Coupe du monde de football : France et Croatie : rendez-vous au «paradis»…

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Le rêve de ramener le trophée de la FIFA à la maison est permis pour la France et la Croatie, qui s’affrontent dimanche 15 juillet 2018 en finale de la 21e Coupe du monde de football. Les pronostics vont bon train. En Afrique, la France est désignée comme favorite. On comprend. De nombreux Africains disent des Bleus qu’ils sont la sixième équipe africaine du Mondial 2018. Parce que constituée en majorité de Français d’origine africaine (d’Afro-français, dirait l’autre, en pensant aux Afro-américains).

L’Argentine, l’Uruguay, la Belgique sont tour à tour entrés dans l’escarcelle de la France, lui ouvrant ainsi le chemin royal vers la finale. Vingt ans après sa première victoire en Coupe du monde, elle a de nouveau rendez-vous, dimanche 15 juillet 2018, à Moscou (Stade Loujniki), pour tenter de décrocher son deuxième trophée mondial et ainsi accrocher une deuxième étoile à son maillot frappé du coq.
Pour cela, la France devra se débarrasser de la Croatie, héroïque mercredi 11 juillet face à l’Angleterre qu’elle n’a renversée qu’au bout du suspense, après prolongation (2-1). Comme lors des deux tours précédents, où elle a eu maille à partir avec le Danemark (2-1 en huitièmes de finale) et la Russie (1-1, puis 4 tirs au but à 3 en quarts de finale).
France-Croatie est un match des titans. Le moins que l’on puisse dire, c’est que leur confrontation aura comme un air de revanche. En effet, l’on se rappelle, lors du mondial 1998 en France, que les Bleus avaient brisé le rêve des Flamboyants au maillot damier en les éliminant de la compétition, au stade des demi-finales. C’était le 08 juillet 1998, au Stade de France, à Saint-Denis où deux buts du latéral droit, Lilian Thuram, avaient douché les espoirs des Croates et plongé dans la tristesse, tout un peuple qui pensait tenir sa première finale de Coupe du monde. A l’époque, le monde entier assista à la finale espérée France-Brésil. De finale il n’y en eut pas, tellement la France domina son sujet sous la houlette de son maître, Zidane (auteur d’un doublé, réussi de la tête). Et un, et deux… et trois zéro! C’était le refrain fredonné en France et en Afrique.
Revoilà la France, vingt ans après en finale de Coupe du monde, la troisième de son histoire (une deuxième finale a été perdue en 2006 en Allemagne, face à l’Italie). Revoilà France-Croatie, vingt ans après non pas en demi-finale, mais cette fois-ci en finale de Coupe du monde. Voilà qui promet une finale explosive. Une finale inédite. Sans le Brésil. Sans l’Allemagne. Sans l’Espagne. Sans l’Argentine. Sans l’Italie qui est absente en Russie. Cela n’était plus arrivé depuis 1998.

Guy-Saturnin MAHOUNGOU

Informations supplémentaires