Messe chrismale dans l’archidiocèse de Brazzaville : «Le prêtre est réputé être un «Alter Christus», un Autre Christ»

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La cathédrale Sacré-Cœur de Brazzaville a servi de cadre, jeudi 18 avril 2019, à la traditionnelle messe chrismale considérée à juste titre comme la fête du clergé. Au cours de cette messe, l’évêque est entouré de tous les membres de son presbyterium. Célébrée par Mgr Anatole Milandou, archevêque de Brazzaville, la messe commémorative de l’institution du sacrement de l’eucharistie, en mémoire du dernier repas que le Seigneur Jésus-Christ avait partagé avec ses disciples, a servi aussi d’opportunité aux prêtres pour renouveler leurs promesses sacerdotales, et à l’archevêque de bénir les huiles des malades, des catéchumènes et le Saint Chrême, devenues des huiles saintes.

 

Concélébrée par Mgr Francisco Escalante Molina, nonce apostolique au Congo et au Gabon, et  par près de 150 prêtres, dont les abbés Léonard Milongo, vicaire général de Brazzaville, Brice Armand Ibombo et Antonio Mabiala, secrétaires généraux de la Conférence épiscopale du Congo (CEC) et de l’Association des conférences épiscopales de la région de l’Afrique centrale, (ACERAC), Mesmin-Prosper Massengo, vicaire judiciaire de Brazzaville, Jonas Koudissa, curé-doyen du doyenné Centre-ville, Ildevert Mathurin Mouanga et Guy Noël Okamba, recteurs des Grands séminaires de théologie Cardinal Emile Biayenda et de philosophie Mgr Georges Firmin Singha, Mathieu Bakanina, directeur du Moyen séminaire Saint Jean, le père Toussaint Ngoma Foumanet, supérieur de la province spiritaine du Congo, etc., cette messe a été animée par la chorale des Grands séminaristes et le chœur diocésain Les Amis du Grégorien.
Au début, Mgr Anatole Milandou a circonscrit le motif de ce rassemblement liturgique: «Nous sommes rassemblés dans cette cathédrale pour célébrer la traditionnelle messe chrismale au cours de laquelle je bénirai les huiles saintes et les prêtres renouvelleront leurs promesses sacerdotales (…)», avant d’implorer la miséricorde de Dieu pour accueillir Son pardon.
Dans son homélie, le pasteur propre de l’Eglise de Brazzaville, après avoir déclaré que le prêtre est un autre Alter Christus, a fait écho du message du Pape François sur le carême de cette Année. Puis, il est revenu sur le thème de l’Année pastorale en cours dans l’archidiocèse de Brazzaville: «Combattons les Antivaleurs dans notre Eglise locale, par l’annonce de l’évangile». Dans cette foulée, l’archevêque a relevé deux antivaleurs qui gangrènent la vie de l’Eglise et celle des fidèles laïcs: la relation des mouvements d‘apostolat avec l’argent et l’interdiction faite aux enfants, veufs et veuves de participer aux funérailles de leur père, mère, de leurs épouses et époux.
Après l’homélie, l’archevêque a béni les huiles saintes et les prêtres ont renouvelé leurs promesses sacerdotales.
Peu avant la fin de la messe, Mgr Anatole Milandou a rappelé la circulaire signée de Mgr Louis Portella Mbuyu, évêque de Kinkala, sur la collecte des fonds en faveur de l’Université catholique. Il a instruit les curés d’en faire large diffusion, afin que chaque chrétien apporte sa contribution à l’édification de cette université, avant de souhaiter à tous et à chacun, un bon triduum pascal et une joyeuse fête de Pâques.  

Gislain Wilfrid BOUMBA

Informations supplémentaires