Coopération Congo/Etat du Vatican : Le Cardinal Pietro Parolin accueilli à Brazzaville par le Premier ministre et une forte délégation de l’Etat et de l’Eglise

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Brazzaville a réservé, mercredi 1er février 2017, en début d’après-midi, à l’Aéroport international Maya-Maya, un accueil chaleureux et enthousiaste au Cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’Etat du Vatican, venu pour une visite officielle de quatre jours, dans le cadre du 40ème anniversaire des relations diplomatiques entre l’Etat du Vatican et la République du Congo, et la signature d’un accord-cadre. Il a été accueilli à sa descente d’avion par le Premier ministre, chef du gouvernement, Clément Mouamba.


Plusieurs personnalités y étaient présentes, notamment les autorités tant civiles que militaires, dont Jean-Claude Ngakosso, ministre des affaires étrangères, de la coopération et des Congolais de l’étranger, Hellot Matson Mampouya, ministre de la recherche scientifique et de l’innovation technologique,    Alphonse Benjamin Loukakou, administrateur-maire de l’arrondissement 4 Moungali, des membres du corps diplomatique dont la doyenne, Mme Marie Charlotte Fayanga, Mgr Francisco Escalante Molina, nonce apostolique au Congo et au Gabon, Mgr Luis Mariano Montemayor, nonce apostolique en RD Congo. Du côté de l’Eglise, tous les évêques de la Conférence épiscopale étaient là, parmi lesquels le président, Mgr Daniel Mizonzo, des prêtres, des religieux et religieuses de diverses congrégations et les fidèles laïcs mobilisés à cette occasion.
Il était 14h26, heure de Brazzaville, lorsque le vol 4550 en provenance de Nairobi (Kenya) de la compagnie aérienne Kenyan Airways, à bord duquel se trouvait le Cardinal Pietro Parolin, a atterri sur le tarmac de l’Aéroport Maya-Maya de Brazzaville. C’est le Premier ministre, Clément Mouamba qui a accueilli celui qu’on peut dire son homologue de l’Etat du Vatican, foulant, pour la première fois, le sol congolais, depuis que les relations diplomatiques entre le Saint-Siège et le Congo ont été scellées, il y a 40 ans. Après avoir salué, selon l’ordre et le rite protocolaires, les personnalités de divers rangs venues l’accueillir, le Cardinal Pietro Parolin s’est entretenu avec le Premier ministre au salon présidentiel de l’Aéroport Maya-Maya. Après quoi, un bain de foule lui a été réservé par les fidèles chrétiens de l’Archidiocèse de Brazzaville, venus lui témoigner la chaleur de l’accueil africain en terre congolaise.
Le cortège accompagnant le Cardinal Pietro Parolin s’est ébranlé vers la Nonciature apostolique où s’est tenue en début de soirée, une rencontre avec tous les évêques du Congo (NN.SS. Daniel Mizonzo, évêque de Nkayi, président de la C.e.c, Victor Abagna-Mossa, évêque d’Owando, vice-président de la C.e.c, Anatole Milandou, archevêque de Brazzaville, Louis Portella Mbuyu, évêque de Kinkala, Yves Marie Monot, évêque de Ouesso, Jean Gardin, évêque d’Impfondo, Miguel Angel Olaverri, évêque de Pointe-Noire, Urbain Ngassongo, évêque de Gamboma, Bienvenu Manamika Bafouakouahou, évêque de Dolisie). Il s’agissait, pour les évêques du Congo, au-delà des contraintes protocolaires, d’accueillir et d’échanger avec l’envoyé du Saint-Père.
Signalons qu’au menu du séjour au Congo du secrétaire d’Etat du Vatican, figure l’audience avec le Président de la République, la cérémonie des 40 ans des relations diplomatiques et la signature de l’accord-cadre au Palais du Peuple, pour la journée du vendredi 3 février. Le Cardinal Parolin a consacré la journée du jeudi 2 février à l’audience avec le Premier ministre Clément Mouamba, avec le ministre des affaires étrangères, de la coopération et des Congolais de l’étranger, Jean-Claude Gakosso; à la visite de l’orphelinat et du centre des handicapés de la Fondation Cardinal Emile Biayenda, où il a été accueilli par Sr Marie Brigitte Yengo, et au Mémorial Pierre Savorgnan De Brazza où il a été reçu par la directrice générale, Mme Belinda Ayessa. Le tout est couronné par la messe solennelle en la basilique Sainte-Anne du Congo, samedi 4 février 2017, avant qu’il ne quitte la terre congolaise.

Gislain Wilfrid
BOUMBA


Informations supplémentaires