Benoît Nkokolo ‘’Mendes’’ : Chemin sans retour

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Comme on le craignait ces dernières semaines, la mort a finalement prélevé Benoît Nkokolo, dit Mendes, du gotha du football congolais, vendredi 23 mars 2018 au CHU de Brazzaville. A 67 ans (né le 12 mars 1951). Benoît Nkokolo est arrivé au football en qualité de joueur. Court sur patte, véloce, il était un ailier à l’ancienne: débordement et passe en retrait pour le buteur patenté. Redouté pour sa vitesse, il a successivement porté les couleurs du FC Standard (1968-1971), de Jeanne d’Arc d’Abidjan (1971-1973), du CARA  (1975) et de Patronage Sainte-Anne.


Après avoir rangé ses bottines au début des années 80, Benoît Nkokolo est devenu entraîneur, l’un des meilleurs du football congolais. Il a officié sur le banc de maints clubs durant de longues années: Patronage Sainte-Anne, Diables-Noirs, AS Police, Etoile du Congo, CARA, AC Léopards de Dolisie, AS Cheminots, etc.
Un entraîneur peut décrocher de gros diplômes à l’institut mais sera jugé sur le terrain par sa facilité de transmettre ses idées, ses méthodes, et aux dirigeants et aux supporters, en particulier les raisons de ses choix et de ses options. Tâche bougrement difficile quand les équipes s’appellent Etoile du Congo, Diables-Noirs, CARA ou AC Léopards dont les publics, on le sait, sont experts en football. Avec ces publics-là et certains dirigeants, même les simples entraînements sont des finales de Coupe du monde. Or, Benoît Nkokolo a transformé à court terme le jeu de leurs équipes quand il en a eu la charge et glané  titres ou trophées. Bon communicateur, il avait aussi des nerfs à toute épreuve.
On retiendra aussi qu’il a été souvent appelé à la tête des différentes sélections nationales du pays, des cadets (qualification pour la Coupe du monde 1985) aux seniors en passant par les juniors et les espoirs (Jeux de la Francophonie de 1997).
La somme d’expérience qu’il a accumulée au fil des années lui a ouvert, naturellement, les portes du comité exécutif de la Fédération congolaise de football (FECOFOOT) en 2014.
‘’La Semaine Africaine’’ adresse ses vives et sincères condoléances à sa famille et à la FECOFOOT.
Adieu Benoît!

Guy-Saturnin MAHOUNGOU

Informations supplémentaires