Un Dimanche en paroisse: Diocèse de Nkayi : Saint-Michel de Madingou

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Une célébration eucharistique sous le signe de l’annonciation
S’inspirant de l’Evangile selon Saint Luc 1,26-38, où l’ange Gabriel annonce à la Vierge Marie qu’elle enfanterait un Fils qui portera le nom d’Emmanuel (Dieu parmi les hommes), le concélébrant de la messe du matin du dimanche 24 décembre, quatrième dimanche de l’Avent, le diacre Arnaud Lisseké, a préparé le peuple de Dieu à recevoir Jésus-Christ à l’image de Marie.

En effet, cette dernière n’a point douté, ni refusé d’obtempérer à la Parole de Dieu apportée par l’ange. «Je suis la servante du Seigneur, qu’il me soit fait selon ta parole», a répondu Marie à l’ange. Les chrétiens devraient suivre cet exemple de foi, ôter toute honte à servir Dieu en acceptant sa Parole. Abondant dans le même sens, pendant la messe de la Nativité, à minuit,  le curé de la paroisse, le père Daniel Ndubuisi Echetebih, a exhorté les fidèles à faire naître Jésus le Fils de Dieu dans leurs cœurs. «Nous devons accueillir Jésus-Christ dans nos cœurs pour que nos vies, nos mentalités soient changées, pour réussir dans toutes nos entreprises et pour avoir le courage de servir Dieu», a-t-il dit.
Il a animé les séquences de la naissance de Jésus-Christ dans une crèche modelée par les Samuels pour la circonstance de Noël, sous l’animation des Elisas, à la grande liesse des laïcs qui ont pris d’assaut la chapelle. Il est écrit dans un extrait de Luc 2,1-14: «…Gloire à Dieu dans les lieux très hauts et paix sur la terre parmi les hommes qu’Il agrée…Aujourd’hui dans la cité de David, il vous est né un Sauveur qui est le Christ…». A l’homélie de la nuit, le curé a rappelé que la naissance de Jésus n’est rien d’autre que l’accomplissement de la promesse de Dieu: «ta postérité restera à jamais sur ton trône». Et le règne de Jésus-Christ n’a pas de fin. Si nous voulons régner avec Lui, il nous faut rentrer dans le programme de Dieu, et savoir attendre, au lieu de chercher des réponses «sap-sap», pour satisfaire les convoitises. Ce même message a été répercuté à travers les différents textes liturgiques du 25 décembre, une messe marquée par le baptême de cinq enfants.

Informations supplémentaires