Un Dimanche en paroisse : Sacré-Cœur de Ngo (Diocèse de Gamboma)

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

Le mystère de la Très Sainte Trinité, mystère central de la foi chrétienne
La communauté chrétienne de la paroisse Sacré-Cœur de Ngo, dans le diocèse de Gamboma, s’est rassemblée dimanche 27 mai 2018, en la solennité de la Sainte Trinité qui consiste à «vénérer un seul Dieu dans la Trinité; la Trinité dans l’unité sans confondre les personnes, sans diviser la substance, car autre est la personne du Père, autre celle du Fils et autre celle de l’Esprit- Saint.

 

C’est Dieu seul qui nous a donné la connaissance en se révélant comme Père, Fils et Saint-Esprit.» Une seule messe était célébrée ce dimanche par l’abbé Aimé Akiéra Ibovi, curé de la paroisse, assisté de l’abbé Bénéchou Dongali (stagiaire diaconal).
Dans son homélie tirée de l’Evangile de Saint Matthieu. (chap. 28 du 16e au 20e verset), l’abbé Aimé Akiéra Ibovi a fait comprendre aux fidèles le mystère de la Très Sainte-Trinité. «Nous célébrons la solennité de la Très Sainte-Trinité. Celle-ci nous montre qu’il y a un seul Dieu en trois personnes: Une réalité évidente qui est impossible aux yeux des hommes. Le concept ‘’Trinité’’ permet de montrer l’unicité de ces trois personnes qui, unies constituent un seul Dieu et font le même travail. Le Père prend l’initiative de ce que le fils et le Saint-Esprit doivent accomplir» a-t-il fait savoir. Le curé de la paroisse a saisi cette opportunité pour exhorter les parents à envoyer leurs enfants au catéchisme, à faire qu’il y ait le sacrement de la confirmation cette année, étant donné que l’an dernier, il n’y en a pas eu. De plus, le curé n’a pas manqué de rappeler aux fidèles l’événement de taille qui pointe à l’horizon, à savoir l’ordination presbytérale de l’abbé Bénéchou Dongali qui aura lieu dans un mois à Makotipoko afin que les paroissiens se mobilisent en conséquence pour la réussite de cette célébration.
Au terme de son homélie, l’abbé Aimé Akiéra Ibovi a exhorté les fidèles à s’interroger s’ils sont pour l’unité sur cette terre pleine d’Amour de Dieu; s’ils sont pour la division des familles; s’ils sont pour la vérité, la tolérance, le partage  ou s’ils sont pour être des témoins de l’Evangile dans leurs foyers.

L’église actuelle a été construite en 2000 sous l’abbé Valentin Moyongo

En réalité c’est une longue histoire que nous allons essayer de résumer. Selon Monsieur Jérémie Ewé Angouli, président sortant du bureau du Conseil paroissial, les missionnaires se sont installés à Ngo vers 1943, en occupant un domaine de près de 5 hectares au carrefour de Ngo où est implantée l’école catholique. Le site sur lequel est érigée la paroisse était la propriété d’un ancien catéchiste, feu Clément Miet. Il tenait à ce que la religion catholique puisse s’enraciner dans sa localité. Depuis lors, les missionnaires spiritains se sont succédé. Le révérend père Robert Affamons a pris le relai. Il quittait Gamboma pour venir y dire la messe et repartait. Puis le père Binet (de 1965 à 1968) avec trois sœurs religieuses dont sœur Bernadette était la supérieure. Le père Itoua est arrivé autour des années 1968 et 1969. Les prêtres résidant étaient Stéphane, Broni de 1970 à 1995. L’abbé Marcel Douniama Gambou est arrivé en 1996 avec trois religieuses originaires de la RDC (République Démocratique du Congo), parmi lesquelles sœurs Nicole et Rachelle. Elles sont rentrées pendant la guerre du 5 juin 1997.

La paroisse actuelle a été construite en 2000 sous l’abbé Valentin Moyongo. Après lui sont venus les abbés Auxence Payima et Aristide Claudel Mvounzé Yengué, puis les abbés Parfait Elenga et Roumiangue Aimable (Un rwandais) de 2013 à 2015. Et de 2015 à nos jours, c’est l’abbé Aimé Akiera Ibovi, nommé administrateur paroissial deux ans après la prise de possession canonique du siège de l’actuel évêque, Mgr Urbain Ngassongo.
L’événement religieux majeur qui a marqué l’histoire de cette paroisse reste sans doute l’ordination presbytérale du premier  fils de cette localité, en l’occurrence l’abbé Armel Ntsiba, le 18 décembre 1999. L’an dernier, la paroisse a célébré le mariage religieux du couple Adolphe et Patricia Aouina. Au total, depuis sa création, la paroisse de Ngo a déjà abrité la célébration de quatre mariages religieux. L’équipe presbytérale actuelle ne cesse d’exhorter les couples à faire leur engagement devant le Seigneur.
La sous-préfecture de Ngo est à environ 300 Km de Brazzaville, peuplée de 17 900 habitants. Les deux plus grandes confessions religieuses sont l’Eglise catholique et l’Eglise évangélique. Les deux religions se partagent les plus de 800 croyants. Le sous-groupe ethnique dominant est constitué des Boma qui sont ancrés dans les activités agro-pastorales (bananes, ignames, tomate et manioc). Un grand défi reste à surmonter: le ravitaillement en eau potable.


Informations supplémentaires