Un Dimanche en paroisse : Sainte-Faustine de la Divine Miséricorde de Makotimpoko (Diocèse de Gamboma)

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Sainte-Faustine de la Divine Miséricorde de Makotimpoko est sortie des eaux!
Ce ne sera pas une dédicace, mais «seulement» une bénédiction. Mais la nuance aura certainement échappé à beaucoup à Makotimpoko le samedi 4 août. Les fidèles étaient dans une telle allégresse que dans les différentes allocutions, le mot «historique» est revenu comme une ritournelle. C’était en effet un événement inoubliable fort de tous les symboles qui font d’une fête une belle réussite.

En ce samedi, le soleil baignait de ses rayons généreux les bords du fleuve Congo d’où a émergé la paroisse Sainte-Faustine de la Divine Miséricorde. En cette contrée où, autre trait souligné, la foi ne fait que commencer à s’enraciner, réunir en une messe solennelle la bénédiction d’une nouvelle chapelle fruit des seuls efforts des chrétiens et de leur députée Mme Bernadette Ondzé Gambolo; accueillir trois diacres et deux nouveaux prêtres ne s’étaient jamais vu dans la contrée en une seule journée.
Exceptionnel! Un événement salué avec déférence par l’Evêque de Gamboma, Mgr Urbain Ngassongo qui a tenu à saluer dans un lingala d’une perfection qui a ajouté à la fête chacun des acteurs de cette réalisation. Un événement resitué aussi au cours de l’homélie par le nonce apostolique au Congo et au Gabon, Mgr Francisco Escalante Molina, qui a fait le déplacement de Brazzaville et a affronté la centaine de kilomètres de sable fuyant d’une piste éprouvante pour les hommes et les machines depuis Gamboma. Eux deux, entourés d’une quinzaine de prêtres, ont concélébré. Pour la bénédiction de la nouvelle église, et pour la cérémonie d’ordination des trois diacres et des deux nouveaux prêtres. Pour la bénédiction de la nouvelle église, et pour la cérémonie d’ordination des trois diacres et des nouveaux prêtres. «Voici le jour que fit le Seigneur», a lancé d’emblée le curé de la paroisse (et aussi principal architecte de l’église), l’abbé Jickler Etsoh-Ledzambe.
La bénédiction de la nouvelle église aurait dû être une dédicace, n’eussent été les difficultés de dernière minute qui n’ont pas permis de mettre l’autel aux normes canoniques.
Mgr le Nonce apostolique a donné l’homélie inspirée des textes du jour, notamment de l’Evangile en Saint Matthieu (9,35 – 10,1). Il a souligné le caractère exceptionnel de cette journée: dans la vie, at-il dit en substance, il est permis de rêver, mais nombreux n’auraient jamais pensé vivre ce moment.  L’église est le Temple de Dieu… un lieu pur et saint comme doivent l’être nos corps et nos cœurs. «On entre dans l’église pour adorer Dieu, on en sort pour aimer les autres», a rappelé Mgr Molina.
En des termes à la fois fermes et chaleureux, Mgr Molina a rappelé aux futurs et nouveaux prêtres qu’ils ne venaient pas embrasser une carrière. On ne naît pas prêtre, on le devient. «Rien ne sert de demander aux chrétiens d’être saints, si toi-même tu n’es pas saint». Il a repris des paroles du Pape François: «Ne soyez pas des fonctionnaires de l’Eglise».
Puis a suivi la cérémonie d’ordination des trois diacres Gabin Aloua, Ledestin Bia Ebeze et Marc-Sanders Okemba Olingou. Ensuite l’ordination presbytérale des abbés Belvy Kanga Elenga et Bénéchou Crispal Dongali Taranguebali. Le tout suivant les rites qui s’attachent au diaconat et au presbytérat. Le tout aussi dans l’allégresse et la joie, emmenées par la chorale constituée pour l’occasion.
Les allocutions de fin, du maire de la localité qui a appelé les populations à faire entrer le message de Dieu dans leurs cœurs pour en chasser les rites de haine et de mort; de Mme Bernadette Ondzé Gambolo qui a expliqué avec pudeur que le développement ne s’entend pas seulement en termes économiques, mais aussi spirituels, et l’adresse de Mgr Urbain Ngassongo à ses diocésains ont clos à 15h15 une cérémonie haute en couleurs entamée à 10h.

Une église toute neuve  Makotimpoko est l’une des onze sous-préfectures  du département des Plateaux. Située au bord du fleuve Congo, la sous-préfecture couvre une superficie de 4.975 Km2 avec 54 villages riverains. EIle compte 25.373 habitants, ce qui la situe au rang de 3è sous-préfecture la plus peuplée du département. Avant son  érection en paroisse, Makotimpoko a longtemps été une Communauté chrétienne vivante de la paroisse Saint-Pie X de Gamboma. En 1994, le père Joseph Kordek, alors curé de la paroisse, se procure un terrain qui servira à la construction d’une chapelle provisoire. A son départ, le père Thomas Kania poursuit l’animation pastorale des communautés de Makotimpoko, Motokomba, Motokomba, Bodouango et Mombondjo.
Une année après la création du diocèse de Gamboma, en 2013, Mgr Urbain Ngassongo fait de la communauté de Makotimpoko une Zone pastorale spéciale où il nomme l’abbé Jicker Etsoh-Landzambé, vicaire zonal, le 29 octobre 2014.
Par décret épiscopal, la communauté de Makotimpoko est élevée au rang de paroisse et placée sous le patronage de Sainte-Faustine de la Divine Miséricorde. L’abbé Jicker est nommé curé de la nouvelle paroisse avec pour missions le soin pastoral des âmes et la célébration des sacrements. La paroisse couvre tout le district; il compte à ce jour cinq grandes communautés chrétiennes de base, avec des catéchistes animateurs qui se consacrent essentiellement au ministère de la Parole à travers la catéchèse et la célébration dominicale en l’absence du prêtre. Le nombre important de chrétiens continue d’œuvrer pour l’évangélisation de ce secteur fluvial.
Dans la phase préparatoire de sa création, la paroisse a bénéficié de la générosité de quelques donateurs locaux et de la ferveur des chrétiens, ce qui a permis la construction de son presbytère et de sa somptueuse église bénie samedi 4 août 2018 à l’occasion de l’ordination de trois diacres: les abbés Ledestin, Gabin, Sanders et de deux prêtres: les abbés Belvy et Bénéchou.


Informations supplémentaires