BASKET-BALL AFRICAIN : Dernier avertissement au Congo

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Plus on avance et plus le basket-ball congolais risque d’être rayé de la carte pour une durée de deux années au moins, doublé de sanctions disciplinaires. L’instance africaine de la balle au panier l’a rappelé au Congo dans une correspondance adressée récemment au président de la Fédération congolaise de basket-ball (FECOKET), le ministre Bruno Jean-Richard Itoua.


La Fédération internationale de basket-ball association (FIBA) Afrique a en effet donné jusqu’au 31 janvier 2020 au Congo pour régler une facture de 800.000 dollars représentant l’amende infligée au pays pour avoir renoncé à organiser l’Afro-basket 2017 à Brazzaville.
Le Congo devait abriter en 2017 l’Afro-basket, l’organisation lui ayant été confiée sur sa demande, par FIBA Afrique suite à la signature en mai 2016 d’une lettre d’accord entre, d’un côté, le ministre des Sports de l’époque et Firmin Dinga, l’ancien président de la FECOKET, de l’autre les responsables de FIBA Afrique.
Seulement, le pays a désisté en raison d’une situation financière précaire. Une réalité qui, depuis, traîne image dans la boue en l’exposant à des poursuites judiciaires pour non-respects d’engagements.
Deux ans après, La FIBA Afrique pense que le Congo fait tout simplement preuve de mauvaise foi. Si elle s’était conformée avec rigueur aux textes, elle aurait saisi depuis fort longtemps les tribunaux, et la facture serait plus salée. Le Congo paierait les droits relatifs à la tenue de la compétition même en ayant désisté. A cela il faut ajouter les droits d’attribution, les droits commerciaux et rembourser les frais qu’avait déjà engagé FIBA Afrique.
L’instance africaine a voulu d’un règlement à l’amiable, mais le Congo ne s’en accommode pas non plus. D’où le dernier avertissement lancé à la FECOKET.
«Si le Gouvernement, principal pourvoyeur de fonds des fédérations sportives, reste sourd au dernier rappel de FIBA Afrique à la FECOKET, ce sont les  basketteurs congolais qui paieront; c’est le basket d’un pays qui sera éclaboussé; c’est son avenir qui s’assombrira; c’est son futur qu’on brade», a commenté un mordu de la balle au panier.
Voilà donc une affaire qui rebondit. Les amoureux du basket-ball congolais en suivront les péripéties, en espérant qu’elle connaîtra un dénouement heureux pour eux.

Jean ZENGABIO.

Informations supplémentaires