15 août: Fête de l’Assomption : L’élévation de la Sainte Vierge Marie à la gloire céleste

Note utilisateur:  / 1
MauvaisTrès bien 

Le 15 août est à la fois, pour notre pays, une fête religieuse et politique. Une fête religieuse parce que l’Eglise universelle célèbre la solennité de l’Assomption, du mot Latin «adcoelesten gloriam assumpta», l’élévation de la Sainte Vierge Marie à la gloire céleste.

Une fête politique qui marque l’accession de notre pays à la souveraineté internationale où fête nationale. C’est aussi, le jour inspiré du président de la République, l’abbé Fulbert Youlou pour confier notre pays entre les mains de la Sainte Vierge Marie.
Le 15 août 1960, jour de la proclamation de l’indépendance du Congo a été choisi par l’abbé Fulbert Youlou pour le faire coïncider avec la fête mariale de l’Assomption. Le texte consacré pour cette solennité de l’Assomption tire son épisode dans l’évangile de Luc 1,39-56 qui stipule dans l’une des phrases: «Marie rend visite à Elisabeth, sa cousine dans la ville de Judée». Cette phrase revêt une grande importance dans la vie quotidienne de chaque baptisé sur la manière d’être. La célébration de l’Assomption de Marie, cette jeune fille vierge, choisie par Dieu pour être la mère du Seigneur, tout comme l’ascension du Seigneur Jésus-Christ, fils unique du Très Haut, devrait attirer l’attention de tous les fidèles chrétiens sur leurs vertus et leur modèle de vie. «Marie rentre dans la maison de Zacharie et salue Elisabeth. Quand Elisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant dont la grossesse était de six mois remue dans son ventre, tressailli de joie. C’est alors qu’Elisabeth est remplie de l’Esprit Saint et dit d’une voix forte: Dieu te bénit plus que toutes les autres femmes et il bénit aussi, l’enfant que tu portes en toi. Car la mère de mon Seigneur vient me visiter. Quel honneur pour moi, quand mes oreilles on entendit ta salutation, l’enfant a remué de joie dans mon ventre». Et Marie de chanter le Magnificat: «A partir de maintenant, toutes les générations me diront bienheureuse». A travers ce texte de l’évangile, nous pouvons dire que Marie, mère du Seigneur, mère de l’Eglise qui intercède pour nous après de son fils notre Seigneur Jésus-Christ, occupe une place de choix dans notre vie, comme nous le rappelle le canon de la messe.
Mardi 15 août 2017, en la solennité de l’Assomption, dans les différentes paroisses de l’archidiocèse de Brazzaville, notamment à la Cathédrale Sacré-Cœur, Saint Jean-Baptiste de Talangaï, Saint Jean Marie Vianney de Mouleké, les homélies prononcées par les abbés Rhod Sakani Yiseno, Destin Mouené Nzorombé, Franck Samba, ont tourné autour de la mission du chrétien dans l’Eglise, en prenant appui sur l’action menée par Marie à travers son modèle de vie «faite tout ce qu’il vous dira».
A la fin des célébrations eucharistiques, le peuple de Dieu en procession avec des bougies allumées s’est dirigé vers les grottes mariales pour une méditation, suivie de la récitation communautaire du chapelet.

Pascal BIOZI KIMINOU

Informations supplémentaires