Nécrologie : Balékita-Nzaba "Kargu" s'en est allé !

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

L’ancien centre-avant international d’Etoile du Congo, Serge-Simon Balékita-Nzaba, dit Kargu, né le 12 septembre 1940, à Poto-Poto, a tiré sa révérence. Il s’est éteint,  mercredi 16 mars 2011, à Brazzaville, à la suite d’une longue maladie. Quelques semaines  après un autre vétéran stellien, Désiré Sosso «Decapitan», tombé du côté de Poto-Poto. Son inhumation a eu lieu, lundi 28 mars, au cimetière privé Bouka. 

Connu par Nzaba «Kargu», le môme descend, un jour, à l’instar de ses contemporains, de la colline inspirée du football congolais : la poussière et la boue de la rue du muana-foot (mini-foot). Pour revendiquer, lui aussi, sa place dans le giron, très  grouillant et sélectif, d’Etoile du Congo. Dans les années 60, notamment, ses coéquipiers seront, entre autres: Gérard Bikindou-Lamy «Etoutou», Ngam-boumi «Lokalinga», André Obami-Itou,  Alidor, Papa, Samuel Mbilampassi «Demba-Demal-houette», Ngatsé, Jean-Pierre Maboundou «Mabe», Akouassa, Germain Gaveau «Moteur», Ngakosso «Vedette», virtuoses les uns et les autres.

Il ne restera plus à Nzaba «Kargu» qu’à convaincre, lui, le centre-avant de poche d’apparence fragile. Il ne faut pas, surtout, se fier à son physique. Il campe bien  sur ses jambes, et son opportunisme le fait jaillir, souvent, dans les défenses les plus vigilantes du championnat local. Et, progressivement, il deviendra la bête noire des gardiens de but. Jamais, centre-avant de poche n’avait autant défié la rugosité des défenseurs adverses sur la mythique pelouse d’Eboué.  Tant et si bien qu’il  commence à intéresser les sélectionneurs.

René Fleurian, professeur au Lycée technique de Brazzaville et entraîneur de football, lui tend la perche,  dès 1960. On le retrouve dans  Congo-Sport, l’équipe nationale congolaise, pour la campagne d’Elisabethville (dites maintenant : Lubumbashi), au Katanga (R D Congo), à l’occasion du tournoi triangulaire international organisé dans cette ville où étaient  conviés, outre l’équipe de la province du Katanga,  pays organisateur, la Rhodésie et le Congo-Brazzaville, notre pays. Il intègre, à cette occasion, l’équipe congolaise «Brésiliens de l’Uam» (Union africaine et malgache),  surnommée ainsi  par les gradins! Où l’ont précédé : Boniface Kibiassi «Vignal», Joseph Mantari «Defoufou», Germain Gaveau «Moteur», Jean-Pierre Elouma «Major-Anderson», Robert Ndoudi «Piantoni», Désiré Mayala «Larbi», Ange Baboutila «Fantômas», Bérulle Ambara «Colonel Mobutu», Gilbert Makouana «Bolida-Bolikango-Dieu-du-ballon», Hervé-Fortuné Mayanda «Demalhouette-Tshombé», Jean-Marie Loukoki «Kopa»,  Adolphe Bibandzoulou «Amoyen», Omer Péna «Pelé», Félix Thaty «Sabrosso», Valentin Kinzonzi «Pigeon», Léopold Dey «Flamion-Ziboulateur» et Léopold Mombo «Dédé». Il y évoluera jusqu’en 1965.

Kargu, qui appartient à une famille de footballeurs, tels que ses cadets Jean-Bertrand «Claise-Zézé» et Ferdinand Balékita, n’a jamais trahi son amour pour l’Etoile du Congo, l’équipe de sa jeunesse, en participant à ses joies et deuils. Mais ces derniers temps, ses jambes ont refusé de le porter comme elles savaient le faire, jadis, sur les pelouses de football et procuraient d’immenses joies aux supporters stelliens. Pour lui, les clameurs s’étaient tues depuis longtemps…

Nous présentons nos vives et sincères condoléances à la famille éplorée de Kimpila (M’lolo Biza), Malodi (Luingi) et de Brazzaville.

F. KIMINA-MAKUMBU