Vœux de Noël et Nouvel An 2018 de Mgr Victor Abagna Mossa, Evêque d’Owando : «Amour, joie, vérité et fraternité: gages d’une vie béatifiée»

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

A l’occasion des fêtes de Noël 2017 et nouvel 2018, Mgr Victor Abagna, évêque d’Owando, a publié un message intitulé: «Amour, joie, vérité et fraternité: gages d’une vie béatifiée», dans lequel il appelle les prêtres, personnes consacrées et le peuple de Dieu de son diocèse à témoigner de l’amour, l’unité, la communion, la fraternité par l’annonce de l’évangile, afin de mieux accueillir l’Emmanuel parmi nous.

Ainsi, il affirme: «Cette Bonne Nouvelle devra aussi être annoncée par le témoignage, témoignage de l’amour, de la fraternité, de la communion, de l’unité, car c’est par ces vertus qu’on reconnaîtra en nous les disciples du Christ, les continuateurs de son œuvre salvifique.» Nous publions ci-après l’intégralité dudit message.

Aux prêtres, personnes consacrées et au peuple de Dieu du Diocèse d’Owando

«L’esprit du Seigneur est sur moi par ce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé annoncer la Bonne Nouvelle aux humbles, guérir ceux qui ont le cœur brisé, proclamer aux captifs leur délivrance, aux prisonniers leur libération, proclamer une année de bienfaits accordée par le Seigneur.» (Is.61,1-2a).
Chers Confrères dans le sacerdoce ministériel, chers consacrés, chers frères et sœurs, peuple de Dieu,
C’est par ce passage du prophète Isaïe que je vous souhaite mes voeux de joie et de paix pour les fêtes de Noël 2017 et de Nouvel an 2018!
Frères et sœurs, chers fils et filles,
Le jour de notre baptême nous avons reçu l’Esprit du Seigneur et cet Esprit est en nous. C’est l’Esprit d’amour, de joie, de fraternité, de paix, de vérité, de courage, de force ....
L’Esprit qui nous éclaire et nous aide à sortir des «peurs existentielles» pour annoncer
efficacement l’Emmanuel (Dieu avec nous) à tous et à toutes! Ils sont nombreux, ceux et celles dont les cœurs sont brisés ici au Congo comme partout ailleurs dans le monde. Il revient à nous le devoir de les consoler, les guérir, les soulager, les affermir et les rassurer par l’annonce de la Bonne Nouvelle du Christ.
Cette Bonne Nouvelle devra aussi être annoncée par le témoignage, témoignage de
l’amour, de la fraternité, de la communion, de l’unité, car c’est par ces vertus qu’on reconnaîtra en nous les disciples du Christ, les continuateurs de son œuvre salvifique.
Nous avons d’ailleurs pris cet engagement à l’ouverture de l’année pastorale en cours,
engagement de vivre en frères et sœurs qui s’aiment véritablement. Notre Pays n’a pas besoin de flatteurs, de démagogues, de diseurs mais d’œuvres concrètes d’amour et de charité!
Frères et sœurs, chers fils et filles,
Notre Pays souffre! Il souffre de l’individualisme, de l’égoïsme, du manque d’amour, du vol! Tout ce qui nous arrive aujourd’hui a pour causes l’individualisme, l’égoïsme, le manque d’amour! L’Esprit du Seigneur est sur nous et le Seigneur nous a consacrés par l’Onction. Pour cela, en cette année nouvelle, essayons d’être un peu plus fraternels, communautaires, unis: dans nos familles, dans nos paroisses et dans tous nos milieux existentiels.
Frères et sœurs, chers fils et filles,
Il vient, notre Sauveur, notre Libérateur, le Roi des rois! Allons-nous le recevoir, le loger dans nos «insalubrités habituelles»: insalubrité de la haine, de la violence, du repli identitaire, de l’individualisme, de l’égocentrisme, du vol? Non! Accueillons l’Emmanuel en enfants de Dieu, c’est-à-dire en vivant dans la vérité de l’Evangile, en œuvrant dans la lumière et devenant nous-mêmes lumière pour ce monde obscurci par le péché. Enfants de Dieu, nous le sommes tous et nous devrons en être fiers!
Jésus qui vient, vient nous rappeler qu’on n’est pas chrétien tout seul, pour soi. Nous
sommes chrétiens pour un peuple. Nous sommes chrétiens pour attirer et non pour repousser, pour permettre à tous les hommes de recevoir le salut de Dieu en Jésus-Christ.
Frères et sœurs, chers fils et filles,
C’est dans l’amour, la joie, la justice, la vérité et la fraternité vraie que nous allons ensemble construire notre Pays, notre diocèse. Alors toi mon frère, toi ma sœur, Téké, Mbéti, Mboko, Ngaré, Akoua, Kouyou, Mbochi, Likouba, Bomi taba, je vous exhorte, à la suite de l’Apôtre Paul et au nom de notre Seigneur Jésus-Christ, «à tenir tous un même langage, et à ne point avoir de divisions parmi vous, mais à être parfaitement unis dans un même esprit et dans un même sentiment» (1 Cor. 1,10).
Soyez entre vous pleins de générosité et n’ayez pas peur d’aimer Dieu de tout votre cœur, de toutes vos forces et d’aimer votre prochain comme soi-même.
Frères et sœurs, chers fils et filles,
Je veux vous rappeler que l’amour est patience, est bonté; l’amour n’est point envieux; l’amour ne se vante point, il ne s’enfle point d’orgueil, il ne fait rien de malhonnête, il ne s’irrite point, il ne soupçonne point le mal, il ne se réjouit point de l’injustice, mais il se réjouit de la vérité; Il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout. (1 Corinthiens 13,4-7). Comme le signifie la devise de notre diocèse, allez au large! Oui, allez au large dans l’amour, l’honnêteté, la joie, la vérité et la fraternité tels que le Christ nous a enseignés. Soyez sans crainte, l’esprit du Seigneur est sur vous, «vous ne partagerez pas les craintes de ce peuple et vous n’en serez pas terrifiés. C’est Yahvé Sabaot que vous proclamerez saint, c’est Lui qui sera l’objet de votre crainte et de votre terreur.» (Isaïe 8,12-13).
Joyeuse fête de Noël, bonne et heureuse année 2018 à tous et à toutes!

Fait à Owando, le 20 décembre 2017

+Mgr Victor ABAGNA MOSSA
Evêque d’Owando

Informations supplémentaires