Jubilé d’argent des Frères franciscains au Congo : Les Franciscains ont célébré l’événement dans la joie et l’action de grâces

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

2 décembre 1991-2 décembre 2016, il y a 25 ans, les frères franciscains s’implantèrent au Congo. Pour ce faire, les frères se sont réunis à Makoua, berceau du franciscanisme au Congo, du 2 au 4 décembre 2016, il n’était nullement question de faire le bilan de la vie et de l’œuvre des Franciscains au Congo, car la mentalité des bilans ou de l’inventaire narcissique des œuvres accomplies n’est pas une mentalité franciscaine. Saint-François ne cessait de rappeler à ses frères ceci: «Qu’avons-nous que nous n’avons pas reçu?». «Comment rendrai-je au Seigneur tout le bien qu’il m’a fait?». Paroles de remerciement, mais aussi et surtout de gratitude.

 

Il s’est agi, tout simplement, 25 ans après l’arrivée  des   sept   premiers   missionnaires franciscains, de s’arrêter un moment, de jeter un coup d’œil en arrière, de mesurer le chemin parcouru et de se rendre compte, combien le Seigneur est merveilleux. Toutefois, pour des raisons de fidélité à l’histoire, la présence des Franciscains au Congo s’inscrit dans le contexte général du «Projet Afrique» (fameuse histoire d’amour entre Saint-François et l’Afrique, encouragée par le Ministre général d’alors, John Vaughn), poursuivait et poursuit un double objectif:
- l’«implantatio ordinis», c’est-à-dire l’implantation de l’Ordre franciscain au Congo au moyen de la formation des jeunes congolais à la vie franciscaine;
- l’évangélisation et la promotion humaine.
Les premiers frères, dont Domenico Domenici (province de Rome) et Bruno Ottavi (province d’Assise) présents à la cérémonie jubilaire, dans leur génie créateur, choisirent Makoua comme foyer d’évangélisation et de promotion humaine et Boundji comme épicentre de la formation. Successivement s’ajouteront les maisons de Djiri, Makabandilou et Moukondzi-Ngouaka. La célébration du Jubilé a été marquée par trois moments forts et cela en trois actes.

Premier acte, vendredi 2 décembre:

Un concert de musique a été organisé, animé par la chorale Saint Achille de Makoua, concert entrecoupé par les témoignages des pères Bruno Ottavi et Domenico Domenici sur l’histoire, les évènements marquant, les souvenirs de vie des premiers moments de vie des Franciscains au Congo: nostalgie, moments de joie, mais aussi moments difficiles (notamment la guerre civile de 1997), la mort de certains frères; tout de même l’espérance et la joie de voir comment le franciscanisme est en train de devenir une réalité belle et visible pour l’Eglise du Congo.
Deuxième acte, samedi 3 décembre:

Nous  nous sommes rendus, ensemble avec la communauté paroissiale de Makoua, à Ihoura, un village situé à 45 Km de Makoua  (vers Ouesso et sur la route nationale n°2), pour l’inauguration d’une petite chapelle dédiée à Saint Antoine de Padoue et nouvellement construite. L’heure était à la fête et à l’action de grâces.
 
Troisième acte, dimanche 4 décembre:

La grande célébration eucharistique était présidée par l’abbé Paul Ndongabga, vicaire général d’Owando, entouré du secrétaire de la Nonciature, des abbés du Séminaire Saint Pie X de Makoua et de nombreux frères franciscains. Dans le mot de circonstances, avant la bénédiction finale, les frères Bruno Ottavi et Domenico Domenici ont été officiellement reconnus, puis proclamés père frère Giscard Kevin Dessinga et au nom de tous les frères franciscains du Congo, «Pères fondateurs du franciscanisme au Congo».
Soulignons du reste que la présence des Franciscains au Congo est certainement une histoire belle, mais  aussi douloureuse. En 25 ans d’existence, les franciscains ont  perdu trois frères missionnaires qui ont donné leur vie pour l’Eglise et pour le Congo, soit un frère tous les 8 ans: frère Francesco Picinnini (+25 janvier 1998), frère Angelo Redaelli (+12 septembre 2005) et Michele Impagnatiello (+2 juillet 2013).

Frère Giscard Kevin DESSINGA

Informations supplémentaires