Football : Valse à l'Etoile du Congo

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Décidément, l’Etoile du Congo gagne en instabilité. On a beau les conjurer, les démons malfaisants reviennent dans son giron. Pour le replonger dans l’instabilité.

Les hommes qu’on installe à la tête de la section football, ces dernières années, produisent, toujours, les mêmes effets. Aussi l’équipe phare de football est-elle, en permanence, sous-administrée. Chaque comité exécutif qui y arrive, depuis les départs de René Serge Blanchard Oba et du colonel Grébert Ngampika, épouse d’office l’échec. Celui de Jean-Didier Elongo n’y a pas échappé. Hier, installé avec confiance et solennité, il a fini par se convaincre d’une chose terrible: le monde du ballon rond est bizarre! On réussit, on peut se faire des vieux os; on échoue, on y laisse sa peau. L’histoire se répètera, tant que le ballon roulera sur la planète foot.

Le comité directeur de Jean Didier Elongo, aux prises avec des supporters contestataires,  semble-t-il, aurait cédé à la nervosité, au soir de l’élimination de la Coupe du Congo, par A.C.M (ex-T.P Zala). C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase: échauffourées verbales en règle! Jean-Didier Elongo et les membres de son comité ont été contraints à quitter le navire, sans autre forme de procès. L’échec aura couronné l’entreprise.

Instabilité cyclique, non? La énième chez l’Etoile du Congo. Elle a nécessité la formation d’un autre comité exécutif. Présenté au public de supporters anonymes, mercredi 20 avril dernier, Wilfrid Mpandou, alias «Willy Mantsanga», aurait été récusé par des inconditionnels du giron. Une ancienne figure, rappelée en catastrophe,  a fait, finalement, son apparition: Richard Elonda. Il a, désormais, le fardeau de conduire les destinées d’une section football victime, régulièrement, de secousses.

Cette valse n’a pas épargné l’entraîneur congolais de la R.D.C, Malé Makanzu, recruté il y a quelques mois seulement. Ce fauteuil éjectable pourrait être occupé par Gaston Tsiangana. Les pourparlers se poursuivent. Pour Tsiangana, s’il donne son accord, comme pour Richard Elonda, une autre aventure commencera. Sera-t-elle plus concluante que celle de leurs prédécesseurs?

Jean ZENGABIO

Informations supplémentaires