ARCHIDIOCESE DE BRAZZAVILLE : 55 ans des Fraternités catholiques

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

Il y a 55 ans furent créées les Fraternités catholiques du Congo. Pour commémorer cet événement qui eut lieu en 1964, Mgr Anatole Milandou, archevêque de Brazzaville, a présidé une messe à la Place mariale de la cathédrale Sacré-Cœur, le samedi 23 novembre 2019. Concélébrée par quatorze prêtres, dont l’abbé Maurice Misère Guenole, aumônier diocésain des fraternités féminines et masculines de Brazzaville, cette messe a été marquée par l’émission de la promesse de 226 membres de différentes fraternités catholiques féminines et masculines de Brazzaville.

Une délégation venue de Pointe-Noire a été comptée parmi les participants à la messe animée par la chorale diocésaine des fraternités féminines.

Mgr Anatole Milandou a fait la genèse des fraternités et relevé les grands moments qui ont jalonné leur parcours en ce que l’initiative est née d’anciennes élèves de l’école Anne Marie Javouhey, structure scolaire tenue par les religieuses de la Congrégation des sœurs de Saint Joseph de Cluny.
Mme Sidonie Alouna Nsayi, présidente diocésaine des fraternités féminines de Brazzaville, a prononcé le mot de bienvenue: «Voici 55 ans que les mamans cheminent ensemble. Elles ont connu des hauts et des bas, des moments de joie, des moments d’épreuve. Mais par la grâce de Dieu, elles tiennent bon. La fraternité Sainte Monique, 3ème née, a donné naissance à la première fraternité masculine, Saint Augustin. A ce jour, l’archidiocèse de Brazzaville compte 43 fraternités féminines et 13 fraternités masculines.» A signaler qu’au cours de cette messe, deux fraternités féminines et une fraternité masculine ont fait leur sortie officielle. De même, 200 membres des fraternités féminines et 26 membres des fraternités masculines ont émis leur promesse.
C’est l’abbé Ferelle Brice Aldrin Malonga, aumônier diocésain adjoint des fraternités féminines et masculines de Brazzaville, qui a prononcé l’homélie. «Au regard de l’âge que nous prenons irréversiblement dans la fraternité, chacun et chacune de nous est invité à s’interroger avec beaucoup d’humilité et de courage : jusqu’où va ma fidélité au Christ dans la fraternité? Mon engagement dans la fraternité, à la suite du Christ est-il total ou à moitié? Qu’ai-je fait de mes engagements baptismaux et de mon engagement dans la fraternité? Mon engagement dans la fraternité, à la suite du Christ, a-t-il atteint son hapax sa vitesse de croisière ou bien au contraire il est en perte de vitesse, voire au point mort? Suis-je pour ma fraternité un catalyseur qui concoure à la réussite et au progrès ou un facteur qui occasionne l’échec et la régression? Ou encore un facteur de division, de trouble?», a fait savoir le prédicateur.
Après l’homélie, a eu lieu l’exécution du rite de la promesse caractérisé par l’appel des candidats par la présidente diocésaine des fraternités féminines et le président diocésain des fraternités masculines de Brazzaville, suivi du dialogue entre l’aumônier diocésain et les 226 candidats à la promesse. Ce rite a été clôturé par la bénédiction des signes distinctifs de leur appartenance à la famille des fraternités ainsi que le port  de la tenue pour les hommes et le foulard sur la tête pour les femmes.
La fin de la messe a été caractérisée par le mot de remerciements de la présidente diocésaine des fraternités féminines de Brazzaville, suivi de l’intervention de la présidente diocésaine des fraternités féminines de Pointe-Noire. Accompagnée de l’aumônier diocésain de Pointe-Noire, elle a remis à l’aumônier de Brazzaville un présent constitué d’un tableau de l’effigie de Notre-Dame des Sept douleurs, patronne des fraternités.
S’exprimant à son tour l’aumônier diocésain des fraternités féminines et masculines de Brazzaville a déclaré: «A la suite de nos prédécesseurs, nous nous sommes mis en tenue de service pour vous servir.» Avant de présenter les deux bureaux diocésains des fraternités féminines et masculines, l’aumônier a interpellé les nouveaux membres à s’attacher aux apostolat et à demeurer fidèles aux réalités de la vie des fraternités.
Intervenant en dernier, l’archevêque de Brazzaville a exhorté les membres des fraternités à demeurer des artisans de l’amour de Dieu dans leurs milieux respectifs par la pratique incessante des œuvres de charité.  

Gislain Wilfrid
BOUMBA

Informations supplémentaires