Catholic Relief services «CRS» : Inauguration d’un bureau au Congo

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le Catholic Relief services «CRS» s’installe désormais en République du Congo. La ministre des Affaires sociales et de l’action humanitaire, Antoinette Dinga-Dzondo, a procédé vendredi 29 juin 2018 à l’inauguration du bureau de CRS à Brazzaville. C’était en présence de Mgr Daniel Mizonzo, évêque de Nkayi, président de la Conférence épiscopale du Congo, de l’abbé Brice Armand Ibombo, secrétaire général de la Conférence épiscopale du Congo, des hauts fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères, des diplomates et des représentants des organisations internationales. L’ONG CRS «une existence dédiée au partage» Telle est sa vision.

 

«Le gouvernement de la République s’engage à faciliter la signature très prochaine de l’accord de siège avec l’ONG CRS Congo», a déclaré la ministre des Affaires sociales Antoinette Dinga-Dzondo. Le maître de cérémonie a fait un bref rappel historique du CRS. Le Catholic Relief services «CRS» est l’agence d’aide humanitaire et de développement d’Outre-Mer de la Conférence des évêques des Etats-Unis (USCCB) d’Amérique. CRS a été créé en 1943 et travaille dans plus de 100 pays à travers le monde avec ses partenaires locaux pour «trouver des solutions durables à la souffrance et à la pauvreté dans le domaine des urgences, de la santé, de l’éducation, du VIH/SIDA, de l’agriculture, de l’eau, de la microfinance et de l’édification de la paix, à mettre en œuvre des activités d’urgence et de développement en République du Congo. En 2017, un financement CRS de USD 171.000 a permis à son partenaire Caritas Congo d’intervenir dans la région du Pool pour la distribution d’articles ménagers essentiels à 5.000 déplacés. Cette assistance déployée rapidement et dans le temps, a été rendue possible grâce au réseau Cartas et à la coordination de Caritas Congo qui a pu mettre à contribution trois Caritas diocésaines à travers la mise en œuvre flexible, et une logistique bien organisée dans trois départements, comprenant 81 paroisses: 7 à Kinkala (Pool), 13 à Nkayi (Bouenza) et 51 à Brazzaville. Au cours de la même année, le Fonds Mondial a confié au CRS la mise en œuvre pour la période 2018-2019, du programme de distribution de moustiquaires imprégnées dans les douze départements du Congo. Ces programmes totalisant approximativement un montant de USD$ 14 millions ouvrent la voie à de nouveaux partenaires au Congo, et ont emmené CRS à ouvrir un bureau qui sera bientôt complètement fonctionnel avec un staff de 18 employés», a indiqué le maître de cérémonie.
Prenant la première la parole, Margarett Desilier, directrice pays, après avoir exprimé sa gratitude vis-à-vis des partenaires, a rappelé qu’elle a reçu le mandat d’implanter le nouveau programme de CRS en République du Congo. «Et aujourd’hui, même si les choses restent perfectibles, je suis satisfaite de voir que le décor est planté. Parce que nous sommes alliés à une seule et même cause, notamment l’appui aux vulnérables. Je ne doute pas un moment que nous allons réussir. Nous devons mutualiser nos efforts, car l’unité est une force» a-t-elle indiqué. Elle a fait remarquer qu’avec un nouveau bureau fonctionnel, même si à 80%, il reste encore un long mois pour accomplir les tâches qui restent à achever. Elle se serait volontiers réjouie d’une mission complète, n’eussent été les difficultés administratives. Le représentant de CRS en RDC et en République du Congo, Amakala Constantin Sodio, a saisi cette opportunité pour solliciter auprès du Gouvernement et des services étatiques, une coopération de plus en plus soutenue, de plus en plus souple, pour permettre à CRS et à Caritas Congo de conduire les projets en toute sécurité, dans le respect des délais, dans la transparence et selon les exigences des bailleurs de fonds. «Ces bailleurs nous font confiance; ils attendent de nous la redevabilité. Merci de nous aider à satisfaire leurs attentes, pendant que nous venons en aide à nos frères et sœurs démunis dans les zones où nous intervenons au Congo» a-t-il plaidé.
Pour le directeur du bureau régional Afrique Centrale, Scott Campbel, l’inauguration du CRS Congo vient s’ajouter à ce que l’agence met en place comme projets de qualité pour soulager la souffrance des populations les plus vulnérables à travers les cinq continents. Il a rappelé par ailleurs que dans la région de l’Afrique, ce bureau de Brazzaville vient s’ajouter à ceux présents au Cameroun, en RCA, au Rwanda, au Burundi, en RDC, ainsi qu’au Nigéria, Benin et Togo qui sont intégrés sous la gestion du bureau régional de l’Afrique Centrale bien que se trouvant en Afrique de l’Ouest. «La stratégie 2030 de l’agence est en phase de finalisation; les projets en cours en République du Congo rentrent totalement dans cette stratégie globale et CRS contribue par ses efforts, ressources et énergies pour entre autres, les réponses d’urgence pour sauver des vies humaines et la lutte contre le paludisme. Ceci démontre tout l’intérêt et l’importance que représente la République du Congo pour le CRS», a-t-il fait remarquer. Il a estimé qu’aujourd’hui, soucieux de pérenniser les acquis pour le développement auxquels le Gouvernement du Congo a souscrit pour le bien des populations.  
CRS avec l’ouverture de ce bureau entend accompagner aussi les organisations et structures locales à mener des activités positives pour les populations. «Le partenariat avec les agences gouvernementales et non gouvernementales, la Caritas Congo ainsi que d’autres organisations locales et internationales sera la clé dans la réussite de la mission de CRS en République du Congo, notre vision est de créer comme partout ailleurs, un partenariat modèle avec Caritas Congo et les évêques. Ce partenariat sera fait de transparence, subsidiarité, et mutuel renforcement de capacité», a-t-il dit.
La ministre Antoinette Dinga Dzondo, quant à elle a placé l’inauguration du bureau de CRS Congo dans le cadre du schéma de développement: «Le 29 juin 2018 est une journée mémorable. J’ai des raisons de me réjouir de cet événement qui marque le point de départ de la présence physique de CRS dont les activités en terre Congolaise ont véritablement commencé sous son label en mai dernier. Cette précision revêt toute son importance, car je n’ai pas oublié que c’est en fait 2018, que CRS a commencé à apporter son assistance à Caritas Congo, dans le financement des petits projets et d’aide en urgence en matière de santé», a-t-elle rappelé. La ministre a donné l’assurance que le Gouvernement tient à rassurer l’équipe d’animation de CRS de l’accompagnement multiforme qui lui sera procuré par l’administration de tutelle à savoir, le ministère en charge de la santé et de la population à travers le programme national de lutte contre le paludisme «PNLCP». «Bien sûr qu’il faudra compter dans cette vaste campagne avec l’apport d’autres partenaires qui se joindront à l’action de CRS Congo par avis d’appel à manifestation… aux fins de répondre à une des préoccupations majeures formulées par CRS», a-t-elle fait savoir. L’oratrice s’est engagée au nom du gouvernement «le Gouvernement de la République voudrait par ma voix, donner de façon solennelle, ici, s’engage à faciliter la signature très prochaine de l’accord de siège avec l’ONG CRS Congo» a-t-elle affirmé.
Peu avant la coupure du ruban symbolique par la ministre des Affaires sociales, Mgr Daniel Mizonzo, a fait prier l’assistance pour la protection et la bénédiction des lieux.

Pascal AZAD DOKO

Informations supplémentaires