Paroisse Saint Jean-Baptiste de Talangaï (Archidiocèse de Brazzaville) : Deux évêques ont concélébré la messe du 45ème anniversaire de la paroisse

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La paroisse Saint Jean-Baptiste, dans l’archidiocèse de Brazzaville, située à Talangaï, le 6ème arrondissement de la ville capitale, a célébré, dimanche 27 novembre 2016, le 45ème anniversaire de sa fondation, par une messe unique sous le thème: «Tous ensemble! Chrétiens de tous les horizons, en route pour le jubilé d’or: Convertissons-nous et vivons pleinement notre foi», célébrée par Mgr Urbain Ngassongo, évêque de Gamboma, concélébrée par Mgr Victor Abagna Mossa, évêque d’Owando et par une dizaine de prêtres parmi lesquels l’abbé Brice Armand Ibombo, secrétaire général de la C.e.c (Conférence épiscopale du Congo) et le père Nicaise Wilfrid Ossebi, vicaire épiscopal chargé de la vie consacrée.

En même temps, Sr Madeleine Mayinga, de la Congrégation de La Croix de Chavanod, a célébré ses 25 ans de vie religieuse.

Fondée par un missionnaire spiritain, le révérend père Jean-Marie Grivaz, la paroisse Saint Jean-Baptiste a 45 ans cette année. La messe solennelle marquant cet événément a été animée par la chorale Saint Jean-Baptiste (Echo du désert et Le Jourdain, jumelées), la schola populaire et la chorale latine (grégorien). Les fidèles chrétiens étaient venus très nombreux, arborant les uniformes de leurs mouvements d’apostolat, dans la liesse générale. Des anciens paroissiens sont venus de tous les horizons, notamment Jean Nguia-Deblo et Félix Nkounkou, respectivement premiers responsables du groupe des enfants de chœur et de la schola populaire.
Dans son homélie, Mgr Urbain Ngassongo s’est appesanti sur le caractère primordial de l’homme qui doit être au centre de tout, car il a fallu un missionnaire de grand cœur pour évangéliser la contrée de Talangaï. Il a invité la chrétienté à garder la flamme de l’évangélisation allumée et léguée par le père fondateur, Jean-Marie Grivaz, tout en lui rendant un vibrant hommage, pour l’héritage qu’il a laissé à la postérité. S’inspirant de la brochure élaborée par la sous-commission historicité, dirigée par Pascal Biozi Kiminou, membre du Conseil pastoral paroissial, Mgr Urbain Ngassongo a fait savoir que la paroisse Saint Jean-Baptiste doit son origine à la chapelle de la Tsiemé. En effet, en mars 1963, le révérend Père Jean-Marie Grivaz achète auprès du propriétaire foncier Joseph Ngabali, un terrain près de la rivière Tsiemé pour y construire une église. Le site qui abrite l’actuelle paroisse Saint Augustin s’appelait Saint Jean-Baptiste, sans doute une inspiration du Père Grivaz qui avait pensé au baptême de Jésus dans la rivière Le Jourdain. Toujours dans cet élan missionnaire, il achète en 1967, auprès du même propriétaire foncier, un terrain d’une superficie de 5000 mètres carrés situé sur la rue Lampama là où se trouve l’actuelle paroisse évangélique pour une fois de plus construire une église toujours dédiée à Saint Jean-Baptiste. Vu la proximité de ces deux Missions catholiques portant le même Saint patron, le Père Grivaz négocie avec les responsables de la paroisse évangélique qui occupait déjà l’actuel site de la paroisse Saint Jean-Baptiste situé sur la rue Oboya, pour une permutation de terrain. Cela s’est réalisé puisque le terrain sur la rue Oboya fut cédé à la Mission catholique. L’évêque de Gamboma, qui est lui-même un ancien paroissien de Saint Jean-Baptiste, a aussi félicité Sr Cécile Josserand de la Croix de Chavanod, pour son dynamisme, sa disponibilité et sa fidélité aux côtés du père Grivaz, sans oublier les couples chrétiens qui ont abattu un travail titanesque d’évangélisation dans la contrée de Talangaï.
Après l’homélie, Sr Madeleine Mayinga a renouvelé ses vœux dans la Congrégation des sœurs de La Croix de Chavanod.
Avant la fin de la messe, les deux évêques ont procédé à la remise des trophées aux vainqueurs du tournoi de football et du tournoi de ndzango, organisés dans le cadre de la célébration du 45ème anniversaire. Ensuite, l’abbé Destin Mouené Ndzorobé, vicaire paroissial, a décerné les diplômes de fidélité à quelques couples chrétiens. Puis, au nom du curé de la paroisse empêché, il a lancé les activités marquant la célébration du jubilé d’or en 2021. La fin de la messe a été marquée par l’appel de Mgr Victor Abagna-Mossa, qui a invité les jeunes filles à s’intéresser à la vie religieuse.
Fondée le 24 novembre 1971, par le révérend père Jean Marie Grivaz, de vénérée mémoire, la paroisse Saint Jean-Baptiste, en 45 ans de vie pastorale, a participé à l’érection de la paroisse Saint Joseph, au quartier Tout-pour-le-peuple, parrainé les communautés de base Saint Jacques situées au quartier Jacques Opangault dans le 9ème arrondissement Djiri, Sainte Denise et Sainte Bernadette de Nkombo-Casis devenue une paroisse à part entière. La paroisse jubilaire compte aujourd’hui trois groupes mariaux, deux chorales et la Schola populaire, quatre mouvements de spiritualité, quatre fraternités, sept mouvements d’enfants et de jeunesse, trois associations, cinq commissions ou services, et produit 21 ouvriers apostoliques (14 prêtres dont Mgr Urbain Ngassongo et sept sœurs religieuses dont Sr Madeleine Mayinga).
Pour marquer d’un cachet particulier son 45ème anniversaire, plusieurs activités ont été organisées parmi lesquelles un triduum paroissial, du 23 au 25 novembre, un tournoi de football remporté par la communauté Telema, le ndzango par la communauté Saint-Kisito et un concert de chants qui a mis sur la sellette les chorales Echo du désert, Le Jourdain, la communauté Saint-Kisito et les Elisa.

Pascal BIOZI-KIMINOU

Informations supplémentaires