Eglise Evangélique du Congo : La mission et l’évangélisation de l’Eglise au cœur d’une réflexion

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Passer en revue l’état actuel de l’Eglise évangélique du Congo (EEC) au regard des impératifs qu’impose l’actualité caractérisée par d’importantes mutations socioculturelles, mais aussi par d’importants mouvements des populations à travers le monde: les fidèles de l’Eglise évangelique du Congo ont voulu faire le point. Pour cela, le bureau synodal a organisé, du 1er au 5 novembre, au Temple du centenaire du Plateau à Brazzaville, le premier colloque international sur le thème: «Enjeux et pertinence de l’ordre missionnaire de Jésus-Christ», extrait de l’Evangile de Matthieu 28, 19 qui stipule: «Allez et faites de toutes les nations des disciples».

Il s’est agi d’examiner l’évolution de l’Eglise évangélique du Congo et proposer des solutions idoines pour son progrès.

Placé sous l’égide d’un comité scientifique présidé par le professeur José Dianzungu dia Biniakunu de la RD Congo, sous la coordination du pasteur Edouard Moukala, président de l’Eglise évangélique du Congo, ce colloque a regroupé près de 200 participants entre ecclésiastiques et laïcs membres du bureau synodal, des départements synodaux, des consistoires, des différents organes de l’Eglise, de nombreux fidèles chrétiens, des personnalités diverses venues de l’étranger, notamment de Suède, de France, de Belgique, d’Amérique du Nord, de la RD Congo, du Gabon, du Congo-Brazzaville ainsi que d’éminents conférenciers pour la plupart des universitaires.
Au cours du colloque, huit exposés ont été développés sur des thématiques comme: «L’œuvre des missions scandinaves au Congo Brazzaville: vision et perspectives», par le Dr Bertil Ahman de Suède; «La mission au cœur de la rencontre des cultures et des religions», par le professeur Dominique Ngoïe Ngalla; «Le protestantisme français et les Eglises d’expression africaine»; «Vision et perspectives missionnaires de la Cevaa», par le Dr Célestin Kiki, secrétaire général de la Cevaa de France; «La religion comme moyen de domination et de libération des peuples», par le professeur Théophile Obenga; «La déchristianisation et la réévangélisation de l’Europe» et «Quelle Eglise pour les chrétiens africains en Europe?», par le Dr Florent Mouanda Bambi de France; «Quelle Eglise pour les chrétiens africains en Europe?»; «Enjeux et défis de la mission et de l’évangélisation: Expérience de l’EEC», par le pasteur Edouard Moukala, président de l’Eglise évangélique du Congo.
Outre ces exposés, les participants ont suivi des communications des représentants des communautés issues de la diaspora, ponctuées par des échanges d’expériences. Ce colloque a également posé la problématique des migrants africains qui ont tendance à implanter des Eglises autonomes dans les pays d’accueil. L’EEC se doit de recadrer les initiatives des groupes et communautés de la diaspora pour leur bon fonctionnement à l’étranger.
Dans son allocution, le pasteur Edouard Moukala a signifié que les conclusions de ce colloque permettront aux membres du comité scientifique d’élucider certains aspects. En effet, une délégation du bureau synodal a effectué une mission en France du 8 au 20 juillet 2017, au cours de laquelle des concertations avaient eu lieu avec l’UCECF, la CEECF et la section France du CBE, ponctuées par la signature d’un protocole d’accord créant un groupe de travail des communautés de l’Eglise évangélique du Congo en France. Une feuille de route a été établie et un document de travail portant sur la présentation des objectifs du colloque international sur la mission et l’évangélisation a été mis à la disposition du groupe de travail pour diffusion. Après avoir examiné les documents mis à sa disposition par le bureau synodal, le groupe de travail a retenu prioritairement de focaliser ses analyses et réflexions sur la «relecture des textes de l’Eglise évangélique du Congo sur la vision et la mission», sur «les relations que peuvent avoir l’EEC avec les communautés qui se réclament d’elle à l’étranger», sur «les relations que peuvent avoir les différentes communautés de l’EEC évoluant à l’étranger avec les autres Eglises et organisations ecclésiales dans les pays d’accueil».
«En effet, cinquante-six ans après son autonomie, l’Eglise évangélique du Congo cherche à redéfinir son engagement missionnaire au Congo et à l’étranger. Issue de l’œuvre d’évangélisation des missions scandinaves depuis 1909, l’Eglise évangélique du Congo envisage de bâtir de nouvelles stratégies pour la mission et l’évangélisation en faisant acquérir aux ecclésiastiques et aux laïcs des connaissances sur le contexte et l’environnement dans lesquels elle est appelée à s’engager», a précisé le pasteur Edouard Moukala.
Le président de l’EEC a poursuivi en indiquant: «Pour l’Eglise évangélique du Congo, la première tentative d’une expérience missionnaire à l’étranger eut lieu en Equateur avec l’envoi du pasteur Joseph Bounda Mabiala en 1981. La mission s’était interrompue en 1983, en raison d’un incendie qui faillit coûter la vie à toute la famille. Depuis lors, aucune autre initiative n’a été prise pour ouvrir un autre champ de mission à l’étranger. Toutefois, de nouveaux champs d’évangélisation ont été créés récemment par des laïcs de l’Eglise, notamment en France, au Gabon, aux Etats-Unis, en Afrique du Sud. Mais ceux-ci sont confrontés aux divers problèmes liés au manque de stratégies adéquates», a-t-il déploré.
Un colloque est une rencontre d’un niveau élevé qui rassemble des intellectuels, des scientifiques, des hommes et des femmes qui ont une expertise, une certaine matière. «En l’organisant, un pas vient d’être franchi, celui d’éclairer l’opinion sur certains aspects du moment, où le monde est en pleine mutation», a affirmé le professeur José Dianzungu dia Biniakunu.
La clôture du colloque a été rehaussée de la présence du ministre de l’Enseignement primaire, Anatole Collinet Makosso, de l’ambassadeur du Tchad au Congo et de plusieurs autres personnalités.

Pascal BIOZI KIMINOU             

Informations supplémentaires