission, Caritas Congo et Caritas Brazzaville sont appuyées par la Caritas du diocèse de Kinkala et celle de la RDC.
Au nombre des rencontres d’évaluation ou de mise en commun initiées jusqu’ici par Caritas Congo, il y a celle du mercredi 7 mars 2012 à son siège, présidée par Mgr Miguel Angel Olaverri, administrateur apostolique de Pointe-Noire, président de Caritas Congo, en présence de Mgr Louis Portella Mbuyu, évêque de Kinkala, président de la Conférence épiscopale du Congo. Ces rencontres rassemblent tous les partenaires du réseau Caritas Congo. Elles sont l’occasion de faire le point des actions qui sont menées en collaboration et de façon concertée avec la Direction générale des affaires sociales. Dans cette dynamique, Caritas Congo réaffirme son implication, sa détermination, sa participation active et développe des stratégies pour se mettre en branle aux côtés de toutes les parties prenantes impliquées dans la crise, singulièrement le gouvernement congolais. 
Au fond, le peuple congolais souffre atrocement dans sa chair et son cœur; ceux qui habitaient les quartiers sinistrés, manquent désormais de tout, même du strict minimum. Dans les sites, même les ustensiles de cuisine font défaut. C’est ainsi qu’il faut encourager et souhaiter davantage des élans de solidarité tels ceux de la France par la mise à disposition des tentes, médicaments et autres matériels et des experts; des Etats-Unis d’Amérique par l’octroi d’une subvention de 100 mille dollars, des experts en démolition et extraction des munitions et explosifs, et de bien d’autres partenaires.
Au niveau des diocèses, la Conférence épiscopale du Congo a fait entendre sa voix, à travers une déclaration rendue publique par son président Mgr Portella, pour décider que dans toutes les paroisses du Congo, toutes les quêtes du dimanche 11 mars prochain soient impérées, et reversées à l’économat diocésain et par le biais de la Caritas, pour servir au ravitaillement des victimes de la catastrophe de Mpila. Cette déclaration a été étayée par le message de condoléances du Pape Benoît XVI. La démarche de l’Eglise n’exclut pas les initiatives individuelles ou ponctuelles, tel que l’ont d’ores et déjà compris certains curés des paroisses et les hommes au cœur sensible.

Aristide Ghislain
NGOUMA


Informations supplémentaires