ARCHIDIOCÈSE DE BRAZZAVILLE : Mgr Anatole Milandou reçu par la Communauté anglophone Saint Sacrement

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La Communauté anglophone Saint Sacrement de Brazzaville ayant pour aumônier, père Cyriaque Onuoha, prêtre religieux la Congrégation du Saint Sacrement, était dans la liesse générale en recevant, dimanche 7 juillet 2019, le pasteur propre de l’Eglise diocésaine, Mgr Anatole Milandou, archevêque de Brazzaville.

C’était au cours d’une messe célébrée par l’archevêque et concélébrée par les pères Cyriaque Onuoha, Brel Daouda Malela, président de la Conférence des supérieurs majeurs du Congo, vicaire épiscopal chargé de la vie Consacrée dans l’archidiocèse de Brazzaville, supérieur de la région Cardinal Emile Biayenda de la Congrégation du Saint Sacrement, Jerome Mih Ndo, supérieur provincial de la Congrégation des fils de l’Immaculée en Afrique, Rodolphe Mboya, prêtre religieux de la Congrégation du Saint Sacrement, Cyriaque Mouniengué, spiritain, vicaire de la paroisse Saint Kisito de Makélékélé, Paul Ikwebe, vicaire de la paroisse Notre-Dame des Victoires de Ouenzé, et l’abbé Cédric Mathias Louhouamou, cérémoniaire adjoint de l’archevêque. Un diacre, le père Sévérin Amos Mvouka, de la Congrégation du Saint Sacrement, a concélébré la messe animée par la chorale de la communauté.

Au cours de la messe, l’archevêque a conféré le sacrement de confirmation à quinze chrétiens ayant suivi et achevé leur formation de base avec assiduité et ponctualité.
Les fidèles laïcs anglophones membres de cette communauté étaient dans la joie de recevoir l’archevêque, venu les encourager à aller de l’avant et s’enquérir des avancées réalisées dans la construction de la nouvelle église, sise 51, rue Kimpandzou, à Moungali, le 4e arrondissement de la Ville-Capitale, devant trôner à court ou moyen terme sur le panorama de l’archidiocèse de Brazzaville, aux côtés d’autres églises témoins de l’histoire de l’évangélisation de cette ville.
C’est le père Cyriaque Onuoha qui a prononcé le mot de bienvenue à l’archevêque dans lequel il a affirmé: «La visite de ce jour est la troisième depuis que cette communauté existe. La première était à l’école spéciale des 10 maisons, un certain 11 septembre 2011. Ce jour inoubliable dans la vie de cette communauté, après avoir écouté le mot de bienvenue présenté par la communauté dans votre réponse vous avez promis de nous aider à trouver un bon endroit beaucoup plus décent pour nos célébrations eucharistiques. Parce que jusque-là nos célébrations se faisaient dans la grande salle de cette école. Promesse tenue lorsque par la lettre n°366/AM/14 du 30 juillet 2014, vous avez mis à la disposition de cette communauté le terrain situé au n°51 rue Kimpandzou Moungali; terrain sur lequel est érigé aujourd’hui cette église.» Poursuivant son adresse, l’aumônier de la communauté a renchéri: «Jusqu’ici la communauté n’a bénéficié d’aucune assistance extérieure. Mais elle continue à se battre toute seule pour finaliser le reste des travaux et ensuite vous inviter de nouveau pour l’inauguration. Ce qui fait l’Eglise, Excellence Mgr, comme nous le savons, ce n’est pas un bâtiment, mais le peuple de Dieu qui se rassemble au nom de son Seigneur pour le louer et l’adorer. Donc à part cet édifice, vous avez en face de vous les fidèles de cette communauté anglophone de votre archidiocèse. Depuis votre dernier passage elle ne cesse de grandir et elle continue à se structurer  de jour en jour.» Après avoir présenté la composition de cette communauté en termes de mouvements d’apostolat et abordé la vie sacramentelle de la communauté, père Cyriaque Onuoha a fait remarquer: «Nous avons préparé plusieurs couples au mariage chrétien. Quelques-uns ont été bénis ici et les autres ont eu lieu dans leurs pays d’origine. Ces mariages que nous avons bénis ici, ont été inscrits dans un registre de mariage de la communauté comme pour les baptêmes.»
Dans son homélie, Mgr Anatole Milandou a affirmé: «Je suis heureux de vous et de nous retrouver ce matin dans la joie du Christ ressuscité pour dire merci à Dieu et à vous tous pour la générosité dont vous avez fait montre dans la construction de votre église.» Ayant abordé les textes liturgiques du jour, l’archevêque a affirmé: «Dans l’évangile d’aujourd’hui, Saint Luc traite de la question de la mission dont Jésus donne quelques consignes. Jésus, sorti du Père pour annoncer la Parole de Dieu a commencé par appeler des disciples à sa suite. C’est l’objet du passage de l’Evangile de ce dimanche. Il s’agit de l’envoi en mission de 72 disciples pour évangéliser le monde. Il les envoie par groupe de deux. Plutôt que d’être seul, Jésus les envoie deux par deux. C’est bon pour le moral, on peut se concerter, on peut se soutenir.» Parlant de la spécificité de la mission, le pasteur propre de l’Eglise de Brazzaville a fait savoir: «La mission vise le monde qui ne connaît pas le Christ pour le lui révéler. Les soixante-douze ne sont pas envoyés à leurs frères de race, ceux que nous appelons «nos frères», mais à toute l’humanité. Aujourd’hui, le Pape François insiste beaucoup sur les périphéries souvent en marge et négligées auxquelles l’Eglise doit apporter l’Evangile. Dans ce sens, la moisson est grande, la vigne du Seigneur est immense, elle est aussi vaste que le monde.» S’adressant aux confirmands, l’archevêque a fait savoir: «Vous allez recevoir le sacrement de l’initiation chrétienne. Les trois sacrements de l’initiation chrétienne sont: le baptême, l’eucharistie et la confirmation. Par la confirmation, vous devenez des chrétiens adultes. Vous n’êtes plus des enfants. Car la confirmation fera de vous, des adultes capables d’affronter les difficultés de la vie chrétienne.» Après l’homélie, a eu lieu l’exécution du rituel du sacrement de la confirmation.
Vers la fin de la messe, après le mot de remerciements prononcé par le premier responsable laïc de la communauté, l’archevêque a encouragé et félicité les membres de cette communauté pour le travail abattu sans aide extérieure jusque-là et les a réconfortés en leur promettant d’initier des projets en leur faveur à adresser aux organismes d’Eglise susceptibles de leur apporter de l’aide afin d’accélérer les travaux de construction de cette église. Après son ultime intervention, Mgr Anatole Milandou a accordé la parole au père provincial de la congrégation des fils de l’Immaculée en Afrique, de nationalité camerounaise, ayant séjourné à Brazzaville, à l’occasion de l’ordination du premier prêtre congolais de cette congrégation. Dans son adresse en anglais, il s’est réjoui de se retrouver devant ses frères anglophones et a remercié l’archevêque de lui avoir accordé la parole, et l’aumônier de la communauté de l’avoir invité.

Gislain Wilfrid BOUMBA

Informations supplémentaires