46e Assemblée plénière de la Conférence épiscopale du Congo : Les Evêques prônent l’unité et la solidarité entre chrétiens

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Du 9 au 15 octobre 2017, se tient au C.I.O (Centre interdiocésain des œuvres), à Brazzaville, la 46e Assemblée plénière de la C.E.C. (Conférence épiscopale du Congo), sur le thème: «Regard sur l’Œcuménisme, les Eglises de Réveil et les Nouveaux Mouvements Religieux au Congo-Brazzaville», «…Qu’ils soient un…» (Jn 17,21)». Prennent part à ces assises placées sous l’égide de Mgr Daniel Mizonzo, Evêque de Nkayi, Président de la C.E.C., Son Eminence, le Cardinal Dieudonné Nzapalainga, Archevêque de Bangui, tous les Evêques membres de la C.E.C, les membres du secrétariat de la C.E.C., les experts de la C.E.C., etc.

 

Plusieurs communications ont apporté la cadence à cette 46e Assemblée plénière, au nombre desquelles, celles de l’abbé Sébastien Zoubakela, prêtre de l’Archidiocèse de Brazzaville, sur le thème: «L’Eglise catholique et la question de l’œcuménisme au concile Vatican II», Mgr Yves Marie Monot, Evêque de Ouesso, sur: «L’œcuménisme au Congo», du père Michel Mallevres: «Où va l’œcuménisme aujourd’hui?». «Regard sur les Eglises de réveil», de l’abbé Gérard Ngomeka, prêtre du diocèse d’Owando, sur le thème: «Réflexion pastorale sur les Eglises de réveil et les NMR (Nouveaux Mouvements Religieux)». Frère Jean Nkombo Boutsoki a abordé le thème: «Les Aspects catéchétiques de notre réflexion (Les Eglises de réveil, les sectes et les NMR)», le Prof Joseph Itoua, a exposé sur: «Les Eglises de réveil et les Nouveaux mouvements religieux: une menace pour la foi catholique»? De retour de Kinkala où il s’est rendu mercredi 11 octobre, le Cardinal Dieudonné Nzapalainga a animé, le lendemain, jeudi 12 octobre, une conférence au siège de l’ACERAC (Association des conférences épiscopales de la région de l’Afrique centrale) sur le thème: «Dialogue œcuménique et dialogue interreligieux en Afrique Centrale, l’expérience de la RCA».
Ces différentes interventions ont mis en exergue et monnayé de quelques manières que ce soient les propos du Pape François, selon lesquels: «La division au sein de l’Eglise est une honte» tout en soutenant cette affirmation: «L’œcuménisme est la voie qui mène à l’unité de la famille humaine». Favoriser l’ouverture avec les autres frères et sœurs des autres Eglises, a été également retenu parmi les défis pastoraux majeurs de l’Eglise catholique au Congo en ces temps de prolifération des Nouveaux mouvements religieux et de la marche vers la maturation de l’œcuménisme. Après 47 ans de marche des chrétiens du Congo vers l’unité, le Conseil œcuménique des Eglises chrétiennes du Congo ne se donne à dire être une super Eglise, mais plutôt une structure d’unité. Inciter au dialogue, à l’unité de l’Eglise, mais aussi avec les autres Eglises est un lieu propice à la nouvelle évangélisation.
Participant activement aux travaux, le Cardinal Dieudonné Nzapalainga, soulignant les bienfaits de l’œcuménisme dans l’Eglise catholique, a révélé à l’assemblée qu’il est issu d’une famille œcuménique: son père protestant et sa mère catholique. Dans la foulée, l’Archevêque de Bangui a fait remarquer qu’il était d’abord baptisé protestant, avant de se reconvertir au catholicisme en rejoignant sa mère. Par ce témoignage de l’Archevêque de Bangui, les Evêques du Congo appellent à l’unité, la solidarité et la cohésion des chrétiens, car le Christ n’est pas divisé, pourquoi alors des divisions au sein des chrétiens? Dans la foulée, il a été rappelé que beaucoup de prêtres de l’Eglise catholique au Congo sont également issus des familles œcuméniques, d’où la nécessité de dialoguer et de s’ouvrir aux autres afin de donner au monde un témoignage éloquent de l’appartenance au Christ.
Les travaux de cette Assemblée plénière annuelle s’achèveront dimanche 15 octobre 2017, lors de la messe de clôture de ladite Assemblée en la Basilique Sainte Anne du Congo, ayant coïncidé avec l’accueil solennel du Cardinal Dieudonné Nzapalainga, par l’Eglise catholique du Congo, en reconnaissance de son élévation au Cardinalat, il y a un an.

Gislain Wilfrid
BOUMBA

Informations supplémentaires