Un Dimanche en paroisse : Saint Jean-Paul II de Diata

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Inauguration de la nouvelle paroisse
C’est dans une joie singulière et une grande émotion que la chrétienté de Diata a inauguré la nouvelle paroisse Saint Jean-Paul II de Diata, dimanche 22 octobre 2017, coïncidant au 29e dimanche du temps ordinaire, en la fête de Saint Jean-Paul II. La messe a été célébrée par l’abbé Léonard Milongo, vicaire général de Brazzaville, et concélébrée par le curé de la paroisse, l’abbé Mathias Fleszar, les deux vicaires de la paroisse, le curé de la paroisse Jésus Ressuscité et de la Divine Miséricorde et deux autres prêtres.

Cette messe a connu la participation de plusieurs religieuses de différentes congrégations, d’un grand nombre de fidèles de Diata et des autres paroisses, invités. Dorénavant, le 22 octobre sera la date de la fête patronale de cette paroisse. C’est sous un temps doux, à 9h 15, que la célébration eucharistique a commencé, précédée d’un sketch réalisé par trois jeunes du groupe théâtral paroissial. M. André Mboumba, secrétaire général de la paroisse, dans son mot de circonstance, a souhaité la bienvenue à tous les participants et retracé l’historique de cette paroisse, auparavant annexe de Diata.
Après lui, l’abbé Thècle Delphin Samba, vicaire paroissial, a lu le décret d’érection de cette paroisse, par décision de Mgr Anatole Milandou, Archevêque de Brazzaville.
Après la lecture des textes liturgiques du jour (Isaïe 45,1.4-6a; 1 Thessaloniciens 1,1-5b et Matthieu 22,15-21) par l’abbé Anel Bakanguila, diacre, du diocèse de Kinkala, l’abbé Léonard Milongo a fait référence à la genèse de la paroisse Saint-Michel de Ngangouoni, dont celle de Diata est désormais détachée: «Aujourd’hui, avec l’aide de l’Archidiocèse, ce terrain est là et c’est une grande joie d’honorer le Seigneur. L’amour et la grâce de Dieu nous devancent en tout, c’est poaurquoi il nous a choisis, pour une mission, cette mission qu’il a donnée au peuple d’Israël: faire connaître le vrai Dieu. Que les fidèles de Diata fassent de même dans ce quartier».
Parlant de la foi active, le vicaire général a invité les fidèles à manifester les bonnes œuvres, en travaillant en présence du Seigneur. Eviter l’hypocrisie et toujours se dire que dans tout ce que l’on fait, le Seigneur nous regarde. Si nous prions, c’est pour être de bons citoyens pouvant développer le pays.
Après la prière postcommunion, l’abbé Mathias Fleszar a surpris les fidèles en lisant son mot en un Kituba bien clair. Il a fait mention de Saint Jean-Paul II, l’unique pape qui a foulé le sol congolais. Durant son passage à Brazzaville, il avait dit: «Chers Congolais! J’aurais aimé serrer toutes vos mains, vous bénir tous, avoir pour chacun – surtout pour les enfants, les malades, les pauvres – un mot d’encouragement.» Saint Jean-Paul II était un pape qui avait, pour chacun de nous, un mot d’encouragement. Aujourd’hui, il nous dirait: «N’ayez pas peur!».
Après cela, le curé a expliqué ce qu’est la paroisse: une famille, une source, une école. C’est pour cela, qu’en tant que chrétiens, nous avons tous besoin d’une paroisse. Alors, soyez donc les bienvenus à la paroisse Saint Jean Paul II de Diata!, a-t-il lancé. Après cela, il a fait connaître aux fidèles les projets de construction de cette paroisse: église, presbytère et école.
Les Yamboté ont dansé au rythme des chants exécutés par la chorale Saint Jean Paul II. Ce groupe de chants liturgiques a vu le jour au même moment que la paroisse.
L’assemblée des fidèles a pris fin à 11h 30.

Impressions de l’abbé Germain Makouiza, ancien curé de Saint Michel de Ngangouoni
«J’ai une très grande joie, parce que le terrain était acquis depuis bien longtemps. J’étais encore séminariste. Dieu merci, je suis devenu curé de la paroisse Saint Michel de Ngangouoni, et nous avons osé commencer les activités ici, à Data, par l’implantation de la croix. Et de là, petit à petit, la paroisse a commencé à prendre forme. Aujourd’hui, avec ce qui est fait, je suis le plus content; je suis ravi, joyeux… Je ne sais pas quoi dire, les mots me manquent. C’est un grand plaisir pour moi, vraiment.»

Informations supplémentaires