R.d.p.s (Rassemblement pour la démocratie et le progrès social) : Le congrès, une exigence de la base du parti

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le Rassemblement pour la démocratie et le progrès social (R.d.p.s) est à la croisée des chemins. Les valeurs qui servaient de trame à sa politique qui firent de lui un «parti carrefour» se sont effilochées, au fil des années. Ses légitimes ambitions se sont évanouies. La liquidation du parti est assurée, alors que des dirigeants, sans légitimité, arcboutés sur des positions rustiques, avec un prisme étriqué de son devenir, cultivent l’obsession à bourlinguer à contre-courant.


Aujourd’hui, du fait de sa gestion ethnique, le R.d.p.s devient le foyer d’un clan putschiste au bilan décousu. Mais en même temps, il y a, au sein de cette caste, des hommes de troupes, des officiers de toutes classes qui sont, eux aussi, vilipendés et cavalcadés par la «cour royale», donc victimes de cette situation de crise scrupuleusement organisée.
Devant d’arrogantes défaites à diverses consultations électorales, les militantes et militants du Rassemblement pour la démocratie et le progrès social (R.d.p.s) assument, sans en être les acteurs, les déviances et la braderie du parti.
Il faut renverser la table, porter un autre regard sur la gouvernance du R.d.p.s, pour  en finir avec le ficelage autoritaire de ces agrégats usurpatoires et mortifères de sensibilités concassées. Et cela ne viendra pas de l’extérieur. La prise de conscience que des choses peuvent changer dépend des membres du R.d.p.s.
Pour éviter de s’acoquiner avec les caciques, une véritable concertation des militants doit être organisée sans délais, dans le cadre d’un congrès. Un véritable organe consensuel et indépendant, qui intègre toutes les sensibilités, doit voir le jour, en vue de préparer le congrès du parti, avant la fin du mois de janvier 2015.
L’état actuel du R.d.p.s exige que nous changions ses leviers de commande, pour que chaque militant et militante sache qu’on lui dit la vérité et soit sûr qu’il va être respecté et pris en compte dans l’orientation politique du parti et le choix de ses représentants. La vérité, seule, peut justifier, à tout moment, nos militants et sympathisants, quels qu’ils soient, du choix qu’ils auraient fait en souscrivant leur adhésion au R.d.p.s. Des difficultés, il y en a partout. Des motifs de doute, on en rencontre à chaque pas, quelque opinion qu’on ait senti se former en soi. Des épreuves éventuelles, aucune formation politique n’y échappe. Mais, il faut avoir eu et avoir gardé le courage de rester constant, fidèle à son parti politique et nul ne peut en reprocher à nos militants.
L’angoisse des militants et militantes réclame de nouveaux statuts qui intègrent les textes législatifs sur les associations et partis politiques et un humanisme nouveau: il s’agit de dessiner les contours d’un nouveau rassemblement dans une démocratie moderne et apaisée.
Le Rassemblement pour la démocratie et le progrès social (R.d.p.s), très fertile en talents, est une richesse humaine, accumulée par l’histoire et revigorée par les bouleversements de notre beau pays. Le Congo doit en tirer parti collectivement. Il faut donc aller au-delà et donner au R.d.p.s une existence politique, par des alliances fortes. Ce qui ne peut se faire que dans le cadre du congrès amplement exigé par la base du Rassemblement pour la démocratie et le progrès social (R.d.p.s).

Jacques-Didier LOUNDOU
Député Suppléant de Loandjili 1 (R.D.P.S.)