Diocèse de Nkayi : Le Centre de santé intégré de Kingoué inauguré

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Situé à environ 50 km de Mouyondzi, Kingoué, une sous-préfecture du département de la Bouenza, a abrité le 28 octobre 2017, la cérémonie d’inauguration du Centre de santé intégré de la localité. Placée sous l’autorité de Mgr Daniel Mizonzo, évêque du lieu, la cérémonie s’est déroulée en présence du représentant du préfet de la Bouenza, du commandant de la Région de gendarmerie, des sous-préfets de Tsiaki, Mouyondzi, Mayoko, des présidents de l’Association Maison du cœur, Amis du Congo et de l’Association des peuples autochtones. Le représentant du sous-préfet de Kingoué a été accompagné du secrétaire général du Cercle de réflexion du développement de Kingoué. 

 

Un digne fils de cette localité, l’abbé Ghislain Ngamouna, a étudié en Italie de 2009 à 2013 et y a été ordonné diacre. Sensible à la misère du peuple, il a créé (avec quelques jeunes de la paroisse San Tereziano en Italie) une association à caractère social et humanitaire affiliée à l’Eglise catholique: «Maison du cœur, Amis du Congo». De retour au bercail, l’abbé Ghislain Ngamouna a installé ladite Association à Kingoué. La motivation de création de celle-ci est l’amélioration des conditions de vie des enfants vulnérables et des jeunes en milieu rural en situation de détresse.
Avant même son ouverture officielle à Kingoué, l’association vole au secours des plus faibles dans le département. Au nombre des réalisations dans le district de Kingoué, notons la construction de 4 sources d’eau potable, la distribution des friperies au centre et dans les 32 villages, l’octroi de 110 crédits agricoles aux femmes, la construction de 4 maisons entières à des familles vulnérables, la prise en charge de plusieurs ordonnances médicales des personnes malades et pauvres, la distribution des vivres aux personnes âgées et familles plus pauvres, la prise en charge des interventions chirurgicales de 6 enfants, la construction des toilettes publiques au marché, la formation de 9 jeunes qui sont les futurs formateurs à l’école des métiers, la création de la coopérative agricole, la construction du puits d’eau potable au Collège d’enseignement général (CEG), la  prise en charge du paiement des salaires des enseignants bénévoles et prestataires de l’Ecole primaire et du Collège au titre de cette année 2017-2018, la construction et l’équipement de la Maison d’Accueil «Nzo Mukolo», la prise en charge totale de 10 enfants autochtones–projet occasionnant aujourd’hui l’ouverture de cette maison d’accueil; dans le district de Mouyondzi-: la dotation de 40 lits et 40 matelas à l’internat du lycée, la dotation de certains matériels médicaux à l’hôpital; la dotation en matelas, lit, drap, groupe électrogène, médicaments et matériels des Centres de santé intégrés (CSI) de Kingoué, Yamba et Tsiaki, l’organisation des colonies des vacances avec l’attribution des prix d’études aux meilleurs élèves et aujourd’hui, il y a plus de 200 prix d’étude offerts aux enfants méritant, la prise en charge de la scolarité des enfants autochtones pour l’année 2015-2016. A l’ouverture officielle du premier module du Complexe socio-éducatif et professionnel, ce centre accueille (dans un bâtiment d’une capacité d’accueil de 40 enfants) dix enfants autochtones dont 3 garçons et 7 fillettes.
Entre autres objectifs spécifiques, le lancement du cycle de l’enseignement général de la maternelle au secondaire (classe de 3e). Les bâtiments qui vont abriter ces différents niveaux sont en cours de finition. Cet espace de plus de 30 hectares va recevoir des mineurs vulnérables pour la formation dans les domaines suivants: la mécanique, la menuiserie, la soudure et le tournage, l’électricité, l’agropastorale, la maçonnerie, la coiffure, la plomberie, l’hôtellerie et la restauration, l’informatique, l’auto-école et l’entreprenariat. Il sied de relever la présence de trois grands bâtiments (dont les travaux sont suffisamment avancés) qui vont abriter ces différentes formations. Ne dit-on pas que l’homme n’est jamais si grand que lorsqu’il se penche à aider un enfant? Entre autres résultats attendus, il y a la réinsertion des jeunes dans le monde professionnel; ceci contribuera à freiner le taux de chômage, cause de beaucoup de comportements déviants.
Ce centre est donc une réponse à la détresse qui sévit en milieu infantile et juvénile surtout en zone rurale. Il devrait être appuyé et soutenu par les amis du bien.

Abbé Lambert KIONGA
Secrétaire Général Adjoint, Gestionnaire de la CEC

Informations supplémentaires