Incroyable : Invocation des ancêtres pour désenvoûter nos Diables-Rouges!

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Au Congo  comme dans la plupart des pays africains, l’invocation des ancêtres fait bon ménage avec le football. Le sujet n’est même plus tabou. Pour preuve, le rituel ancestral destiné à exorciser le Stade de l’Unité de Kintélé, pour faire gagner les Diables-Rouges qui ne cessent d’y accumuler des échecs. La cérémonie a été organisée par les chefs coutumiers d’Impo-Manianga, dimanche 15 octobre 2017, dans l’enceinte sportive en question, en présence du ministre des Sports et de l’éducation physique, Hugues Ngouélondélé, et d’un représentant du roi Makoko.

Ce genre de rituels se déroulait souvent à l’abri des caméras et des journalistes. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, car  au Stade de l’Unité de Kintélé plusieurs médias ont couvert le rituel d’exorcisme qui s’est tenu au centre de l’aire de jeu où les notables ont offert vin de palme, noix de kola, mixtures bienfaitrices, etc., aux ancêtres.
Ceux qui, hier, fuyaient la simple évocation d’un article sur les croyances ancestrales et prétendaient ne pas y croire ont gentiment accepté d’en parler publiquement. Ainsi les anciens ministres des Sports, Grégoire Léfouoba, le général Emmanuel Eta-Onka et Henri Okemba, invités spéciaux de leur collègue, les gloires du football des Jeux Africains de 1965 et de Yaoundé 72  associés au déroulement de la cérémonie ont parlé de l’impact des croyances dans notre société. C’est quelque chose de personnel, affirment la plupart d’entre eux, mais il faut respecter le choix de celui qui manifeste publiquement sa croyance aux ancêtres.
On attribue  les contreperformances des Diables-Rouges au mécontentement des chefs de terre et des acquéreurs des terrains expropriés sur le site où est érigé le Stade de Kintélé. «Vrai ou faux? Si c’est vrai, ils auront fait de sorte que ce ne soit plus comme avant. Si c’est faux, au moins l’opinion  aura vu que ces mêmes gens qu’on accusait sont venus se dédouaner. De son côté, l’Etat respectera son engagement de payer les indemnités d’expropriation aux ayants
droit», a commenté le ministre des Sports qui, visiblement, ne donne pas une importance exagérée aux intentions qu’on prête aux notables et sages d’Impo-Manianga. Pour gagner à Kintélé, mieux vaut donc que les Diables-Rouges s’en remettent aussi à eux-mêmes, de travailler d’arrache-pied. La balle est dans leur camp.

G.-S.M.

Informations supplémentaires