Un Dimanche en Paroisse : Saint Kisito de Makélékélé

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

«Chez Dieu, pas besoin de discours, mais de réalisations»
La messe de 6h30 du dimanche 1er octobre 2017 a connu une forte participation des fidèles comme d’habitude. Présidée par le père Bruno Nkodia, vicaire sortant, accompagné de Gaël Yadiki, pré-diacre, et Aubin Banzouzi, grand séminariste, cette célébration eucharistique a été animée par la Schola populaire. Basant son homélie sur les textes liturgiques du jour, le célébrant a relevé deux grandes orientations de vie.

 

La première: «Dieu ne se contente pas de nos paroles, des promesses que nous faisons, ou, des déclarations d’intention, comme font les députés lors des campagnes; mais Lui considère les actes de charité et les œuvres bonnes que nous réalisons, car c’est par la concrétisation de l’amour et l’accomplissement de la volonté de Dieu au quotidien que le règne de Dieu avance». Comme quoi, Dieu n’a pas besoin de paroles mais des actes. D’où a-t-il invité le peuple de Dieu à suivre dorénavant l’exemple du premier fils de l’Evangile (Mat 21, 28-32), car a-t-il ajouté: «souvent nous nous comportons comme le second fils; nous disons la prière de Notre Père et du credo des bouts des lèvres, et faisons le contraire dans nos milieux de vie. Mais aujourd’hui l’Eglise nous invite encore cette année à la conversion, comme Zachée, en cessant d’être des auteurs et des complices des antivaleurs et des déviances dans nos quartiers et dans nos lieux de service. Dieu qui connaît les fonds des cœurs sait ce que chacun fait. Chacun récoltera ce qu’il aura semé dans sa vie.»
Dans la deuxième orientation de vie, le père Bruno Nkodia a exhorté à ne mépriser personne dans la vie. Chaque personne a de la valeur aux yeux de Dieu. «Un jour, a-t-il raconté, un couple était parti se baigner à la plage, accompagné de ses enfants. Pendant que les enfants fabriquaient des châteaux de sable, le couple aperçu un vieux qui passait en se courbant de temps en temps comme s’il ramassait quelque chose. Aussitôt ce couple demanda aux enfants de se mettre à l’abri pour éviter cet inconnu. L’infortuné entendit tout, sourit et passa sans dire un mot. Un autre jour pendant que les enfants jouaient sur la même plage, l’absence du vieillard se fit remarquer. Ce jour là un des enfants se blessa par un tesson, c’est alors qu’ils comprirent le sens des gestes de ce pauvre vieillard qu’ils avaient auparavant méprisé.»
Signalons que la messe d’au-revoir des pères François Lebec et Bruno Nkodia est prévue pour le dimanche 22 octobre 2017.

Informations supplémentaires