Décès de Dieudonné Okombi : Il a occupé une place cardinale dans le karaté congolais

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

L’intraitable et impitoyable mort vient d’arracher à la vie un grand dirigeant sportif, Maître Dieudonné Okombi, ancien président de la Fédération congolaise de karaté et membre des Comités exécutifs de la Fédération internationale de karaté (WFK) et de l’Union africaine de karaté. Dieudonné Okombi est décédé le 23 mars dernier à Dakar (Sénégal) où il supervisait les compétitions de la zone 2 Afrique de l’Ouest, en sa qualité de membre du Comité exécutif de l’UFAK. Terrassé par une crise cardiaque. Il a été inhumé samedi 6 avril à Paris (France).


S’il y a des dirigeants de karaté qui méritent toute la reconnaissance, il est parmi les plus en vue à mon avis. Sa vie durant, il l’a consacrée au service du karaté, contribuant largement à faire de ce sport l’un des plus performants du pays. Il n’y a qu’à lire la moisson fructueuse de médailles obtenue par le cette discipline pendant son règne de 12 ans à la tête de la Fédération (2001-2012): 71 breloques, au total, dont 28 d’or, 19 d’argent et 24 de bronze. Il faut y ajouter aussi les nombreux titres continentaux, par équipe et dans toutes les catégories d’âge.
Derrière ce gros homme dont l’embonpoint était plein d’autorité se cachait un ancien karatéka. Il a contracté le virus de ce sport à 14 ans (il est né le 16 décembre 1956 à Brazzaville) comme combattant du club Calk Funakoshi, à Poto-Poto. En 1977 il devient international, dispute et remporte son premier combat au cours de la rencontre Congo-Zaïre (l’actuelle RDC). Une carrière précocement arrêtée. Pour se poursuivre comme entraîneur de  ligue, puis arbitre. Avant d’être élu président de son club d’origine. Tout s’enchaîne après: membre du comité exécutif de la Fédération, trésorier adjoint puis trésorier général (de 1986 à 1992), arbitre continental à l’occasion des Jeux africains d’Harare (1995), trésorier général de l’Union des fédérations africaines de karaté (UFAK) en 1996 et, la même année, représentant de l’UFAK à la commission Finances de la Fédération mondiale de karaté. Le 25 février 2001, il est élu président de la Fédération congolaise de karaté. Autre fonction, il était jusqu’à sa mort président de la zone 4 de l’UFAK.
Maintenant qu’il est mort, il ne me reste plus qu’à saluer la mémoire d’un bénévole du karaté, qui a consacré une bonne partie de sa vie à gérer ce sport dans son pays, en Afrique et dans le monde.
Adieu, Dieudonné Okombi et que ton âme repose en paix!

Equateur Denis NGUIMBI

Informations supplémentaires