VIIIème dimanche du temps ordinaire - A - Cherchons d’abord le Royaume !Textes : Is 49, 14-15; 1 Cor 4, 1-5; Mat 6, 24-34

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

«Cherchez d’abord le Royaume de Dieu et sa justice, et tout le reste vous sera donné en plus!» Que veulent nous dire ces paroles de ce dimanche? N’est-ce pas qu’elles sont comme un chant à la Providence du Bon Dieu, qui veille sur nous et dirige nos vies? Et le Christ de renchérir: «Ne soyez pas inquiets pour la nourriture et pour les vêtements, car «la nourriture qu’est-ce en comparaison de la vie?»


Reconnaissons tous que s’il y a un bien très précieux que le Seigneur nous a donné, c’est bien la vie, et en même temps il nous a donné ce qui est nécessaire pour vivre.
Sur terre, il y a assez d’espace, il y a assez de pierres, assez de bois, pour que les hommes puissent se construire des maisons et s’abriter.
Et toute création, contemplons plantes, animaux de toute espèce que le Seigneur a mis à notre disposition pour notre nourriture. Dieu a organisé le monde avec sagesse pour que nous puissions y vivre et être heureux dans ce monde. Ce que nous rappellent les deux premiers chapitres du livre de la Genèse  (1,2).
Dieu a mis dans la planète Terre toutes sortes de minerais: nickel, fer, diamant, or, manganèse et j’en passe, pour se fabriquer outils et autres. . .
Et pour nos habits: laine de moutons, le cuir des animaux, le coton . . . !
Frères et sœurs dans le Christ, écoutons et chantons avec Saint François d’Assise, ce cantique des créatures: «Loué sois-tu, Seigneur, pour notre sœur maternelle la terre, elle nous porte et nous nourrit. Elle est riche de tant de fruits, des fleurs colorées et des plantes»! C’est le reflet de l’amour du Créateur pour ses créatures. Ce célèbre guitariste l’a bien compris quand il chante: «Si Dieu ne nous aimait pas, il n’aurait pas fait la terre. Si Dieu ne nous aimait pas, il n’aurait pas fait tout ça!»
Puisse chaque matin cette prière être au bout de nos lèvres pour dire notre merci à Dieu et le louer pour toutes les merveilles de sa création!
Ecoutons encore Jésus dans cet évangile: «Regardez donc les oiseaux du ciel: ils ne font ni semailles, ni moissons, mais votre Père céleste les nourrit.» Oui, le Créateur du monde a pensé même à eux. Mais nous, nous valons plus que les oiseaux. Confiance dans le Seigneur, oui mais Il nous demande notre effort personnel. Dieu met toutes choses à la disposition des hommes, mais il attend notre collaboration. L’homme, comme l’a rappelé le Pape François ces temps-ci: «L’homme est Co-créateur». Il doit contribuer à sauvegarder notre Domicile Terre.
Nous ne devons pas que le louer avec les mains jointes, mais nous avons à travailler avec nos propres mains. Bénissons-le par ce travail de nos mains! Et voici la troisième parole de l’évangile de ce 8ème dimanche qui doit retenir notre attention: «Vous ne pouvez pas servir deux maîtres à la fois. . . Vous ne pouvez pas servir Dieu et l’Argent (Mammon).
Vous ne devez pas servir Mammon! Ne vous faites-vous pas les esclaves de l’Argent!»
Frères et sœurs dans le Christ, regardons autour de nous et en nous-mêmes, pour nous rendre compte de l’immense danger, du degré de servitude, dont Jésus veut nous libérer. Il y en a qui font de l’argent une idole, mais il y a d’autres idoles aussi dont nous, les humains sommes esclaves: l’égoïsme, l’ivrognerie, l’impureté, l’orgueil, la paresse, etc. Ça ne vaut pas mieux. L’argent ne doit pas être notre Maître, mais notre serviteur. Nous ne devons pas le gaspiller. Il doit servir pour faire vivre nos familles; il doit servir à aider ceux qui de près ou de loin sont dans le besoin ou la misère. Un conseil: «Ne vous tourmentez pas.» Merci, Seigneur, pour ce conseil. Soyons lucides. Qu’est-ce qui nous préoccupe vraiment? Dieu ou l’Argent. Cherchons d’abord le Royaume de Dieu. Amen!

Abbé Antoine MADINGOU
Archiviste C.e.c/C.i.o

Informations supplémentaires