Archidiocèse de Brazzaville : «Chrétien de Brazzaville, qu’as-tu fait de ton baptême?»

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Organisée par la Commission diocésaine de la Pastorale, chargée de la coordination des mouvements d’apostolat que préside l’abbé Yvon Bienvenu Mabandza, la traditionnelle session diocésaine précédant l’ouverture de l’Année pastorale  2019-2020, s’est déroulée du mardi 1er octobre au jeudi 3 octobre 2019, dans la salle de la catéchèse de la cathédrale Sacré-Cœur de Brazzaville.

Placée sous l’autorité de Mgr Anatole Milandou, archevêque métropolitain de Brazzaville, cette session a connu la participation des plusieurs prêtres, religieux, religieuses de diverses congrégations et des laïcs membres des bureaux diocésains des mouvements d’apostolat et des Conseils pastoraux paroissiaux.

Les trois jours ont eu respectivement pour modérateurs, les abbés Newman Suijès Samba Dia Mbemba, Bertholin Bahoumina et Urgel Eric Babika.
Dans son allocution d’ouverture, Mgr Anatole Milandou après avoir fait la rétrospective des thèmes des deux années pastorales antérieures, a fait remarquer: «Au terme de ces deux années de lutte acharnée, le constat reste amer, plusieurs maux continuent de s’installer dans notre société et dans notre Eglise; lesquels maux démontrent la fragilité de notre foi. La corruption des mœurs à tous les niveaux, la tiédeur, les incompréhensions, les infidélités qui se normalisent dans les foyers dits chrétiens; les divorces qui provoquent le désarroi des enfants; la démission des parents devant leur devoir d’éducateurs et de formateurs vis-à-vis de leurs enfants, tout comme des responsables vis-à-vis de leurs subordonnés; les rancœurs, les jalousies et les rivalités de toutes sortes, les vols, les agressions, les assassinats: autant de maux qui favorisent la méfiance et l’insécurité entre frères et sœurs en humanité. Un bilan qui ne fait pas notre bonheur et nous interpelle aujourd’hui. Pourquoi un tel résultat? La réponse est difficile en un seul mot. Nous pouvons néanmoins affirmer qu’au-delà de tous les discours qui s’enchainent à divers niveaux, il y a une chose sur laquelle tout le monde s’accorde, sans trop de peine: la perte des repères fondamentaux.»
«Chrétien de Brazzaville, qu’as-tu fait de ton baptême?», tel est le thème de l’Année pastorale 2019-2020. Poursuivant son propos, l’archevêque parlant du thème de cette Année pastorale, a souligné: «C’est cette interpellation que je formule à l’endroit de tout un chacun individuellement. Cette question nous avait été posée par le Cardinal Roger Etchegaray, lors de la clôture de l’Année du Centenaire de l’Evangélisation du Congo, le 28 août 1983. C’est aussi pour moi une occasion tout indiquée de rendre hommage à ce grand pasteur de notre Sainte Eglise, des mains de qui, j’ai reçu l’ordination épiscopale. Le baptême est le symbole de l’alliance que nous avons conclue avec Dieu. Ne pas vivre les engagements de son baptême, c’est porter préjudice à cette alliance, mieux rejeter Dieu. Or, sans Dieu, notre vie tombe en ruine.»     
La première communication a été celle de l’abbé Christophe Maboungou, directeur du moyen séminaire Saint Jean de Kinsoundi, à Brazzaville. Son exposé s’est intitulé: «Le Baptême et ses implications». Au cours de sa communication, l’orateur a reformulé cette question de la manière suivante: «Chrétien de Brazzaville, que dois-tu faire désormais de ton baptême?», invitant ainsi le chrétien à rechercher les signes qui doivent l’aider à vivre son baptême. Après s’être interrogé sur l’efficacité du baptême dans nos vies, le directeur du moyen séminaire Saint Jean a abordé les conséquences du baptême dans nos vies. En somme, l’orateur a abordé dans son exposé, la notion de baptême et ses implications théologiques, pastorales, socio culturelles et, anthropologiques. A sa suite, l’abbé Newman Suijès Samba Dia Mbemba a présenté une communication sur l’organisation des doyennés ayant débouché sur des propositions. «Si nous admettons qu’un doyenné est le regroupement de plusieurs paroisses par proximité géographique, par affinités de langue, de culture ou de mode, il convient de reconnaître que le doyenné peut être considéré comme le thermomètre de la vie pastorale d’un diocèse. Voilà pourquoi, nous souhaitons faire de nos doyennés des lieux de rencontre salutaire pour la bonne marche de la vie de notre Eglise particulière.», a affirmé l’orateur avant de faire quelques propositions parmi lesquelles: faire des doyennés, des lieux de formation et d’informations pour les prêtres, religieux et religieuses; faire des doyennés des lieux de formation permanente pour les laïcs; faire de doyennés des lieux de communion…
Une sensibilisation a été faite sur la commémoration de la 15e Journée mondiale des soins palliatifs qui sera célébrée par l’Association congolaise Accompagner (ACA) en collaboration avec la Congrégation des sœurs Auxiliatrices de Marie Immaculée, le samedi 12 octobre 2019, ainsi que sur la descente de Radio Magnificat dans certaines paroisses de l’Archidiocèse conformément à un calendrier publié par l’archevêque de Brazzaville. A la fin de cette première journée, l’archevêque a exhorté les chrétiens à s’engager dans la politique car la plus haute forme de charité est la politique. «Le chrétien doit s’occuper de la politique, au lieu de la laisser dans les mains des non-experts.» a affirmé Mgr Anatole Milandou.
Le deuxième jour a été consacré aux travaux en atelier. Il y a eu au total huit ateliers qui se déployés à faire des propositions qui vont orienter l’action pastorale au cours de cette année.
Plusieurs communications et points d’information ont donné le rythme et la cadence à cette troisième et dernière journée: frère Jean Kombo Boutsoki, directeur diocésain de la catéchèse, a présenté les grands axes de l’année catéchétique 2019-2020, parmi lesquels, l’organisation d’un colloque pour la transmission de la foi et a sollicité la participation de tous en vue d’une fructueuse action. L’abbé Gervais Koudissa, directeur diocésain des Œuvres pontificales missionnaires (OPM), a présenté le contexte et l’historique de la Journée mondiale des missions qui se célèbre à travers le monde, l’avant dernier dimanche du mois d’octobre. Cette année la célébration de cette journée est fixée au dimanche 20 octobre 2019. Au terme de son exposé, le directeur diocésain des OPM a fait des propositions selon lesquelles, que les curés de paroisses insistent sur la notion de mission chez tout baptisé, inviter les chrétiens à prier systématiquement pour les missions, préparer les chrétiens à participer aux quêtes impérées, choisir les textes liturgiques du dimanche des missions. Cela avant de présenter le compte rendu des quêtes impérées de l’année pastorale 2018-2019. L’abbé Simon Monekene, directeur des études de l’Ecole des sciences religieuses (ESR), a fait une communication sur cet outil d’information et de formation de l’Eglise locale. La messe de la rentrée académique est fixée au samedi 19 octobre 2019, à 10h 00. Tandis que la leçon inaugurale aura lieu le lundi 21 octobre 2019, à 15h. Et la rentrée des classes prévue pour le mardi 22 octobre 2019, à partir de 8h 30. A travers cette présentation l’orateur a pensé lancer une campagne d’inscription à cette école. Les cours dispensés à cette école sont: écriture sainte, théologie fondamentale, droit canonique, théologie morale, doctrine sociale, catéchèse fondamentale, spiritualité, théologie œcuménique, théologie liturgique, théologie sacramentaire, histoire de l’Eglise, traités, philosophie, anthropologie, sociologie, langues dont le latin, la langue de l’Eglise. «Le programme des cours est le même que celui du Grand séminaire.» a affirmé l’orateur.  
L’abbé Destin Ndzorombe Mouene, aumônier diocésain pour la pastorale des Migrants et des Réfugiés, a fait l’écho de la commémoration de la 105e Journée mondiale des Migrants et des Réfugiés, présentant ainsi les activités réalisées de connivence avec la Commission épiscopale des Migrants et des Réfugiés (CEMIR). Au nombre de ces activités, il y a eu la Table Ronde, organisée, vendredi 27 septembre 2019, au Centre interdiocésain des Œuvres (CIO), à Brazzaville, et la messe en l’église Jésus Ressuscité et de la Divine Miséricorde, le dimanche 29 septembre 2019. A la fin de son exposé, après avoir décortiqué le thème de cette journée mondiale: «Il ne s’agit pas que des migrants», l’orateur a lancé un appel à chacun de nous de se lancer et de s’engager en faveur des Migrants et des Réfugiés. L’abbé Delphin Thècle Samba, président de la Commission diocésaine de la pastorale de la santé, a fait des propositions en vue de dynamiser la pastorale de la santé dans l’archidiocèse de Brazzaville. L’abbé Armand Emmanuel Kiyindou, aumônier diocésain sortant de La Supplique, a présenté les œuvres accomplies par ce mouvement d’apostolat à vocation mariale, notamment les travaux de maçonnerie, de carrelage et de menuiserie au sanctuaire mariale de la paroisse Saint Joseph de Linzolo, par les membres de ce mouvement sur mobilisation de l’aumônier diocésain. L’abbé Jonas Koudissa, président du comité d’organisation de l’Année jubilaire Année Mgr Barthélémy Batantu, a présenté ce qui se projette dans le cadre de la commémoration de l’Année jubilaire Mgr Barthélémy Batantu. C’est l’abbé Staffen Yhanil Nkodia qui a bouclé la série des communications en présentant un exposé sur son 1er livre dont la cérémonie de dédicace a eu lieu, samedi 21 septembre 2019.  
Avant de prononcer sa traditionnelle allocution de clôture de ces travaux, Mgr Anatole Milandou a formulé des recommandations dans lesquelles, il a demandé à chacun de jouer sa partition afin que les choses aillent pour le mieux, avant de déclarer clos ces travaux, l’archevêque a apporté quelques éclairages sur les départs du vicaire général sortant, l’abbé Léonard Milongo et du secrétaire-chancelier sortant, l’abbé Charles Le Bon Nkoudissa. Le premier est allé en année sabbatique, tandis que le deuxième a demandé une dispense pour aller rédiger son livre sur sa thèse de doctorat. Partant, il apporté le démenti aux fausses rumeurs selon lesquelles, ils ont démissionné.

Gislain Wilfrid BOUMBA           

Informations supplémentaires