Festivités de Noël avec les enfants malades et ceux des militaires : Enfants malades du CHU et orphelins des Forces armées à la fête

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

C’est dans un esprit de communion et de partage qu’a été célébrée la fête de Noël, le 25 décembre dernier qui marque la naissance de l’enfant Jésus. A cet effet, plusieurs activités ont été organisées dans la capitale, au nombre desquelles, la messe organisée par la direction du Centre hospitalier et universitaire (CHU) de Brazzaville dans l’enceinte de cet établissement, célébrée par l’abbé Alain Magloire Mindou, aumônier du CHU, avec l’animation au chant de la chorale Langue de feux de la paroisse Saint-Esprit de Moungali.

Mais aussi, la remise des jouets aux enfants orphelins des Forces armées (militaires et gendarmes) par le ministère de la Défense nationale à travers la Direction générale de l’administration et des finances (DGAF), au Cercle mess des officiers.

Selon le directeur des ressources humaines du CHU-B, Emery Blanchard Mbossa, la messe d’action de grâces qu’ils ont organisée le 25 décembre en faveur des enfants malades «est un moyen de les consoler pour qu’ils ne se sentent pas abandonnés malgré leur état de santé. Ce n’est pas pour la première fois», a-t-il rappelé qu’ils organisent cette messe. «Nous le faisons chaque année, avant de distribuer les jouets aux enfants et de partager avec eux un repas. C’est une façon de leur montrer bien que malade qu’ils ne sont pas oubliés», a-t-il lancé.
Dans son homélie, l’abbé Alain Magloire Mindou, a fait remarquer  que la célébration de Noël n’était pas qu’un moyen de gâter les enfants, mais de partager et méditer avec eux sur le sens de la venue de l’enfant Jésus. «Jésus, en venant dans la chair, a voulu que nous prenions sa diversité. Que l’Homme soit amour pour poser des bons actes dans la société», a-t-il prêché.
Un enfant malade a marqué sa satisfaction pour cette messe organisée en leur honneur. Aujourd’hui, a-t-il dit «il n’y a pas de différence entre le fait qu’il soit à l’hôpital et à la maison.» En ce jour du 25 décembre, tous les enfants hospitalisés ont eu droit à un jouet suivi d’un repas copieux.
Du côté des Forces armées, C’est le colonel Jean Kibangou, directeur de l’administration générale de la DGAF, qui a patronné cette cérémonie de remise de jouets appuyée par un apéritif aux enfants orphelins. Parlant du bien-fondé de cet acte, le colonel Alain Mboungou-Nzambi, directeur de la fonction militaire et de l’action sociale a dit: «Depuis deux ans, une attention particulière est accordée aux enfants laissés par nos frères d’armes. Pour leur témoigner une reconnaissance à la hauteur de leur engagement, la DGAF a décidé malgré une conjoncture économique difficile d’organiser cette année la fête à l’endroit des orphelins. Le kit de jouets qui leur est remis comprend des jeux éducatifs et récréatifs pour leur offrir des activités ludiques structurant leur permettant de se socialiser».
Etant entendu que, a-t-il souligné, «ces activités jouent un rôle important dans l’épanouissement des enfants.  Pendant cette journée, les enfants montreront une réelle joie de vivre et passeront une journée agréable car, cet arbre de Noël est celui de la joie».
Recevant son jouet, un orphelin a dit sa satisfaction. «On peut aimer son prochain, tout le monde a une chance. Il faut aimer nos prochains et on s’aimera nous-mêmes. Nous ne devons jamais être égoïstes envers les autres. Et je suis très content pour le jouet», a-t-il confié.

Alain-Patrick MASSAMBA

Informations supplémentaires