VIIème Dimanche Ordinaire A : «Œil pour œil, dent pour dent»! Non! «Aimez vos ennemis! «Aimez-vous! Aimez-vous!» Oui!

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Textes: Lv 19,1-2.17-18; 1 Cor 3,16-23; Mt 5,38-48

 

Aimez vos ennemis, est-ce possible? Pas possible! Ça!

Tendre la joue gauche quand on m’a giflé sur la droite, et puis quoi encore? Comme si cela ne suffisait pas, il va jusqu’à me demander d’aimer mes ennemis et prier pour ceux qui me font du mal. Vous me poussez à la lâcheté et à la folie.

Quel évangile apparemment démesuré, déconcertant, voire même décourageant par ses exigences!

Jésus me répond: «Oui, ne vous ai-je pas dit hier?»

«Ne pensez pas que je suis venu abolir la loi ou les prophètes, je ne suis pas venu abolir, mais accomplir». (Mt 5,17) et encore: «Je vous le dis, en effet: si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le Royaume des cieux…!». «Eh bien, moi, je vous dis…» (Mt 5,17)

Rien de démesuré, ni de déconcertant. Il n’y a pas lieu à se décourager. C’est là le cœur de la nouveauté évangélique. C’est cela la loi nouvelle du premier commandement: Aimer Dieu, aimer le prochain. C’est la tradition concrète du «Aimez-vous» que nous chante merveilleusement John Littleton: «Aimez-vous, aimez-vous…»!

Jusqu’à aimer vos ennemis, c’est fou, non? Mais «la sagesse de ce monde est folie devant Dieu». Ainsi, la bible, St Paul avec, ramène l’homme à l’incessante invite de Dieu à tout son peuple, donc à chacun de nous: «Soyez saints, car moi, votre Dieu, je suis saint» (cf. 1ère lecture). Qui a dit, ma sœur, mon frère qu’il est facile de suivre le Christ? Ne dit-il pas: «Celui qui veut être mon disciple, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive»? Le Christ est sur un autre terrain que celui des codes de justice  sans lesquels il n’y a pas de société de droit. Quoique…! Il ne dit pas de te conduire en naïf, il ne demande pas de démissionner devant l’injustice et la violence. Il te pousse plus loin, sois artisan de la paix et de réconciliation. Donne même à qui te demande même d’une manière exagérée. N’arrête pas de faire le bien! Pour le mal qui t’est fait, réponds par le bien! Ça c’est nouveau dans notre monde. Du jamais entendu, du jamais vu!

Comme le dit le psaume 102: «Le Seigneur est tendresse et pitié». Donnons, frères et sœurs, au monde le spectacle de sainteté! Ressemblons au Christ, à travers notre existence quotidienne! Devenons différents de ce que nous étions hier!

Ecoutons Jean Paul II, en visite au Cameroun, à Douala, ce mardi là, 13 août 1985, lors de son adresse aux intellectuels africains dans le monde et dans l’Eglise. Il leur rappelle que l’évangile bouleverse les modes de vie, les traditions. Voici ce que dit le Pape: «D’abord, il est bien entendu que la libération recherchée est la libération intégrale de l’homme, de tout ce qui l’asservit du dehors et du dedans. Toute l’histoire biblique qui demeure un guide inspiré pour nous tous, est comme une prise de conscience que les obstacles, souvent apparus avec les contraintes des étrangers, étaient aussi dans le cœur des Israélites, eux-mêmes, qui participaient au péché personnel et social, à l’ignorance des valeurs morales et spirituelles, à l’infidélité au Dieu de l’alliance, lequel était justice, sainteté, amour. Le Seigneur les invitait, sans cesse, à une fraternité plus réelle entre eux et à une fraternité élargie avec les autres peuples».

Voilà qui rejoint le message de ce dimanche.

Toi, homme créé à l’image de Dieu et à sa ressemblance (cf.Gn 1,26). Les textes de ce jour doivent te faire prendre conscience de ce que tu es.

«Vous êtes le temple de Dieu, l’Esprit de Dieu habite en vous» (1 Cor 3,16). En vérité, la demeure en Dieu parmi les hommes, c’est l’homme lui-même, dans la mesure où l’édifice est solidement construit sur le fondement qu’est Jésus-Christ, alors: «Que votre lumière brille aux yeux des hommes alors, en voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux». (Mt 5,16)

Ö maman Marie, conduis-nous vers ton fils, lui qui est Voie, Vie, Vérité. Amen!

Abbé Antoine MADINGOU
Archiviste de la Conférence épiscopale du Congo
Cio/Brazzaville

 

Informations supplémentaires