CAN Gabon 2017 : Quelques spécificités du tournoi

Note utilisateur:  / 0
MauvaisTrès bien 

La CAN Total Gabon 2017 bat son plein, depuis son lancement le 14 janvier dernier. Toutes les nations en compétition ont eu à livrer leurs trois matchs de poule. Quelques-unes d’entre elles, y compris le pays hôte, ont été débarquées dès le premier tour. Côté révélations, les amoureux du ballon se sont délectés avec la découverte du virevoltant Daniel Bouanga, un jeune joueur né en France, arborant le dossard 20. Il fait ses débuts, alors des débuts fracassants, avec la sélection gabonaise.


En termes de buts, le premier tour qui s’est terminé mercredi 25 janvier. 51 buts, au total, ont été inscrits.
L’élimination dès le premier tour du pays organisateur est un épisode qui ne s’était plus jamais produit depuis 1994 avec la Tunisie. C’est une grosse désillusion pour les Panthères du Gabon. Et aussi pour les Eléphants de Côte d’Ivoire, champions en titre, éliminés, précocement, eux aussi.
A cette CAN, on attendait, sinon on pronostiquait sur les supposés trois meilleurs joueurs du tournoi à savoir: l’Algérien Riyad Mahrez, champion d’Angleterre avec Leicester, l’an dernier, et ballon d’or africain 2016, le Gabonais Pierre Emerick Aubameyang, le joker de Borussia Dortmund en Allemagne, ballon d’or africain 2015, et l’Ivoirien Serge Aurier, le joueur du P.S.G, en France. Si, dans l’ensemble, les trois joueurs binationaux ont offert une prestation mi-figue mi-raisin, l’on peut néanmoins retenir que les deux premiers ont eu, chacun, deux buts à son compteur.
Premier qualifié pour les quarts de finale, le Sénégal d’Aliou Cissé est, indubitablement, jusqu’ici, l’équipe qui fait vraiment sensation, avec un Onze, mieux un collectif solidement bien compartimenté. Le Sénégal et l’Algérie étaient d’ailleurs plébiscités favoris de cette CAN.
La CAN Gabon 2017, c’est aussi le grand retour dans la sélection du Togo d’Emmanuel Sheyi Adebayor. Sans club depuis, le vétéran, très en jambe, a fait bonne figure à cette compétition. Il reste, tout de même un athlète de haute facture. Mais, c’est aussi, ces beaux duels entre le maître Claude Le Roy, sélectionneur du Togo et son élève Hervé Renard, coach du Maroc, d’une part, et entre Claude Le Roy et son autre élève, Florent Ibenge, sélectionneur de la R.D.Congo, d’autre part. Avec ce dernier, ils étaient dans un face à face consécutif depuis la CAN 2015, lorsque Claude Le Roy entraînait les Diables-Rouges du Congo. A l’issue des deux duels, le maître a perdu, non sans fair-play, face à ses élèves.
La compétition souffre, par ailleurs, de quelques fausses notes qui compliquent, quelque peu son organisation. Notamment l’état des stades avec des pelouses remplies de sable et d’eau, difficilement praticables parfois, qui causent aux joueurs des blessures à répétition. Au moins une dizaine de blessés ont été enregistrés, à l’issue du premier tour. Entre autres: Jonathan Pitroipa et Jonathan Zongo, pour le Burkina Faso, Johann Serge Obiang et Mario Lémina, pour le Gabon, Baba Rahman et Gyan Asamoah, pour le Ghana.

Aristide Ghislain NGOUMA

Informations supplémentaires