Eliminatoires CAN 2012 de football : Dimanche noir pour les Daibles-Rouges

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

(Congo-Ghana: 0-3)

Les Black stars du Ghana ont frappé fort, administré une sévère correction et donné une leçon de football aux Diables-Rouges du Congo, en leur infligeant un cinglant 3 à 0. En match de la troisième journée des éliminatoires de la CAN 2012, disputé dimanche 27 mars 2011, au Stade Président Alphonse Massamba-Débat. Dimanche noir. Dimanche maudit. Les 50.000 spectateurs, qui ont pris d’assaut les gradins, n’en ont pas cru leurs yeux.

Trois buts à zéro! De quoi faire bourdonner des têtes. Nombreux s’attendaient, sans nul doute, à tout, sauf à ce coup de massue qui fait vaciller les férus de football.  Cependant, des prophètes d’un échec congolais ont eu beaucoup à dire. Ils ont raison. Quel avenir pour une équipe qui n’a jamais livré une rencontre amicale, pour permettre aux techniciens d’en tâter le pouls? Regardez le Ghana. Après avoir donné le vertige aux Congolais, les Black Stars affronteront, mercredi 30 mars, l’Angleterre, en match amical, à Londres.

Il faut avouer que la Fécofoot (Fédération congolaise de football) et le Ministère congolais des sports, qui ont la paternité des Diables-Rouges, désespèrent les férus de football. Et puis, on mise sur les joueurs des championnats étrangers, certains sélectionnés sur la base, parfois, des dires, alors que la majorité n’évolue pas au plus haut niveau.Cela fâche les invités à leur spectacle insipide.

Cela étant, la pièce a été bien jouée par les Ghanéens, auteurs de buts faciles et d’une splendide performance, à l’extérieur. Ils ont commencé à secouer la défense congolaise, à partir de la 15ème minute. Un milieu de terrain sans influx nerveux et une attaque inopérante, le scepticisme avait, dès lors, pris le dessus sur l’optimisme d’avant match, côté congolais. D’autant plus que l’histoire veut que le Ghana réussisse, toujours, face au Congo. Les Black Stars ont confirmé cette réalité immuable, quand  Prince Targo a enfanté le but d’ouverture du score: 1-0. On jouait la 24ème minute de jeu.

Les Diables-Rouges ne récoltaient, à leur tour, que des corners. Trois, au total (26e, 27e et 30e). Mais, des yeux sortaient, soudain, des orbites, lorsque Dominic Adiyiah accouchait du deuxième but, après une action ordonnée et rondement élaborée: 2-0, pour le Ghana (44e).

Qu’a été la deuxième période? Les Ghanéens, maîtres de la plaine, ont tenté de faire de l’exhibition. Leurs adversaires, impuissants et essoufflés, devenaient spectateurs de leur agonie. Et comme ils se donnaient un mal fou à fouiller dans les méandres du chemin des perches, les Ghanéens, eux, alliaient vivacité dans le jeu, initiatives individuelles et collectives. Et s’offraient un troisième but, marqué comme à l’entraînement, par Sulley Muntari, d’une frappe du pied gauche, au sortir d’une accélération élégante: 3-0 (82e).  Une pilule amère à avaler.

Point d’illusion, cependant, sur cette issue. Car, finalement, l’arbre est tombé du côté où il était penché.  Quand les amoureux congolais du ballon rond auront séché leurs larmes, nous y reviendrons encore.

 

Guy-Saturnin MAHOUNGOU

Memo

Ghana bat Congo (3-0). Environ 50.000 spectateurs. Arbitre: Bennett Daniel (Afrique du Sud). Buts: Prince Targo (24e), Dominic Adiyiah (44e) et Sulley Muntari (82e).

Congo: Barel Mouko; Igor Nganga, Bruce Abdoulaye, Destin Makita ‘’Papou’’, Francis Nganga; Mpassi Ndzoumba (puis Ulrich Kapolongo, 63e), Delvin Ndinga, Prince Oniangué (puis Madila Mfoutou, 65e); Fabrice Ondama, Francky Sembolo, Burnel Okana (puis Franchel Ibara, 55e). Entr.: Camille Ngakosso.

Ghana: Kingston; John Mensah, John Paintsil, Isaac Vorsah, David Addy (puis Luc Addy, 46e); Antony Annan, Emmanuel Agyemang Badu, Kwadwo Asamoah, André Ayew (puis Sullley Muntari, 80e); Prince Targo (puis Jonathan Mensah, 65e), Dominic Adiyiah. Entr.: Milovan Rajevac.

 

Informations supplémentaires