Association des conférences épiscopales de la région de l’Afrique centrale : Les évêques d’Afrique centrale vont débattre de l’œcuménisme et le dialogue interreligieux à Yaoundé

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Yaoundé, capitale du Cameroun abrite du 8 au 16 juillet 2017, la XIème Assemblée plénière de l’Acerac (Association des conférences épiscopales de la région de l’Afrique centrale), sur le thème: «Œcuménisme et dialogue interreligieux en Afrique centrale». Thème déjà débattu par les évêques du Congo, lors de leur 45ème assemblée plénière tenue en octobre 2016, à Brazzaville.

Au cours de leur rencontre de cette année qui fait suite à la Xème Assemblée plénière organisée à Brazzaville du 7 au 14 juillet 2014, les évêques du Cameroun, du Tchad, de la République centrafricaine, de la Guinée équatoriale, du Gabon et du Congo plancheront également sur des dossiers majeurs liés à la vie de leur institution qui depuis deux ans, grâce à la contribution précieuse de l’Etat congolais dispose d’un imposant siège en plein cœur de Brazzaville, la capitale congolaise.

Aidés par leurs experts comme c’est souvent le cas lors de leurs précédentes assemblées plénières se tenant de façon triennale et tournante, les évêques membres de l’Acerac (Association des conférences épiscopales de la région de l’Afrique centrale) se retrouvent cette année à Yaoundé, au Cameroun, où ils débattront d’un thème qui est d’actualité, à l’heure où la planète peine à faire reculer la recrudescence de l’insécurité à travers les pays.
Les évêques des six pays de la région Acerac auront donc intérêt à proposer voire à contribuer à une thérapeutique de choc face la montée on ne peut plus grandissante du terrorisme, tel que cela se vit de façon préoccupante au Cameroun et au Tchad avec la secte islamiste Boko-Haram, ou encore en République centrafricaine où depuis quatre le pays a du mal à connaître une situation de paix, en dépit des efforts inlassables consentis pour un retour véritable de la paix souhaitée par tous. A partir du thème central, les évêques de l’Acerac ne manqueront pas de passer en revue divers sujets qui freinent ou font piétiner quelquefois la marche de leur institution. Aussi, ils profiteront pour capitaliser les acquis qui ont jusqu’ici permis de consolider le positionnement de leur association épiscopale régionale au-delà de la sous-région et du continent comme l’Ucac/Icy (Université catholique d’Afrique centrale/Institut catholique de Yaoundé), la gestion rationnelle et adéquate de l’hôtel Saint François de Paule à Brazzaville qui abrite le siège de l’Acerac, ou encore le secteur des moyens de communication sociale qui à coup sûr reste un canal d’expression et de liaison pour la visibilité de l’œuvre menée en faveur et au sein de l’Acerac. A l’évidence, ils susciteront assurément une réflexion débouchant sur des autoroutes de paix et d’unité.
A cette rencontre, la délégation congolaise conduite par Mgr Daniel Mizonzo, évêque de Nkayi, président de la C.e.c (Conférence épiscopale du Congo) sera représentée notamment par tous les membres de l’épiscopat congolais, le secrétaire général de l’Acerac et le secrétaire général de la C.e.c (Conférence épiscopale du Congo). C’est à l’issue de cette Assemblée plénière que l’actuel président de l’Acerac, Mgr Samuel Kleda, archevêque de Douala, président de la C.e.n.c (Conférence épiscopale nationale du Cameroun) devra transmettre le témoin à son confrère de la C.e.g.e (Conférence épiscopale de la Guinée équatoriale), pays à qui normalement revient la présidence de l’association à partir de cette année. Cette session se tient dans une atmosphère quelque peu tendue, au moment où le peuple camerounais et toute la région Acerac pleurent Mgr Jean-Marie Benoît Bala, évêque de Bafia, assassiné il y a quelques semaines.

Aristide Ghislain
NGOUMA

Informations supplémentaires