Ouverture de la session pastorale annuelle des évêques du Congo : Rendre compte du fonctionnement régulier des Commissions épiscopales

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Les évêques du Congo sont en session pastorale annuelle du 9 au 12 avril 2018, dans la salle de réunion de la Commission épiscopale de l’éducation catholique (CEEDUC) au Centre interdiocésain des œuvres (CIO), à Brazzaville. Cette session qui fait partie des trois rendez-vous annuels de la Conférence épiscopale du Congo (CEC), permet aux évêques d’écouter et d’échanger avec les responsables des différentes structures de l’Eglise pour leur fonctionnement.

Au cours de cette session qui sera marquée par des plénières pendant trois jours, les Commissions épiscopales et autres services relevant de la Conférence épiscopale du Congo (CEC) vont s’exprimer à tour de rôle, pour présenter le rapport du travail réalisé au cours de l’année écoulée, notamment les difficultés qui sont les leurs et projeter les perspectives d’avenir avec quelques pistes de solutions.

A la cérémonie d’ouverture, à laquelle ont pris part NN.SS. Bienvenu Manamika Bafouakouahou, Miguel Angel Olaverri, Victor Abagna Mossa, Urbain Ngassongo, Yves Marie Monot, et Jean Gardin, respectivement, évêques de Dolisie, Pointe-Noire, Owando, Gamboma, Ouesso, Impfondo, ainsi que l’archevêque de Brazzaville, Mgr Anatole Milandou et Mgr Francisco Escalante Molina, nonce apostolique au Congo et au Gabon, accompagné du secrétaire de la nonciature apostolique, les recteurs des deux Grands séminaires (théologat et philosophat), les délégués des bureaux nationaux des mouvements d’apostolat, trois allocutions ont été prononcées. Le secrétaire général de la CEC, l’abbé Brice Armand Ibombo, a donné le sens de cette rencontre, tout en invitant les participants à faire preuve de maturité spirituelle pour que les Commissions épiscopales soient de véritables entités de l’Eglise où se prennent des décisions salvatrices pour le bon fonctionnement des mouvements d’apostolat. «Considérée comme la plénière des Commissions, la session pastorale est centrée sur deux mots essentiels, à savoir: le partage et l’écoute. Le partage sur la vie et le fonctionnement des différentes Commissions, et au retour l’écoute attentive de ce qui est dit et partagé, sans oublier l’échange fructueux qui jaillit de ce partage. En dépit de quelques manquements et difficultés liés, sans doute, à notre réalité locale, car et souvent certaines commissions travaillent dans des conditions difficiles et sans budget de fonctionnement. En dehors de nos réunions mensuelles qui se font régulièrement, quelques initiatives prises ont été réalisées. Nous pensons aux récollections de l’Avent et de Carême, à l’excursion du début d’année à Djiri.» Avant de signifier les attentes qui restent les mêmes et que l’espoir y demeure, il a félicité les participants pour leurs présences remarquables.
Le président du Conseil national pour l’apostolat des laïcs (C.n.a.l.c), Firmin Bonzangabato a souligné que cette session s’ouvre à un moment où la vie de notre pays est marquée par la fin de la crise sécuritaire qui avait sévi dans le département du Pool. «C’est une chose que nous apprécions positivement et souhaitons irréversible en tant patriotes d’abord, et ensuite en tant que Peuple de Dieu, en ce qu’il va permettre à la vie de l’Eglise dans le diocèse de Kinkala de reprendre son cours normal sur toute l’étendue du territoire. Notre session se tient également à un moment où les professionnels du développement s’accordent à indiquer la diversification économique et le recours à l’agriculture comme leviers pouvant permettre de juguler la crise économique et financière que traverse notre pays. Que cette session soit véritablement un lieu d’échange qui permettra aux commissions de bien exercer leurs missions pastorales».
Ouvrant les travaux, Mgr Daniel Mizonzo, évêque de Nkayi, président de la Conférence épiscopale du Congo, a rappelé que les Commissions épiscopales ont pour mission d’aider les évêques dans les différents domaines et secteurs de la vie de l’Eglise. Comme dans l’Eglise, la mission se reçoit et ne se donne pas, elles ont aussi, le devoir de nous rendre compte de ce qui a été fait, ce qui se fait et ce qui se fera. Les fins de cette session pastorale et les échanges qui s’y feront sont, pour informer les évêques sur la vie et activités pastorales, liturgiques, spirituelles, socio-économiques en charité, de chacune des commissions épiscopales. «Certes, il est vrai que vous travaillez dans des conditions difficiles, le plus grand nombre comme volontaires et donc sans aucune rémunération, mais cela ne devrait constituer un obstacle, car c’est l’esprit de service, de générosité, de solidarité, de gratuité, d’abnégation, bref de charité pastorale», a renchéri le président de la CEC..
Les travaux se poursuivent normalement mardi, mercredi, jeudi, par des exposés et communications des différentes structures, selon le programme établi par le secrétariat général de la Conférence épiscopale du Congo.

Pascal BIOZI KIMINOU

Informations supplémentaires