Un Dimanche en paroisse : Sainte-Odile de Zanaga (Diocèse de Nkayi)

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

«La Trinité est le mystère fondamental du christianisme»
La communauté chrétienne de la paroisse Sainte-Odile de Zanaga a célébré, le dimanche 27 mai 2018, la solennité de la Sainte-Trinité. Cette eucharistie a été présidée par Mgr Daniel Mizonzo, évêque de Nkayi.

Il avait à ses côtés les abbés Fresney Mpika Mabiala, curé de la paroisse, Gildas Mabiala et Thomas Nzoussi, respectivement, premier et deuxième vicaire, Lionel Mpandzou, stagiaire diaconal et Daslin Ngoulou Ngoubili, stagiaire pré-diaconal à l’évêché de Nkayi. Cette messe a été rehaussée de la présence du sous-préfet et de Madame le Maire de la communauté urbaine de Zanaga.
Exceptionnellement, la chorale de l’Eglise évangélique de Zanaga a assuré l’animation de la messe avec les chorales Sainte-Odile, Christ-Roi, et la Schola populaire. Au cours de cette célébration eucharistique, Mgr Daniel Mizonzo a conféré le sacrement de confirmation à 22 catéchumènes, dont six du centre et seize d’autres communautés. Dans son homélie inspirée de l’Evangile selon Saint Matthieu 28,16-20, le père-évêque a signifié : «La solennité de la Sainte-Trinité est une occasion de redécouvrir la richesse de notre Dieu. Il est Un mais en trois personnes. La Trinité est le mystère fondamental du christianisme. C’est pour nous le révéler qu’un ‘’Dieu Fils unique ‘’(Jn 1,18) est venu sur la terre. La Trinité est mystère. Contrairement à ce qu’on pense, le mystère n’est pas quelque chose qu’on ne comprend pas, mais c’est un fait, une réalité, une vérité qu’on ne cessera jamais de comprendre. Nous ne croyons pas en trois dieux, mais en un Seul Dieu, en trois personnes. Chacune des trois Personnes est Dieu tout entier. En effet, même si le mot Trinité n’est pas biblique, c’est-à-dire ne figure pas dans la Bible, la réalité Trinitaire est explicitement biblique. C’est pourquoi dans l’évangile de ce jour, Jésus nous dit de baptiser au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Après l’ascension de notre Seigneur Jésus, nous sommes entrés dans le temps l’aspiration, c’est-à-dire le temps de l’Esprit. Pour ceux qui vont recevoir le sacrement de confirmation, il s’agit pour vous de recevoir les dons de l’esprit pour que votre engagement soit total et définitif.»

La paroisse compte plus d’une quinzaine de communautés et une quasi-paroisse

La paroisse Sainte-Odile de Zanaga est l’une des plus anciennes paroisses du diocèse de Nkayi. Située dans le département de La Lékoumou, la paroisse Sainte-Odile fut créée en 1948 par les pères missionnaires spiritains. A cette époque, elle appartenait au diocèse de Franceville qui s’étendait jusque dans la République du Congo. C’est tardivement qu’elle est devenue une paroisse congolaise. Avec l’érection du diocèse de Nkayi qui sera composé de trois départements (Niari, Bouenza et Lékoumou,) la paroisse Sainte-Odile deviendra finalement une paroisse du diocèse de Nkayi. Faisant face à la concurrence protestante qui battait son plein du côté d’Iguoumina (à 7 Km de Zanaga), les pères missionnaires vont d’abord ouvrir le couvent des sœurs spiritaines de Saint Meen (car celles-ci s’occupaient du dispensaire paroissial, et de l’école primaire Sainte-Odile). Ensuite suivront la construction de la chapelle et celle du presbytère.
Parmi les pères spiritains qui ont œuvré dans la paroisse Sainte-Odile, il y a eu: les pères Albert Plomp, Jacques Commandeur, de nationalité hollandaise et Gérard Schlup, Louis-Marie Retaileau, de nationalité française. Le frère Ernest est par contre celui qui construisit le bâtiment qui abrite le dispensaire paroissial.
A partir de 1979, la paroisse Sainte-Odile s’est vue privée de ses pasteurs, à cause du manque de prêtres dans le diocèse. Ce sont donc les prêtres résidants à la paroisse Notre-Dame de Lourdes de Sibiti qui desservent la paroisse Sainte-Odile.
Il a fallu attendre l’année 1995 pour voir une équipe presbytérale stable à Zanaga. Elle était composée des abbés Norbert Likibi (curé), Jean Marie Mabiala, Donatien Malamba (vicaires) et Romain Miantsima (stagiaire intercycle), en 1995-1999. Après la guerre, c’est-à-dire de 2000 à 2004 ce sont les abbés Hyacinthe Matongo (curé) et André Koussebila (vicaire), Narcisse Nguimbi (stagiaire) qui ont eu la charge d’enseigner, sanctifier et gouverner le Peuple de Dieu. L’abbé Rufin Mbani est le prêtre qui a vécu le plus longtemps dans cette la paroisse en tant que curé de 2004 à 2013. Après lui, c’est l’équipe de l’abbé Christian Mabondzo (curé) et Dieudonné Louzaya (vicaire) qui a géré la communauté paroissiale de Zanaga, de 2013-2016. Et à partir de 2016 jusqu’aujourd’hui, la destinée de la paroisse Sainte-Odile est entre les mains de l’abbé Fresney Mabiala. A ce jour, la paroisse Sainte-Odile compte deux chapelles: celle de la mission qui est au quartier Poto-poto et celle du centre-ville. La paroisse compte plus d’une quinzaine de communautés et une quasi-paroisse (Nkengue). Parmi ces communautés nous avons: Mbomo, Tongo, Kengue, Madzounou, Litkouala, Ondama, Ingoumina, Siesse, Yomi, Kimboto, Kinkele, Makele, Boukolo, Ndouo et Moukila.