Diocèse d’Owando : La paroisse d’Oyo a sa nouvelle église

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

C’est dimanche 10 mars 2019, premier dimanche de carême, que Mgr Victor Abagna Mossa, évêque d’Owando, a consacré la nouvelle église Notre-Dame de l’Assomption d’Oyo. Don des familles Nguesso et Dirat, cette église est la concrétisation de l’une des dernières volontés d’Edith Lucie Bongo Ondimba, à travers laquelle le Président Denis Sassou Nguesso a tenu à rendre hommage à sa fille, ancienne Première dame du Gabon, décédée il y a dix ans.


La cérémonie d’inauguration a rassemblé le couple présidentiel, les corps constitués nationaux et internationaux, les évêques et plusieurs membres du clergé, les communautés chrétiennes venues des quatre coins du diocèse d’Owando ainsi que les délégations venues d’autres pays. Ce fut un moment émouvant et rempli de symboles. Située au bord de l’Alima, dans le département de la Cuvette, la ville d’Oyo comptera désormais cette église parmi ses symboles. Sa consécration a été rehaussée de la présence de plusieurs autorités et invités de marque. Entre autres: Amed Bakayoko, ministre d’Etat, ministre de la Défense nationale de Côte d’Ivoire représentant le président Alassane Dramane Ouattara, Thomas Boni Yayi, ancien président du Bénin, Pierre Ngolo et Isidore Mvouba, présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale et les parlementaires des deux chambres, Clément Mouamba, premier ministre et les membres de son gouvernement, le cardinal Laurent Monsengwo-Pasinya, archevêque émérite de Kinshasa qui a conduit la délégation de la RD Congo, Mgr Francisco Escalante Molina, nonce apostolique au Congo et au Gabon, la délégation de la Conférence épiscopale du Congo (CEC) conduite par son président Mgr Daniel Mizonzo, dans laquelle figuraient quatre autres évêques dont Mgr Anatole Milandou, archevêque de Brazzaville qui ont tenu à se joindre à Mgr Victor Abagna Mossa. Il y avait plus de 70 prêtres qui ont concélébré, dont ceux venus d’autres diocèses du Congo et d’ailleurs.
La cérémonie a débuté par la bénédiction par l’évêque d’Owando du clocher de l’église qui porte le nom d’Edith Lucie Bongo Ondimba. En présence du président Sassou Nguesso et de son épouse Antoinette, Mgr Abagna a fait retentir les premiers sons de la cloche, geste qui a été repris par Omar Denis Junior Bongo et Julienne Issongo Sassou Nguesso, parrain et marraine de la cloche. Puis, l’évêque d’Owando a béni la porte de l’église, avant la remise des clés par le président Denis Sassou Nguesso et le dévoilement de la plaque de la dédicace par les deux autorités.
La messe a messe a commencé par le mot de bienvenue de l’abbé Paul Nzenzé, curé de la paroisse, qui a évoqué le caractère solennel de cet événement coïncidant avec la messe d’action de grâces pour la naissance d’Edith Lucie Bongo Ondimba qui ce 10 mars aurait totalisé 55 ans d’âge. Un moment chaleureux selon lui, «de plaisir et de joie» pour sa communauté chrétienne. «Le bon regard des choses éteint la parole» a dit le curé d’Oyo qui a fait un aperçu historique de cette mission, l’une des plus vieilles du diocèse d’Owando.
D’autres temps forts ont été l’homélie de Mgr Abagna qui a eu pour trame l’unité. Le prélat a attiré l’attention du peuple de Dieu face aux réalités de ce monde en commentant les trois tentations de Jésus au désert au début de son ministère public. L’évêque d’Owando a reconnu que cette date du 10 mars 2019 entre dans l’histoire de l’Eglise de Jésus-Christ qui est à Owando et particulièrement à Oyo. Joli bijou, cette église, a-t-il indiqué, «est une nouvelle maison de Dieu que nous offre une jeune dame». Dédiée à Marie Notre-Dame de l’Assomption, «elle est en effet la réalisation d’un projet spirituel de cette haute dame qui nous a marqués et que nous n’oublierons certainement plus». Pour Mgr Abagna, la cloche de cette église symbolise bel et bien la foi et l’engagement chrétien qu’incarnait Edith Lucie Bongo Ondimba, une fille d’Oyo dont la vie était toujours tournée vers les autres. Il a notamment rendu hommage au président Sassou Nguesso qui a appuyé le projet.
A signaler également: la dédicace de l’autel, des reliques et des murs de l’édifice; la présentation de la statuette de Notre-Dame de l’Assomption portée pendant les offrandes par deux personnes dont Omar Denis Junior, fils de la défunte première dame du Gabon; la signature pendant le chant d’action de grâces du livre d’or du diocèse d’Owando par le président Denis Sassou Nguesso et Mgr Victor Abagna Mossa.
L’ultime moment de cette célébration eucharistique haute en couleurs a été constitué par une série d’allocutions prononcées tour à tour par Prince Sakou, secrétaire général du Conseil pastoral paroissial, l’ancien ministre d’Etat Aimé Emmanuel Yoka au nom de la famille, le nonce apostolique et l’évêque d’Owando. Si le représentant du Pape au Congo a, dans son mot, exalté le laborieux travail des missionnaires spiritains et polonais dans ce diocèse et appelé au respect de ce monument, les intervenants ont dans l’ensemble manifesté leur reconnaissance et leurs remerciements quant à la réalisation de ce projet gigantesque, œuvre d’un architecte polonais. Ils ont par ailleurs loué l’altruisme et la bravoure de celle qui a inspiré ce haut lieu de culte. Le chantier a été exécuté par des ouvriers chinois et congolais. C’est une église qui présente l’aspect d’une basilique mineure.
Construit avec une certaine célérité en quelque cinq mois seulement, cet édifice de 1.000 places assises sorti de terre, se déploie tout à côté de l’ancienne église. Cette mission fondée le 5 janvier 1899 par le père Adolphe Jean-Jean de vénérée mémoire s’est fixée à Oyo en 1973. Elle découle de celle de Sainte Radegonde de Tsambitso (terre rouge) fondée par Mgr Prosper Augouard sur les rives de l’Alima.
L’évêque d’Owando a offert trois présents au président Sassou Nguesso dont un tableau symbolisant le nombre des évêques ayant servi le diocèse jusqu’à ce jour et un autre l’unité, une des trois paroles de l’hymne national.

Aristide Ghislain NGOUMA

Informations supplémentaires