Paroisse Saint-Thomas de Loulombo (Diocèse de Kinkala) : Appel à la réhabilitation de la paroisse meurtrie par la guerre

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

A chaque événement politique que traverse le département du Pool, la paroisse Saint-Thomas de Loulombo n’a jamais été épargnée. Guerres de 1998, de 2002-2003, ou encore la dernière en date de 2016, ont toujours pris pour cible la paroisse qui ne peut qu’exhiber ses destructions, les effets de ses pillages à grande échelle et systématiques, les dispersions de sa population et des ouvriers apostoliques.

Mais cette furie dévastatrice n’a jamais été un frein pour l’œuvre d’évangélisation. Reconstructions et réhabilitations par l’Eglise et les personnes de bonne volonté pour remettre le tout en état.

Les efforts consentis ont été battus en brèche par la guerre de 2016 qui a provoqué un désastre total: église et presbytère endommagés; portes et fenêtres cassées ou emportées; tous les biens de la paroisse jusqu’aux lits des prêtres vandalisés, éventrés ou pillés. Loulombo aujourd’hui, c’est la grande désolation avec des répercussions directes sur l’évangélisation et sur la vie des populations au quotidien. Mais il faut repartir, se remettre debout toujours et toujours, sinon, c’est la place laissée à la prolifération des antivaleurs!
C’est vraiment une grande désolation qui handicape  l’évangélisation et la vie des populations. Mais, en dépit de cet immense sentiment d’émotion et d’effroi, l’évangélisation est une exigence et un gage dans une localité où prospèrent les antivaleurs.
Au-delà de tout, il sied de noter que Loulombo est à 70%  catholique. Le village doit son rayonnement à la paroisse, et c’est la paroisse qui alimente le village en eau potable, par exemple. La paroisse et l’église sont des lieux de vie par excellence et de rencontre de gens. Cela est essentiel pour la vie d’une localité.
C’est pourquoi l’absence d’ouvriers apostoliques, des prêtres, constitue un handicap. Sans les prêtres, les populations manquent d’un élément rassurant et ne se pressent pas à encourager les sinistrés à revenir parce que  la présence des prêtres rassure et réconforte. Loulombo, l’ex-Dechavanne, doit revivre. Nous lançons par conséquent un vibrant appel aux autorités politiques en général, aux personnes de  bonne volonté et particulièrement aux ressortissants des villages Loulombo-Gare, Kimbédi-Gare, Mpassa-Mines, Lombolo, Nzinzi, Toulankoutou, Kimfoutou, Mimpala, Mindou, Moualou, Mamfoulou, Moulandou, Nsakala, Louganga, Kimponzi, Moukazou, Ngola-Ndoundou et Kitoundou.
Tels les enfants d’Israël, qui avaient apporté leurs dons pour construire le tabernacle, nous appelons les originaires de ces localités à la paroisse Saint-Thomas. Leurs aides en espèce ou en nature comme le ciment, la peinture, les portes métalliques, les grilles, les persiennes, les carreaux et toutes autres choses sont les bienvenues.
Faisons renaître ensemble cette paroisse, joyau à la gloire de Dieu et le salut du monde.

Abbé Judicaël-Destin MAGNET
Curé de la paroisse Saint-Thomas de Loulombo

Contact: Tél.: 06 941 47 15// 05 513 00 36
Email: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Informations supplémentaires