Diocèse de Gamboma : La mission catholique de Lekana a 80 ans

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

C’est dans une ambiance de grande fête que la chrétienté de Lekana, dans le diocèse de Gamboma (département des Plateaux), a célébré dimanche 17 décembre 2017, 3e dimanche du Temps de l’Avent de l’année liturgique B, le 80e anniversaire de la mission catholique Sainte-Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face. L’événement a donné lieu à une célébration eucharistique dans la cour de la paroisse de Lekana prise d’assaut par les fidèles venus de partout, et pour la plupart issus des mouvements d’apostolat dans leur uniforme respectif : confrérie Sainte Rita, archiconfrérie Saint Michel et fraternité féminine.

 

L’eucharistie était présidée par Mgr Francisco Escalante Molina, nonce apostolique au Congo et au Gabon, qu’entouraient NN.SS. Victor Abagna Mossa et Urbain Ngassongo, respectivement évêques d’Owando et de Gamboma; concélébrée par plusieurs prêtres venus des diocèses d’Owando, Ouesso, Gamboma et de l’archidiocèse de Brazzaville parmi lesquels l’abbé Brice Armand Ibombo, secrétaire général de la Conférence épiscopale du Congo (C.E.C).
Plusieurs religieuses de différentes Congrégations ont fait le déplacement de Lekana pour vivre de visu cet événement placé sous l’animation liturgique des chorales Sainte-Thérèse de l’Enfant Jésus de Lekana et Saint-Joseph ouvrier de Djambala, jumelées.
Parmi les autorités politico-administratives locales présentes à cette cérémonie, il y avait la présidente du Conseil départemental des Plateaux, les maires des communautés urbaines de Djambala et Lekana, ainsi que le ministre d’Etat Florent Ntsiba, directeur de cabinet du président de la République, parrain de l’événement.
Au début de la célébration eucharistique, la chrétienté a suivi deux allocutions prononcées tour à tour par le maire de la communauté urbaine de Lekana qui a salué l’initiative prise par les missionnaires spiritains pour évangéliser cette contrée. Ensuite, le père Gabriel Bodiong, curé de la paroisse jubilaire, a fait un bref aperçu de l’histoire de cette mission catholique fondée en 1937 par les missionnaires spiritains. Elle compte aujourd’hui vingt communautés ecclésiales de base, dont quatre se trouvent au centre de Lekana et seize dans les villages environnants.
Dans son homélie tirée de l’évangile de Jean 1,6-8 et 18-26, Mgr Victor Abagna Mossa a exhorté la chrétienté à pratiquer les vertus d’amour et du pardon. «L’érection d’une église, la fondation d’une mission sont le fruit d’une longue œuvre patiente, car ces missionnaires ont été des hommes consacrés, grâce à l’Esprit-Saint qu’ils ont reçu et sont venus à la rencontre des populations rattachées à leur culture pour leur parler de Dieu. Au cours de leur tournée dans les villages, ils ont réglé beaucoup de conflits autour de l’arbre à palabre, écouter les doléances des uns et des autres. A 80 ans d’âge, l’homme est déjà adulte et s’apprête à quitter cette terre des hommes. L’âge des hommes, forts nous rappellent les Saintes Ecritures est à 70 ans. Dans notre société, nous banalisons le vol comme si ce n’était plus un pêché, nos mains sont attachées de sang de nos prochains qui crient vers Dieu. Et quand la corruption bat son plein dans notre société, les valeurs morales et civiques sont en perdition. Rattachez-vous donc aux dix commandements de Dieu: tu ne voleras pas, tu ne mentiras pas, tu ne tueras pas. Une fois que ces dix commandements respectés, le chrétien doit être capable de pardonner et de vivre dans un amour véritable, à la lumière des Saintes écritures», a conclu l’évêque d’Owando.
Vers la fin de la messe, le ministre d’Etat Florent Ntsiba, en sa qualité de parrain de l’événement, a d’abord demandé pardon à la chrétienté de Lekana pour toutes les contradictions et malentendus qui ont précédé la célébration de cet événement au sujet de la statuette de la Vierge Marie. Lui-même, ayant été encadré et éduqué par les sœurs missionnaires, a fait savoir que la mission catholique Sainte-Thérèse de Lisieux devenue Sainte-Thérèse de l’Enfant Jésus de Lekana, a eu un parcours aussi sinueux qu’élogieux avec ses grands missionnaires qui ont formé plusieurs cadres du terroir qui ont fait le bonheur et la fierté de l’administration publique congolaise. Avant de faire porter au nonce apostolique un pagne en raphia, symbole de bon accueil chez les peuples Téké aux hôtes personnalités en visite dans leur terroir.
Enfin, il a présenté à la chrétienté quelques effigies des premières sœurs religieuses qui ont œuvré dans cette mission.
Pour dissiper les nuages qui ont été engendrés par ce jubilé, Mgr Urbain Ngassongo a précisé que la statuette de la Vierge Marie qui a fait couler tant d’encre et de salive a séjourné pendant deux jours à l’archevêché de Brazzaville et qu’il n’est pas besoin de spéculer sur sa nature. Dieu prêche l’amour et l’unité, comme nous le rappelle toujours le Pape François en prenant appui sur trois principes: «S’il vous plaît, merci, pardon».
Mgr Francisco Escalante Molina a quant à lui, rappelé aux fidèles chrétiens de Lekana qu’«avoir une grotte mariale est une bénédiction, car la Vierge Marie apporte la paix et l’amour. La grotte est un lieu de prière, de consolation et d’intercession. Dieu n’aime pas les divisions», a martelé le nonce apostolique.
Après la bénédiction finale, les fidèles chrétiens et les autorités politico-administratives en procession, se sont dirigés vers la grotte mariale réhabilitée à l’entrée de Lekana pour le dépôt de la statuette de la Vierge Marie par le curé de la paroisse.            
La mission catholique Sainte-Thérèse de l’Enfant Jésus de Lekana a été fondée en décembre 1937, par les missionnaires spiritains: le père François Leray et le frère Henri Deiss à la suite d’une première excursion missionnaire sur le Plateau Achikouya (Koukouya) en 1889. C’est la deuxième mission catholique érigée dans la partie septentrionale du Congo.

Pascal BIOZI KIMINOU

Informations supplémentaires