Session diocésaine précédant l’ouverture de l’Année pastorale (Archidiocèse de Brazzaville) : Venir à bout des déviances actuelles, par l’annonce de l’Evangile

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La salle de la catéchèse de la cathédrale Sacré-Cœur a abrité du 3 au 5 octobre 2017, la traditionnelle session diocésaine de formation précédant l’ouverture de l’année pastorale 2017-2018, ayant pour thème: «Ensemble, luttons contre les déviances actuelles dans nos milieux de vie, par l’annonce de l’Evangile». Placée sous l’autorité de l’abbé Léonard Milongo, vicaire général de Brazzaville, la cérémonie d’ouverture a connu la participation des prêtres, religieux et religieuses membres des diverses congrégations œuvrant dans l’Archidiocèse de Brazzaville, ainsi que des laïcs membres du B.D.A.L. (Bureau diocésain de l’apostolat des laïcs), des bureaux des Conseils pastoraux paroissiaux et des bureaux des mouvements diocésains d’apostolat, etc.

 

Ayant pour modérateur l’abbé Grace Divin Ngoma, la première journée placée sous le  thème: «Les déviances actuelles dans nos milieux de vie» a été marquée par l’allocution d’ouverture prononcée par le vicaire général, suivie des trois communications: «Témoignage des mamans catholiques» par Mme Adélaïde Bayékoula, présidente diocésaine des Fraternités féminines catholiques, «Témoignage des jeunes catholiques» par M. Chancel Likouka, communauté Jeunes de la lumière de la Paroisse Notre Dame des Victoires de Ouenzé, et «Témoignage des papas catholiques», par M. Edouard Mbaloula, président du B.D.A.L. Ces trois exposés ont mis en exergue les déviances dans les milieux de vie ciblés par les conférenciers. Ainsi, le premier exposé a abordé le statut de la femme en tant que veuve, créature de Dieu et les maltraitances dont elle est victime, tout en relevant les plaies et les antivaleurs qui jonchent la vie familiale. La deuxième conférence a épinglé les déviances constatées en milieu juvénile. Ce faisant, le conférencier a énuméré cinq déviances: la corruption passive, l’incivisme, les déviances sexuelles, les dogues et alcools, et l’habillement indécent. Partant, l’orateur a esquissé une approche globale des antivaleurs dans la vie des jeunes, ayant débouché sur l’espoir de récupération de cette jeunesse déviante, car a-t-il affirmé, ces jeunes ont des qualités qu’il faut déceler afin de mieux les intégrer dans la dynamique de construction d’une société saine, prospère où il fait bon vivre. La dernière communication de la 1ère journée a abordé les déviances auprès des papas, leur irresponsabilité, mêlée à la démission de jouer leur rôle de père et de garant de l’équilibre et du bien-être du foyer. Ainsi, le conférencier a dénoncé le manque de repères dans la société, invitant ainsi le clergé à se remettre en cause en vue de reconquérir leur rôle d’antan consistant à servir de modèles auprès des laïcs pour éviter à la jeunesse de sombrer dans des situations de déviances.
La deuxième journée ayant pour modérateur, l’abbé Prince Badzoukoula, a été marquée par les travaux en atelier précédés du compte rendu de la précédente journée. Ainsi, quatre ateliers ont été constitués et ont pondu des compte rendus respectifs ayant permis aux autorités de l’Eglise locale de mieux ficeler cette lutte contre les déviances actuelles.
La dernière journée ayant pour modérateur, l’abbé Armel Barinamio, a été marquée par le compte rendu de la précédente journée focalisée sur les travaux en atelier, suivi de plusieurs communications assorties des points d’information. Ce faisant, frère Jean Kombo Boutsoki, directeur diocésain de la catéchèse, a présenté le plan d’action de l’année catéchétique qui s’est articulé autour de l’animation catéchétique, le recyclage des catéchsites anciens et la formation. L’abbé Prince Badzoukoula, directeur diocésain des O.P.M (Œuvres pontificales missionnaires), a présenté le message du pape et les objectifs de la prochaine Journée mondiale des missions qui sera célébrée, dimanche 22 octobre 2017, sous le thème: «Ensemble, osons la mission.» Au nombre des points d’information, ont figuré les communications des abbés Albert Kimbembé, président de la Commission diocésaine pour la pastorale de l’environnement et du développement, sur les spécificités de la pastorale qui est la sienne, Jonas Koudissa, qui est intervenu à triple titre en tant que président de la Commission diocésaine Justice et Paix, président de la C.D.M.A.S (Commission diocésaine de musique et arts sacrés) et directeur de l’ACABE (Académie de Brazzaville pour l’éthique) sur les enjeux et les défis pastoraux qui incombent à chaque structure qu’il dirige. Tandis qu’Albert Mianzoukouta, directeur de La Semaine Africaine et de Radio Magnificat, a présenté l’historique de La Semaine Africaine et de Radio Magnificat, leurs difficultés et particularités respectives, avant de lancer un SOS aux âmes de bonne volonté afin qu’elles volent au secours de ces deux médias d’Eglise. Sœur Claire Foueti Nganga, directrice diocésaine de l’Ecole catholique, a abordé le thème: «Les déviances en milieu scolaire» en articulant son propos autour du sous-thème: «L’Ecole lieu de transmission des valeurs». Les abbés Mesmin Prosper Massengo, et Simon Monékéné, respectivement, responsable et directeur des études de l’Ecole des Sciences religieuses, sont intervenus pour présenter ladite école et inviter les curés des paroisses et les supérieurs des congrégations religieuses à y envoyer leurs paroissiens et membres, pour une meilleure visibilité de cette structure de formation dans l’Archidiocèse de Brazzaville.
A la suite des échanges, Mgr Anatole Milandou, Archevêque de Brazzaville, a donné quelques orientations pastorales pour corriger certaines déviances constatées lors des messes, notamment celles des funérailles, dans le souci de soigner les célébrations eucharistiques et le vivre ensemble dans notre société en perte des valeurs fondamentales qui canalisent et président au bien-être tant individuel que communautaire dans la vie pluridimensionnelle, avant de lire sa circulaire relative à l’accueil du Cardinal Dieudonné Nzapalainga, à Brazzaville.

Gislain Wilfrid
BOUMBA

Informations supplémentaires