Championnats d’Afrique de boxe : Record de participation à Brazzaville

  • Imprimer
Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

Brazzaville sera la capitale de la boxe africaine, du samedi 17 au dimanche 25 juin 2017, avec l’organisation des championnats d’Afrique qui auront lieu au gymnase Nicole Oba, à Talangaï. Cet événement est très attendu sur le continent, surtout qu’il sert de qualification pour les championnats du monde de Hambourg (Allemagne).


En dépit d’une conjoncture financière difficile, les autorités congolaises et les responsables de la Fécoboxe (Fédération congolaise de boxe) n’ont rien négligé pour que ces championnats soient une vraie réussite. Il est important de noter qu’elles n’ont pas attendu le dernier moment pour mettre les choses au point. Depuis le mois d’avril, les dispositions administratives et techniques ont été prises pour un bon déroulement des championnats. Un comité d’organisation a été misen place et il faisait des pieds et des mains jusqu’à vendredi 16 juin, pour s’occuper des moindres détails. A un jour du coup d’envoi, on peut déjà dire que tout est au point.
Il ne reste plus qu’à accueillir les délégations dont les pugilistes se battront sans merci, mais dans le fair-play sur le ring du Gymnase Nicole Oba pour des médailles qui seront difficiles à conquérir car le gratin du noble art africain sera sur place, contrairement à la précédente édition. Les organisateurs ont voulu que les records de participation soient battus à cette occasion. C’est pourquoi toutes les fédérations affiliées à la Confédération africaine de boxe ont été contactées. Le nombre de pays ayant déjà confirmé leur participation permet déjà d’augurer de championnats d’un niveau élevé. Trente une délégations, au moins, sont attendues, pour 353 pugilistes. La lutte pour les premières places devrait essentiellement se souscrire entre le Maroc, l’Egypte, le Nigeria, le Cameroun, l’Algérie, le Ghana, qui ont actuellement la meilleure boxe du continent. Cependant, il faudra prendre au sérieux des pays comme la Côte d’Ivoire, le Togo, le Sénégal, la Zambie ou l’Ouganda, voire Maurice qui ont fait de grands progrès. Les derniers Jeux africains avaient en effet permis de constater que les pays dominant traditionnellement le noble art africain devraient dans un proche avenir compter avec les autres qui ne viendront plus comme figurants. Il reste à savoir si Brazzaville 2017 en sera une confirmation.

Guy-Saturnin MAHOUNGOU