Football féminin/Eliminatoires des JO 2020 : Les dames confirment l’agonie du foot congolais

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

L’équipe nationale féminine du Congo a quitté précocement les éliminatoires des Jeux Olympiques 2020 dès le tour préliminaire. Elle a laissé filer, mardi 9 avril au Stade Massamba-Débat, en l’espace de quatre-vingt-dix minutes de jeu, devant son homologue du Gabon, une qualification qui lui tendait les bras. Au terme du match aller disputé à Libreville, les Congolaises l’avaient pourtant emporté par 2-0. Pour un bon signe, c’en était un. Alors, bon nombre d’observateurs n’ont pas hésité à penser que la qualification était déjà dans le sac.

Les Diables-Rouges dames n’en étaient certes qu’à la moitié du chemin, mais ils ne voyaient pas comment le bénéfice d’un tel avantage obtenu à l’extérieur pouvait être dilapidé. Mais voilà que, brutalement, la machine s’est grippée. Des yeux étaient en train de sortir des orbites quand, facilement, le Congo a encaissé deux buts à domicile en l’espace de cinq minutes (77e et 81e). Une façon pour les Gabonaises de rendre au pays hôte la monnaie de sa pièce.
L’égalité entre les deux équipes étant parfaite (points et buts), la fatidique séance des tirs au but devenait inévitable pour les départager. Elle a définitivement mis fin aux espoirs du public local, les Gabonaises ayant converti cinq tirs contre seulement trois pour les Congolaises. Une élimination lamentable!

L’improvisation à l’index
Mais peut-on vraiment s’en étonner? La première explication à l’échec des Diables-Rouges dames est à trouver dans l’agonie général du football congolais, toutes catégories et toutes versions confondues, en clubs comme en sélections nationales. En engageant l’équipe nationale féminine, on ne se faisait pas d’illusion sur son parcours. Privée de mobilisation, sans moyens matériels et financiers consistants, aurait-il suffit de la confier  à un entraîneur expérimenté, fut-il ‘’Madis Madienguéla’’, seulement un ou deux mois avant l’échéance pour que la performance soit automatique? Cela fait dire à d’aucuns que les acteurs du sport congolais s’obstinent à s’accrocher à l’improvisation, à la chance et au hasard.
Ensuite, le football féminin est à l’abandon depuis plusieurs années. Ses inconditionnels se rappelleront-ils le nombre de championnats départementaux ou nationaux organisés depuis 2015? Rien n’est fait dans le sens de la promotion et le développement de ce football. Il manquerait, par ailleurs, une véritable politique d’encadrement technique et de soutien des clubs ainsi que  de détection des joueuses (encore que sans compétition, point de détection). Des gens qui auraient cru le moment venu d’expulser de l’arène des empêcheurs de tourner en rond sont en train de se casser finalement les dents.
Le foot féminin ne doit pas être ravalé au rang de simple sport de loisir. Il serait donc temps qu’on prenne conscience de la gravité de la situation.

Guy-Saturnin
MAHOUNGOU

Gabon bat Congo (2-0, puis 5 tirs au but à 3). Arbitre: Darlène Nduwayo (Burundi). Buts: Reine Edzoumou (77e) et Doris Wassendé (81e), pour le Gabon.
Congo: Ngamakita Nakavoua; Chancelvie Ngoténi, Tansylvie Manangou, Judith Bongo, Flore Ngoma Mabahou; Sylvie Marie Ngouala, Angèle Mboukou, Frangelle Nkokolo (puis Charmelle Moudzeli, 65e), Madami Milandou; Paulmiche Mahouna, Dembele Aminata. Entr.: Marie Joseph Madienguéla.
Gabon: Nadia Koumba; Tatiana Assen, Pauline Angue Eya, Cherome Bibigas, Doris Wassendé; Venica Mapika, Aristelle Yog Atouth, Reine Edzoumou, Flora Bouyi Mbagou, Winie Mapangou, Vanessa Mazaly. Entr. : Ndinga Mapangou.

Informations supplémentaires